[Plaisir d’hiver] Jouer dans la neige

Ce n’était vraiment pas gagné d’avance. Et malheureusement, même si les enfants et moi-même, l’avons souhaité très très fort, point de Noël blanc cette année en Alsace.

On en était venu à se dire qu’on ne verrait encore pas la neige cette année. Même en hauteur sur les chaumes, rien. Pas un flocon. Pas le moindre arbrisseau gelé.

Et puis, quelques jours avant de quitter la France, nous avons eu la chance de voir tomber quelques flocons de neige qui ont enchanté les enfants…

Little Miss Sunshine était tellement heureuse de voir de la neige, qu’elle a passé un bon moment dehors, sur la terrasse de Nonna et GrandPapa à danser sous les premiers flocons, sans chaussures et sans habits chauds… (mais elle était tellement heureuse que je n’allais quand même pas lui gâcher ce moment pour si peu!)

Et puis le lendemain, il y a encore eu quelques flocons en plus… « Maman, regarde, je vais me transformer en bonhomme de neige! »

Et dans la soirée, la neige a vraiment commencé à tomber... Les enfants étaient fou de joie, parlant deja du bonhomme de neige qu’ils allaient construire le lendemain.

Finalement, il n’a pas tant neigé que ça cette nuit-là. Juste un fin manteau blanchâtre recouvrait le paysage. Mais les enfants ont quand même tenu à faire un mini bonhomme de neige avec Mamama…

Et dans la soirée, ce fut le retour de la neige. Avec de beaux gros flocons duveteux…

Et il y en a eu un peu plus que la veille. Les enfants ont pu largement profiter de jouer et courir dans la neige chez Nonna et GrandPapa…

Je ne vous parle plus de la passion de Little Smiling Buddha pour les balais… Mais imaginiez sa joie de pouvoir balayer la neige!!!

Il a pris sa tâche très au sérieux!

Et puis, Little Miss Sunshine s’est amusée à écrire et dessiner avec le manche du balai…

Mais c’est le dernier matin, au réveil, que nous avons découvert une belle couche de neige de près d’une dizaine de centimètres. Malheureusement, plus le temps de jouer. Le temps était venu de partir pour l’aéroport pour rentrer à Shanghai.

Voir la neige était vraiment une belle surprise de ces vacances! 

Les 5 ans Reine des Neiges de Little Miss Sunshine

L’an dernier, elle avait hésité entre un anniversaire Totoro et un anniversaire Reine des Neiges. Mais son coeur avait vite penché du côté de son héro de toujours, Totoro. Cette année, nous ne sommes pas passé à travers la folie de la Reine des Neiges, encore qu’il y a eu un très petit moment d’hésitation avec un thème Petit Poney…

IMG_9662.JPG

Question timing, je dois bien avouer que, nous avons pris les devants. Little Miss Sunshine est née le 31 décembre. L’an dernier, nous avions choisi de faire sa fête d’anniversaire début janvier, juste après la rentrée. Cette année, nous sommes rentrés en Chine seulement le 9 janvier et le 20 janvier, les vacances du Nouvel An Chinois débutent déjà. Elle a également un autre camarade né en janvier et qui a fêté son anniversaire au début du mois. Notre choix était donc vite fait. Nous avons choisi de faire sa fête le dernier week-end où nous étions à Shanghai avant les vacances de Noël.

C’est en tout 12 copains et le même nombre de parents qui nous ont rejoint pour faire la fête chez nous. Nous avons choisi de faire le même type de fête que l’an dernier. Les enfants ont pu jouer et s’amuser en toute liberté dans l’appartement sous le regard attentif d’Ayi. Les parents ont pu tranquillement papoter et grignoter les gourmandises que j’avais préparé.

Pour l’occasion, afin de coller au thème, j’avais l’intention de créer un bonhomme de neige géant en gobelet, d’après une vidéo que j’ai trouvé sur YouTube. Je me suis mise au travail, mais très vite, ça n’était finalement pas aussi simple que sur la vidéo. Rapidement, je me suis retrouvée avec des lignes et des lignes de gobelet et pas moyen de les faire se refermer en une belle boule… Bref, je ne sais pas si c’était ma technique ou la qualité de mes gobelets chinois, mais c’était galère… Alors j’ai appelé Papa Lou à la rescousse!

Et là, il a décidé de rectifier le tir et de commander des gobelets plus petits pour réaliser un vrai Olaf et pas simplement un bonhomme de neige. Merci à lui! Notre Olaf était splendide et il a fait son petit effet!

Comme l’an dernier, nous avons tout préparé nous-même. Pour son gâteau d’anniversaire, à sa demande, j’ai repris le même concept que l’an dernier. Mais cette fois-ci, j’ai fait un gâteau au chocolat fourré à la pâte à tartiner. Papa Lou a fait une pâte d’amandes maison, qu’il a pris soin de colorer pour créer le décor Reine des Neiges. Voici donc la création originale de Papa Lou!

J’avais également préparé deux sortes de sablés en forme de flocon de neige ou plutôt en forme d’étoiles que j’ai transformé en flocon de neige avec un stylo alimentaire. Les premiers étaient de simples sablés au beurre, les seconds étaient aux épices.

J’avais également préparé des rochers coco sur lesquelles j’avais saupoudré de jolis perles de sucre bleu.

Pour encore plus de gourmandises, j’avais également dessiné un visage sur des marshamallow pour représenter l’espèce de monstre de glace créé par Elsa pour chasser sa soeur de son château de glace. Et j’ai ajouté quelques bonbons…

En outre, j’avais fait du popcorn et j’avais prévu des fruits – fraises et mandarines – pour le début de la fête.

Pour le déjeuner, l’anniversaire avait lieu de 11h à 14h comme la majorité des anniversaires ici, j’avais préparé deux pizza maison ainsi qu’un plateau de fromages du Fromager de Pékin et de la charcuterie.

Tout le monde a bien aimé la décoration. Un des jeux préférés des enfants étaient d’attraper les ballons que nous avions gonflés à l’hélium et qui créaient une véritable forêt dans le salon… Les parents ont également apprécié de pouvoir papoter autour d’une coupe de champagne et de quelques gourmandises. Comme l’an dernier, tout le monde était à l’aise!

Encore une fois, nous avons adoré organiser cet anniversaire! 

Notre 25 décembre 2016

Comme souvent, mais c’est un peu un hasard, – ou non, c’est du au fait que Parrain, Tata et Petit A étaient aussi parmi nous – nous avons passé cette journée de Noël chez Mamama et Papapa. Nous avons pu profiter de la présence de Parrain, Tata, Petit A, Nonna et GrandPapa, mais aussi de ma propre grand-mère, d’une de mes tantes, du père et de la soeur de ma belle-sœur. Nous étions une grande tablée, joyeuse et vivante, heureuse d’être tous rassemblés pour ce jour de fête autour des enfants

La fête a commencé par l’ouverture des paquets cadeaux. J’aime ce rituel d’ouverture des cadeaux avant toute autre chose. C’est vraiment idéal pour les enfants. Ils peuvent profiter au maximum de leur cadeau, nous,  les parents, pouvons mieux profiter de papoter avec toute la famille car nous sommes aussi moins sollicité, si ce n’est pour ouvrir les boites 😉 Et les enfants ont encore une fois été gâté.

Puis nous avons trinquer tous ensemble. Et pris l’apéritif.

Pour le déjeuner, Mamama s’était surpassée. Cuisiner pour une quinzaine de personnes tout en arrivant à profiter un minimum des invités, ce n’est vraiment pas évident. Elle nous avait concocter en entrée de la sole et du saumon avec une délicieuse sauce, un fleuron et du riz sauvage, en plat de la biche marinée, avec des spaetzle maison et une poire aux airelles et en dessert une buche glacée.

La journée s’est passée tout en douceur, entre papotage et jeux avec les enfants. Little Miss Sunshine en a profité pour fabriquer son magnifique château d’Ariel la petite sirène en légo. La présence de nombreux adultes lui garantissait une aide si nécessaire, qu’elle n’a pourtant presque pas utilisée. J’ai d’ailleurs été impressionné puisqu’elle a construit son château toute seule, comprenant les plans, assemblant les pièces avec dextérité, logique et rapidité. Que d’évolution depuis l’an dernier où GrandPapa devait encore lui expliquer le plan!

Une partie des invités, nous a quitté vers 18h. Mais Nonna et GrandPapa sont restés avec nous, pour le plus grand bonheur des enfants. La journée s’est donc prolongée par un dîner…

Nous avons pu faire le plein de jolis souvenris à ramener dans nos bagages… Et ces doux moments qui font la magie de notre Noël resteront à jamais gravé dans la mémoire des enfants…  

Notre réveillon de Noël 2016

Passer les fêtes de Noël en France est une chose pour laquelle je suis vraiment reconnaissante. Grâce à l’entreprise de mon mari – qui nous offre deux allers-retours par an -, grâce à mon mari – qui malgré ses réticences à cause du caractère « chargé » de la période -, grâce à mes enfants – qui sont toujours extrêmement calme et coopératif durant nos longs voyages – et puis grâce au fait que pour l’instant je suis toujours mère au foyer et que je n’ai pas d’impératif autre que ma famille. Je mesure notre chance. Et je la mesure d’autant plus que l’an prochain, je ne suis vraiment pas sûre que nous puissions rentrer à cette période, alors que j’aurai repris le travail depuis début septembre et que je n’aurai que deux petites semaines de congés – qui se ramènerait à maximum 10 jours en France.

Mais en attendant, laissez-moi enfin vous raconter nos jolies vacances d’hiver en France et surtout notre fête familiale de Noël.

Cette année, pour le Réveillon de Noël, nous étions impatient de voir arriver Parrain, Tata et petit A. Nous ne les avions pas revu depuis notre séjour estival dans la région parisienne au mois d’août. Et quelle joie de pouvoir observer les deux cousins, de même pas deux mois d’écart, dans leurs acquisitions respectives. Les voir évoluer côte à côte d’abord et puis finalement ensemble, les voir interagir, et puis s’entrainer l’un l’autre à s’imiter. Rien que pour ces moments bénis, les fêtes de Noël valent la peine d’être fêter en famille! C’est donc avec leur arrivée dans l’après-midi du 24 décembre que la fête a débuté pour nous!

Après de douces retrouvailles, autour d’un café, d’un thé et de délicieux petits gâteaux de Noël préparés par ma Maman, nous sommes allés nous préparer pour aller à la messe. Nous sommes allés rejoindre Nonna et GrandPapa pour la messe des enfants dans l’église dans laquelle nous avons fait baptiser Little Smiling Buddha cet été. Nonna s’occupant des Confirmants, elle était bien occupée durant la messe, mais Little Miss Sunshine a insisté pour participer avec elle. C’est donc plutôt ému que nous l’avons vu participer aux diverses étapes de la messe de Noël – défilé avec des bougies, chants en groupe dans le choeur de l’église…- avec beaucoup d’entrain. Je pense même que c’est elle que nous avons le plus entendu chanter « Les anges dans nos campagnes » alors que c’était de loin la plus jeune!

Little Smiling Buddha, comme à son habitude, a été relativement coopératif pendant la messe. Lui aussi a entonné plus d’une chanson et a beaucoup fait rire les gens autour de nous, par ses jeux et ses mimiques. Et je ne sais pas si il se rappelait du lieu de son baptême ou si c’est un hasard, mais il a été étonnement coopératif pour réaliser une petite séance photo improvisé dans le choeur de l’église à la fin de la messe!

Et puis, Noël dans la famille Kangourou, ça débute bel et bien le 24 au soir. Comme chaque année au retour de la messe des enfants, nous avons commencé par nous rassembler toute la famille autour du sapin de Noël pour s’offrir nos cadeaux. C’est chez Mamama et Papapa, en compagnie de Parrain, Tata et petit A, que nous avons eu la joie de commencer les festivités.

C’est quand on voit les montagnes de cadeaux au pied du sapin que l’on se dit que finalement ce n’est pas si mal de demander un minimum de cadeaux pour les enfants (un par famille et par enfant) parce que sinon ça serait vraiment trop! Mais quel bonheur de voir les étioles dans les yeux des enfants rassemblés autour du sapin de Noël juste avant l’ouverture des paquets. Ce petit moment où on les sent plein de gratitude et d’impatience, ébahis devant les lumières de Noël dans l’ambiance chaleureuse de cette fête…

Evidement les enfants ont été gâtés! Evidement nous avons été gâtés et nous avons gâtés nos familles. Je vous montrerai progressivement les chouettes cadeaux reçus par les enfants, au fur et à mesure de leur réutilisation, ici à Shanghai. La plupart ont été ouvert en Alsace et déjà utilisé par nos petits Loups impatients! Quel bonheur de se sentir ainsi aimé et important. Et que de beaux souvenirs à ramener dans nos têtes pour les périodes plus difficiles, loin de la famille, à l’autre bout du monde… 

Après la loongue ouverture des paquets cadeaux vient invariablement le temps de l’apéritif! Trinquer à un nouveau Noël, au bonheur d’avoir des enfants, des petits-enfants, à la douceur d’être tous ensemble, à l’amour, …

Mamama avait passé son après-midi en cuisine afin de nous concocter un délicieux repas de Réveillon. Le dîner a été classique – à notre demande, parce que Mamama voulait nous faire des choses plus originales!

Foie gras, pommes rôties et brioche.

Tournedos sur une tranche de pain grillé, sauce aux morilles, purée de céleri et pommes dauphines.

Bûche glacée et bredala.

Les enfants ont joué tard. Nous avons pu profiter de la soirée entre adulte – ou presque – à papoter, refaire le monde, prendre des nouvelles de tout le monde.

Cette soirée de Réveillon a été douce et chaleureuse. Comme je les aime… 

Et chez vous, c’est comment le Réveillon de Noël?

5 ans 

5 ans. Ce chiffre me semble déja tellement grand!
Je te vois encore dans les bras de ton père quand il est revenu avec toi dans la salle d’accouchement après les contrôles de routine. Tu étais si petite, si frêle, tu n’avais même pas la taille de son avant-bras, tout pliée que tu étais…

Et aujourd’hui, tu es une belle petite fille, grande et douce, forte et vive. Tu sais ce que tu veux et tu coopère relativement facilement. Tu n’hésite pas à nous dire quand quelque chose te déplait, même si c’est notre comportement à nous. Et je suis si fière de cette confiance que tu nous offre. Et comme chaque année à l’heure de ce petit « bilan » je nous félicite du chemin de la bienveillance que nous avons emprunté à tes côtés…

Tu papotes toujours autant. La communication est vraiment une chose essentielle pour toi. Et enfin, cette année, tu t’exprimes comme tu le souhaite en chinois. Non pas que tu t’exprimais mal auparavant, mais tu étais clairement frustrée par le fait de ne pas avoir tout le vocabulaire que tu souhaitais dans cette langue. Et depuis le mois de septembre, c’est par ton manque de connaissance de l’anglais que tu es frustrée. Tu m’as déja plusieurs fois demandé de t’aider à apprendre cette nouvelle langue… Un nouveau défi pour cette nouvelle année qui s’ouvre!

Au sein de notre famille à quatre, tu as trouvé ta place. Tu es une grande soeur attentionnée, une vraie petite mère. Je garde notamment en mémoire un épisode, qui s’est déja répété depuis, et qui en dit long sur ton empathie et ton amour pour ton frère. Alors qu’il pleurait de rage de ne pas réussir à effectuer quelque chose comme il le souhaitait, tu es venu me demander un mouchoir en papier pour lui essuyer ses larmes parce que « c’est pas agréable d’avoir des larmes qui coulent sur les joues ».

Vous avez développé une complicité vraiment impressionnante tous les deux. Vous fonctionnez en binôme pour toute une série d’activités et j’en suis la première épatée. Votre relation est douce et apaisée, les disputes sont excessivement rares et tu as développé une bienveillance envers ton frère, dont même moi, sa maman je me sens incapable. Juste avant de rentrer en France, il a voulu un jouet que tu avais en main. Crise de colère de sa part. De frustration, il t’a attrapé les cheveux et t’a tiré par les cheveux sur bien un mètre à travers le salon, le temps que j’intervienne. Je t’ai embrassé pour te consoler et je l’ai éloigné de toi pour lui expliquer que son geste n’était pas acceptable. Je lui ai expliqué qu’il t’avait fait mal, que tu pleurais sur le canapé. Il est retourné vers toi, spontanément, tu n’as pas cherché à le chasser ou à l’éviter, il t’a regardé, tu lui as tendu la joue et il t’a embrassé sur la joue. L’orage était passé. A ta place, et vu combien il t’avait fait mal, j’aurai eu du mal à tendre la joue. J’aurai eu peur qu’il ne récidive. Tu es d’une infinie bienveillance envers ton frère.

Tu es avide de connaissance, de savoirs, d’apprendre… Tu m’étonne tous les jours. A Noël, tu as construit ton château d’Ariel la petite sirène en Légo toute seule, sans aucune aide extérieure, en dehors de notre regard bienveillant. Quelques jours plus tard, tu as ouvert ton coffret Montessori des drapeaux du monde et tu n’arrêtais plus de me poser des tonnes de questions, sur les drapeaux, sur les pays.

Tes dessins sont de plus en plus précis et maintenant tu les termine systématiquement – tu ne te contente plus de dessiner ou colorier, tu fais les deux.

Tu connais la plupart des lettres de l’alphabet et leur son. Tu commence à écrire des mots par toi même, pas à la main – ça ne t’intéresse pas encore – mais avec les lettres magnétiques sur le frigo. Tu déchiffres certains mots sur les emballages. Et j’ai les yeux qui pétillent de te voir ainsi découvrir, tâtonner et grandir…

Durant ces vacances en Alsace, tu auras réalisé un rêve qui te tenait à coeur depuis au moins deux ans: faire du patin à glace. Un pur bonheur d’avoir pu réalisé ton rêve et d’avoir été à tes côtés dans ce beau moment.

Je t’aime infiniment ma jolie princesse, 

Joyeux anniversaire ma Puce!

La question du Père Noël

C’est la bonne période pour se poser la question. Faire croire ses enfants au gros barbu qui rentre dans la maison par la cheminée alors que tout le monde dort ou pas? 

Nous nous sommes posé la question pour le premier Noël de Little Miss Sunshine. Mais pas très longtemps. Nous savions déjà ce que nous voulions pour nos enfants.

J’ai un très beau souvenir de ce mythe du Père Noël. J’y ai cru, j’ai voulu y croire, très longtemps. Bien après que tous mes camarades aient cessé d’y croire. Je n’ai pas vraiment été déçu quand j’ai enfin cessé d’y croire. Je ne me suis pas sentie trahi, contrairement à ce que l’on peut parfois lire. J’ai aimé cette période, cette légende, cette petite boule dans mon ventre quand on nous disait qu’on pouvait aller voir sous le sapin si le Père Noel était passé.

Je ne me souviens pas que mes parents aient jamais utilisé le chantage au Père Noël. Bien sur, j’ai dû l’entendre, parce que j’ai déjà entendu ma grand-mère le dire à son arrière-petite-fille. Mais rien qui m’ait marqué. Alors pourquoi choisir de ne pas y faire croire mes enfants? 

Pour plusieurs raisons.

La première est toute simple, et tient aux choix éducatifs que nous avons fait pour nos enfants. Je me vois mal mettre un point d’honneur à ne pas utiliser le chantage, à expliquer, à élever mes enfants vers plus d’empathie et d’humanité, à ne pas leur mentir, et leur raconter cette histoire comme s’il s’agissait de la réalité.

La seconde tient à nos croyances religieuse. Noël est, et reste avant tout, une fête religieuse. La naissance d’un enfant. La fête des lumières. Le partage. Le pardon. Et le Père Noël n’a absolument rien à voir avec la magie de Noël. Bien au contraire.

Une autre raison, qui est finalement très liée aux deux précédentes, est que je ne veux pas faire entrer cette fête, qui me donne encore aujourd’hui des étoiles dans les yeux, dans la surconsommation. Chez nous, c’est un cadeau par enfant. On peut y ajouter un livre ou un habit, mais c’est largement suffisant, voire trop à mes yeux. Cette année, comme l’année dernière, Little Miss Sunshine recevra trois robes chinoises, des qipiao, faites sur mesure d’après ses propres choix de tissu. Un cadeau absolument magnifique à nos yeux et aux siens. Elle porte encore fièrement ceux de la saison passée en précisant à qui veut l’entendre que c’est elle qui a choisi les tissus. Little Smiling Buddha quand à lui aura un robot ménager en bois pour m’imiter lorsque je prépare mes brioches et je suis certaine que ça lui plaira. Par contre, si quelque chose leur fait envie au courant de l’année, je suis tout à fait du genre à leur acheter assez facilement sans aucune raison.

Tant que les enfants n’entrent pas à l’école, qu’ils ne sont pas trop confrontés à l’extérieur, aux publicités et autres histoires de leurs petits héros, c’est assez facile d’évincer la question du Père Noël. Quand ils sont plus grand, c’est plus difficile. Les adultes leur posent spontanément la question avant Noël: « Qu’est ce que tu as commandé au Père Noël? ». On n’en voit partout, sur tous les panneaux, toutes les publicités, dans tous les livres de Noël. Alors à ce moment-là, il est temps de faire un choix réel. Et avec Little Miss Sunshine, ça a été assez rapidement réglée. A sa manière comme d’habitude. Un jour, elle a fait le parallèle entre son héro, Totoro et le Père Noël. Et elle m’a demandé si ils existaient réellement tous les deux. Elle devait avoir un peu moins de deux ans et demi. Je lui ai retourné la question. Elle m’a répondu qu’elle ne pensait pas qu’un homme pouvait rentrer dans la maison par la cheminée avec une hotte pleine de cadeaux. Et puis nous avons parlé de NOTRE Noël, le partage d’un bon repas en famille, l’échange de cadeaux – quand on se dit ça vient de telle ou telle personne -, toute la magie autour de la préparation du sapin, des gâteaux de Noël, des petites attentions que l’on a les uns pour les autres… Nous en avons ensemble conclu qu’à Noël, nous aimions mutuellement nous offrir des cadeaux pour fêter tous ensemble la naissance d’un extraordinaire bébé. Et puis la conversation a été close jusqu’à l’année suivante. Pour la question de Totoro par contre, la question est restée en suspens, d’autant que nous avons visité sa maison au Japon… Mais depuis elle a compris que c’était également un personnage de fiction.

Cette année-là, lors de notre retour en Alsace, j’ai entendu ma grand-mère de 90 ans menacer Little Miss Sunshine. « Si tu ne me fais pas de bisous, le Père Noël ne t’apportera pas de cadeaux. » Je ne suis pas intervenue, parce que je n’en veux pas à ma vieille grand-mère. Nous ne sommes pas de la même génération! Mais Little Miss Sunshine est venue me voir discrètement en me disant: « Maman, tu sais, je crois que Mamama Pendule, elle ne sait pas que le Père Noël, c’est juste une jolie histoire ». Je lui ai juste répondu qu’il fallait laissé croire ceux qui y croyait, que ce n’était pas bien grave.

Cette année, je sais qu’il y a eu débat sur la question dans le bus avec un camarade plus âgé. Et que Little Miss Sunshine lui a dit que le Père Noël n’était que dans les histoires. Certains parents doivent me haïr! Mais elle m’en a parlé et je lui ai re-expliqué l’importance de laisser croire ceux qui y croyait pour ne pas les blesser.

Little Smiling Buddha est encore petit. Mais je suppose que le jour venu nous aurons le même type de conversation ou alors il l’aura avec sa soeur. De toute façon, aux yeux des enfants le Père Noël n’a aucune importance. La preuve en est, la plupart du temps, il leur fait peur quand ils en voient un, ils n’ont aucune envie d’être photographier à côté de lui – ce n’est qu’un plaisir d’adultes. Qu’y a-t-il de plus beau que de s’offrir un cadeau sans rien attendre en retour? Ni bisous, ni autre cadeau, ni merci? Juste le plaisir de chercher la bonne idée cadeau et le plaisir d’offrir. C’est ce que je veux transmettre à mes enfant. Le plaisir d’offrir autant que de recevoir.

Depuis cette fameuse conversation, nous discutons d’ailleurs souvent de la réalité des choses. Quand elle lit une histoire, elle me demande parfois si c’est une vraie histoire ou une légende. Ou quand elle voit quelque chose dans un dessin animé ou dans un film. Nous avons d’ailleurs récemment expliqué le travail d’acteurs. Qu’il y a une personne réelle derrière un personnage de fiction. Que c’est son métier de faire croire à des histoires et que la télévision, c’est comme un grand spectacle où on ne voit pas la scène. Et elle a très bien compris. Ce que j’étais loin d’imaginer. Il y a tant de choses à apprendre de nos enfants!

Et vous, quels sont vos choix et vos raisons? Vos enfants croient-ils au Père Noël?