[Roadtrip] Fujian – Jour 6: les Tulou des Hakka

Après notre belle journée à Xiamen et sur la GulangYu, nous avons repris la route le lendemain pour un des autres temps forts de ce Roadtrip dans le Fujian, la visite des Tulou, maisons rondes traditionnelles de cette région.

Le temps de prendre un rapide petit-déjeuner, de rassembler nos affaires et de refermer notre valise, et notre guide et notre chauffeur sont venus nous chercher à l’hôtel vers 9h pour prendre la route…

IMG_8379.JPG

La route a été relativement longue. Trois heures avant d’y arriver. Mais les paysages, notamment les paysages de montagnes, juste avant d’arriver dans la région où se concentrent les Tulou – maisons rondes collectives traditionnelles -, sont magnifiques. On en prend plein les yeux…

Nous avons déjeuner dans une sorte de restaurant de route à la chinoise. Il y en a des dizaines qui bordent les routes de lieux touristiques.

Notre première visite n’en fut pas vraiment une. En effet, un des Tulous les plus connus, n’est pas visitable. Les familles qui y vivent veulent garder leur tranquillité, ce qui ce comprend tout à fait et il n’est donc que photographiable de loin.

IMG_8385.JPG

Il s’agit en fait d’un groupement de maison. Quatre maisons rondes où vivent à chaque fois une centaines de personnes, et une maison carré au centre. Sans compter sur les côté, plusieurs maisons rectangulaires plus petites. C’est une des vues les plus connues de cette région.

IMG_8397.JPG

Il y a d’ailleurs deux points de vue, un au-dessus des Tulous et un en-dessous…

Puis nous sommes allés visité un grand et beau Tulou rond où vivent encore 150 personnes.

IMG_8445.JPG

Il va sans dire que dans tous ces Tulous visitables, les familles encore présentent vivent totalement du tourisme pour la plupart. On y trouve donc des tonnes de petites échoppes tout autour de la cour centrale…

 IMG_8443.JPG  IMG_8429.JPG

IMG_8425.JPG  IMG_8421.JPG

Enfin, nous sommes allés visiter le joli village de TaXia, où il y a de nombreux Tulou plus petit.

IMG_8452 P1130461

IMG_8453

IMG_8466

IMG_8469

IMG_8475

Dans ce village, il y avait une vingtaine de petits Tulou, rond et carré et même un demi-Tulou. Il y a avait aussi un joli temple destiné aux familles dont les enfants – très nombreux – sont devenus fonctionnaires.

IMG_8461

Chacune de ses familles avaient fait construire une sorte d’énorme poteau sculpté avec le nom de ceux qui ont réussi gravé dessus.

IMG_8464

Dois-je le rappelé, mais nous étions dans le Fujian au temps des fêtes du Nouvel An. Nous croisions donc régulièrement ce genre de petits tas encore fumant…

IMG_8460

Les pétards se pètent par milliers dans chaque famille en Chine à l’époque du Nouvel An et chaque nouvelle journée est propice à en claquer encore plus! C’est une coutume assourdissante qui éloigne les mauvais esprits…

Dans la soirée, nous sommes allés dîner dans un petit restaurant de rue… On a pu observer la préparation de nos plats!

IMG_8523

Et comme c’était Nouvel An, notre gentille guide nous a fait la surprise d’acheter des pétards pour Little Miss Sunshine. Je n’étais pas très chaude pour qu’elle en utilise, mais finalement, elle avait les yeux qui brillaient de voir la guide lui tendre les fontaines, alors j’ai craqué, elle les a tenu et elle a adoré! Ca lui fait finalement un fantastique souvenir, même si je la trouvais un peu petite pour se genre d’exercice…

IMG_8525

Nous avons passé une belle journée à la hauteur de nos attentes! 

 

[Recette] Granité de pastèque

Voici une recette ultra facile et rafraîchissante pour les chaudes journées d’été: le granité 100% fruits. Même bébé peut en manger à partir de 6 mois et découvrir la drôle de sensation de manger glacé.

  

Ici c’est toujours le même succès quand j’en prépare. Il suffit d’avoir un fruit qui contient beaucoup d’eau, comme la pastèque ou le melon, mais je pense que c’est également réalisable avec des fruits comme l’ananas ou la banane.

Ingrédient: 

  • Une pastèque ou un reste de pastèque

Préparation: 

  • Couper la pastèque en petits morceaux.
  • Placer les morceaux dans un récipient et mettre au congélateur pour deux heures.
  • La pastèque doit être congelée, mais pas extrêmement dure.
  • Mixer les morceaux de pastèque pour en faire un granité
  • Remettre le granité au congélateur pour une trentaine de minutes.
  • Servir et déguster!

J’adore cette recette, sans aucun produit ajouté, on a vraiment le goût du fruit glacé. Et elle se décline à l’infini! J’imagine qu’on peut également le faire avec des tomates pour apporter un peu d’originalité à une entrée!

Bonne dégustation rafraîchissante! 

[Anniversaire] Un an, ça se fête!

Quelques jours avant le solstice d’été, Little Smiling Buddha a déja eu un an. Vous vous imaginez bien que nous avons eu à coeur de lui faire une jolie fête, ou plutôt deux!

Le jour de ses un an, nous étions encore à Shanghai. Nous avons donc choisi de lui faire une surprise en lui organisant un goûter d’anniversaire. Pas beaucoup de monde, juste nous quatre et Ayi, mais la présence de Papa Lou en fin d’après-midi – qui était sorti du travail plus tôt pour l’occasion – était déja une belle surprise pour Little Smiling Buddha.

Pour l’occasion, j’avais envie de quelque chose de frais, que tout le monde pourrait déguster sans se remplir trop l’estomac pour le dîner. J’ai donc opté pour une salade de fruits géante, à base de billes de pastèque, de billes de melon, de billes de kiwi, et de bananes. Je me suis beaucoup amusée à faire de la pastèque le récipient de notre salade de fruits.

IMG_3284

Pour la décoration, j’ai ajouté quelques brochettes de fruits que j’avais préalablement découpé avec des emportes-pièces. Et pour éviter le brunissement précoce de mes fruits, j’avais abondamment arrosé ma salade de fruits d’un jus de citron.

Ce jour-là, Little Smiling Buddha a eu la chance de recevoir un superbe cadeau de la part d’Ayi. Un beau garage – son premier garage – avec un ascenseur à voiture, et quatre superbes petites voitures.

IMG_3283

Little Smiling Buddha a pris beaucoup de plaisir à découvrir son garage et ses petites voitures avec l’aide de sa soeur… Les regarder jouer ensemble, le voir observer sa soeur avec tant d’intérêt, le voir imiter les gestes de Little Miss Sunshine, étaient de vrais moments de bonheur maternel!

Nonna et GrandPapa nous avaient envoyé un colis pour son anniversaire qui était arrivé quelques jours plus tôt. Je l’avais donc mis de côté pour l’ouvrir enfin le Jour J!

Little Smiling Buddha y a découvert un super jeu de clous à enfoncer dans un socle avec un beau marteau de bois. Il a tout de suite été attiré par les couleurs vives des clous et par le système de balancier qui fait que lorsque l’on tape sur un clou, un autre ressort en face! Il a également reçu un très bel abaque, auquel il ne s’est intéressé que le lendemain. Mais qui l’a finalement tenu occupé des heures durant avant notre retour en France!

IMG_3317

Enfin, de notre part, il a reçu le joli renne à bascule rouge d’Ikea, sur lequel j’avais déja craqué pour Little Miss Sunshine a l’époque alors que nous n’avions pas la place pour le stocker. Il a adoré grimper dessus. D’abord, mis en défaut par le mouvement de balancier, il l’a finalement très vite maîtrisé.

Nous avons été vraiment ravie de partager ce moment avec Ayi. Ayi qui aura marqué le début de a vie de Little Smiling Buddha. A un an, il dit plus de mots chinois que de mots français! Et pourtant, c’est moi qui m’occupe à plein temps de lui. Il n’a passé que huit matinées et tous les mardis après-midi depuis le mois de janvier seul avec elle. Ils ont pourtant développé une superbe relation tous les deux, emprunte d’amour et de fou rire, pleine de tendresse et de complicité.

Et pour ce jour exceptionnel, Ayi avait même pensé à moi et m’avais ramené un joli bouquet de fleurs blanches très odorantes…

Le lendemain matin, pour la première fois, Little Smiling Buddha s’est levé seul, est sorti de la chambre sur la pointe des pieds et c’est dans la cuisine, en train de jouer avec les ballons que nous lui avions gonflés la veille que je l’ai retrouvé…

Quelques jours après notre retour en France, nous avons décidé de fêter l’anniversaire de Little Smiling Buddha avec la famille qui n’avait pas pu nous rejoindre à Shanghai. C’est donc chez Papapa et Mamama que nous avons organisé la fête. Ses quatre grands-parents, ainsi que trois sur les quatre arrières-grands-parents de Little Smiling Buddha ont pu y participer. Et le magnifique ciel bleu, nous a permis de l’organiser dans le jardin!

IMG_3754

Little Miss Sunshine et Little Smiling Buddha en ont largement profité!

IMG_3764

Et pour l’occasion, j’avais préparé une nouvelle salade de fruits. inspirée par une imagé que j’ai vu passé sur Pinterest, j’ai réalisé une décoration plus estivale que la fois précédente avec la représentation de deux dauphins en banane dans un récipient en pastèque aux belles vagues…

P1130724

Cette fois-ci, j’y ai glissé de la pastèque, du melon, de la banane, du raisin et des fraises. Encore une fois, j’ai largement arrosé avec le jus d’un citron.

Pour compléter ce dessert rafraichissant, j’ai préparé mon premier fraisier. Qui s’est avéré être beau et délicieux, à ma plus grande surprise! J’ai commencé par préparé une génoise. Ensuite je l’ai coupé en deux, j’ai tartiné les deux côtés de confiture de fraises, j’ai préparé de la crème pâtissière maison, j’en ai mis au centre de mon gâteau, mais aussi sur les côtés.  Et enfin, j’ai disposé les fraises juste coupées en deux sur le gâteau. Nous nous sommes régalés!

P1130723

Little Smiling Buddha a reçu de jolis cadeaux sur le thème de la musique: des cloches, des maracas, un xylophone, un tambourin,… De quoi l’occuper et nous occuper des heures durant! Mais je vous reparlerai de ses instruments dans un autre article dédié au sujet!

Nous avons passé un bel après midi en famille! Et nous nous sommes construits de jolis souvenirs à ramener dans nos bagages! 

[Expatriation] Deux ans à Shanghai

Deux ans. J’ai du mal à réaliser. Je me vois encore trépigner d’impatience de partir enfin pour la Chine et de rejoindre Papa Lou au mois de juillet 2014.

Et puis si je jette vraiment un oeil par-dessus mon épaule, je me rends bien compte de ce temps écoulé. La « surprise » de la grossesse de Little Smiling Buddha, le suivi de la grossesse en Chine, mon accouchement dans un hôpital international, la première année de Little Smiling Buddha, ses premiers pas, plusieurs voyages en Chine et ailleurs, deux rentrées scolaires pour Little Miss Sunshine, un an de vie commune avec Ayi, mon apprentissage du chinois,…

Après deux ans, nous sommes toujours encore en phase de découvertes. C’est avec le même plaisir que je me promène aujourd’hui dans les rues de Shanghai. La seule différence, c’est qu’en arrivant à Shanghai, c’est Little Miss Sunshine qui était lové dans le Boba et qu’aujourd’hui c’est Little Smiling Buddha.

Nos liens familiaux sont toujours aussi serrés. Comme lors de chaque naissance, notre vie de couple a été chamboulé, mais nous espérons que nous allons bientôt pouvoir reprendre un peu de temps pour nous et profiter un peu de Shanghai by night.

Cette deuxième année à Shanghai aura été marqué par:

  • Ma compréhension du chinois qui aujourd’hui change complètement ma manière d’appréhender cette expatriation et la culture chinoise. Je profite beaucoup plus des « spécificités » chinoises, je peux débattre des différences culturelles avec Ayi ou nos amis chinois, je peux poser des questions sur ce qui m’intrigue et avoir des réponses à mes questions.
  • Trois retours en France. Suite à la naissance de Little Smiling Buddha, nous avions passé notre premier été à Shanghai. C’est donc au mois de septembre/octobre que nous avons fait notre premier voyage retour à quatre. Nous sommes ensuite revenu en France pour Noël et enfin à la fin du mois de juin pour les deux mois d’été. Nous avons finalement bien profité de ces moments en France, et nous n’avons pas trop ressenti le manque de la famille, même si ce manque reste évidement présent dans de nombreuses occasions.
  • Nous n’avons pas eu beaucoup de visite cette année. Seuls mes parents sont venus passer deux semaines avec nous au mois d’avril.
  • Trois voyages en Chine. Le premier à l’occasion du Nouvel An chinois à Harbin, pour aller voir le festival de glace. Le deuxième juste après le Nouvel An chinois où nous avons réalisé une semaine de roadtrip dans le Fujian. Le troisième lors du festival des bateaux-dragons à Pékin.
  • Deux journées de visite autour de Shanghai. La première dans la jolie ville d’eau de Qibao. La seconde dans la très belle Suzhou, où nous aurions finalement aimé passer plus de temps.
  • Les premiers pas de Little Smiling Buddha au contact de petits camarades chinois dans le parc de notre résidence.
  • La première fête d’anniversaire de Little Miss Sunshine avec les copains et copines de sa classe…
  • La rencontre de nouveaux amis chinois autour de notre résidence: tout d’abord la jolie amitié qui lie Little Miss Sunshine et LiangLiang, son petit camarade chinois qui a un an de plus qu’elle et qui vient de temps à autre passer la soirée chez nous. Et puis l’amitié qui s’est liée entre Little Miss Sunshine et TianZhen, un petit garçon de 8 ans dont les parents sont chinois, mais qui va au lycée français et qui est ravi de retrouver quelqu’un qui parle français dans la résidence. Et puis plus récemment, la nouvelle amitié qui s’est liée entre Little Miss Sunshine et Eva, une petite taïwanaise de 8 ans qui habite dans la résidence en face de chez nous. De notre côté, nous avons lié une belle amitié avec les responsables et employés de notre petite maison de thé favorite où nous passons quasiment tous les week-ends. Nous y sommes accueillis comme si nous faisions partis de la famille. Nous sommes liés par notre passion du thé, mais également par la joie de voir grandir nos enfants respectifs. Nous nous échangeons régulièrement des « cadeaux » et autres recettes de nos pays respectifs. Ma nouvelle amitié avec Anna, la maman de la petite Eva, taïwanaise expatriée à Shanghai et maman au foyer comme moi. Entre nous, la langue de communication est souvent l’anglais, parce que contrairement à beaucoup de Chinois, elle la maitrise très bien, mais il n’empêche que nous parlons de temps à autre chinois toutes les deux.
  • Notre découverte d’un bain coréen proche de Qibao, où nous aimons passer régulièrement du temps en famille dans des bains brûlants…

Contrairement, à ce que j’ai pu entendre des autres expatriés autour de moi, au bout de deux ans, nous sommes toujours dans une phase de lune de miel avec Shanghai et la Chine. Nous nous sentons bien, nous nous sentons à notre place dans cette grande ville cosmopolite. Nous nous y voyons bien encore quelques années…

Les enfants se sont tout à fait bien habitué à cette vie. Ils ont leurs camarades chinois, leurs camardes français et puis des camarades de tas d’autres nationalités avec lesquels ils communiquent en Chinois ou en Anglais. Ils sont à l’aise avec les voyages, les changements d’horaires, de cultures,… Les observer dans leurs découvertes de l’autre avec toute l’innocence des yeux d’enfants est un vrai bonheur. Little Miss Sunshine est totalement à l’aise avec un planisphère. Elle connaît tous les continents, les pays que nous visitons, sait replacer la Chine, Shanghai, la France, Paris et le Japon, nous parlons très régulièrement différences de cultures ou de conventions sociales. C’est une richesse immense dont nous n’,entr’apercevons pour l’instant qu’une infime partie compte tenu de la jeunesse de nos enfants…

J’ai profité à fond de mon temps avec Little Miss Sunshine et Little Smiling Buddha. Je leur offre du temps en quantité et en qualité grâce à l’aide incommensurable d’Ayi. C’est exactement ce que j’espérais en devenant maman au foyer et en vivant en expatriation.

Cette nouvelle année qui s’ouvre, j’ai envie de faire un peu plus de choses pour moi: j’ai beaucoup de projets en attente que je veux concrétiser ou tout du moins commencer à concrétiser. Je veux aussi réussir à reprendre du temps en couple. Papa Lou est peut être le plus grand perdant dans cette histoire!

C’est avec bonheur que nous entamons cette troisième année d’expatriation à Shanghai…

[Education bienveillante] Respecter son rythme de sommeil

Vous avez déja remarquez comme il est difficile de respecter les besoins et les rythmes de sommeil de chacun? Je parle de vraie écoute des besoins de sommeil de chacun. De ne pas coucher un enfant juste parce qu’il pleurniche un peu, ou de ne pas étirer la soirée au-delà du rythme de sommeil de chacun juste parce qu’on a envie de regarder la fin du film. Et vous avez remarqué comme tout se passe tout de suite beaucoup mieux quand chacun à dormi selon son propre rythme?

IMG_9226.JPG

Chez nous, le rythme de l’année scolaire nous épuise, non pas parce que les journées sont surchargées, au contraire elles correspondent bien au rythme de Little Miss Sunshine, mais parce qu’il faut se coucher à un horaire qui n’est pas celui qui serait adopté naturellement. Il nous a épuisé à la longue parce que le rythme de sommeil de Little Smiling Buddha est rentré en collision avec le coucher de Little Miss Sunshine imposé par l’école durant les derniers mois de l’année et que les deux avaient du coup beaucoup de mal à s’endormir.

Alors un des grands avantages de l’été, et des vacances en règle générale, c’est que le rythme de sommeil de chacun peu à nouveau être respecté sans soucis.

Little Miss Sunshine n’a jamais été une grande dormeuse. Aujourd’hui, à quatre ans et demi, elle dort mieux et plus longtemps. Pourtant, les jours d’école, le coucher s’avère tout de même régulièrement difficile, et en conséquence, le lever également.

Depuis son plus jeune âge, Little Miss Sunshine est une couche tard. Son rythme de sommeil naturel varie entre 21h30 et 22h30 pour le coucher et entre 8h30 et 9h30 pour le lever. Durant les vacances, et même le week-end d’ailleurs, je la laisse respecter ce rythme. Je pense ne l’avoir jamais envoyé au lit avant qu’elle n’en réclame le besoin depuis qu’elle est en âge de parler. Je connais les signes et la plupart du temps, elle en est totalement consciente aussi et le verbalise assez rapidement.

Après le repas, et à la place de l’habituel rituel du coucher des soirs d’école, elle joue calmement jusqu’à ce qu’elle sente la fatigue. Elle vient alors nous voir, réclame son lait – elle boit toujours encore un biberon de lait matin et soir – ensuite, il suffit de l’accompagner dans son lit, de lui faire un bisou et elle s’endort. En maximum trois minutes, elle dort profondément.

Je suis particulièrement fière de la voir ainsi respecter son corps et ses cycles de sommeil. Quand je vois la difficulté avec laquelle, nous, adultes, nous gérons notre sommeil, je me dis qu’au moins, pour ça, nous avons réussi quelque chose! Elle s’écoute.

Mais au-delà du fait de s’écouter, il y a aussi le fait de ne pas avoir l’impression de renoncer à quelque chose en allant se coucher. Là, je pense que c’est un travail de confiance de longue haleine. Si je lui dis que ses jouets restent en place comme elle les a abandonné pour pouvoir continuer de jouer le lendemain, c’est le cas. Si je lui dis qu’elle peut regarder la fin du dessin animé/film le lendemain, c’est le cas. Si c’est une partie de jeu ou une lecture qui s’interrompt, c’est pareil. Little Miss Sunshine nous fait confiance. Elle sait qu’elle peut compter sur nous et que nous ne revenons jamais sur notre parole. C’est donc absolument sereine qu’elle quitte ses jeux ou la télévision, sans regret, avec la promesse de pouvoir continuer le lendemain.

Et pour moi, c’est un réel bonheur de la voir ainsi épanouit et en confiance, dans un moment qui, les jours d’école, est parfois bien difficile à gérer. Vous l’aurez compris, pour se lever à 6h45 les jours d’école, pas moyen de la laisser respecter son rythme de sommeil naturel. C’est là que la lutte commence… Et c’est une situation qui me désole absolument. Malheureusement, je ne vois pas d’alternative.

Evidemment, suivant les périodes et la fatigue de Little Miss Sunshine, les couchers et les réveils sont plus ou moins difficiles les jours d’école. Notre rituel est bien rôdé. Il débute tôt dans la soirée, les étapes se succèdent doucement sans se bousculer. L’apéro, le dessin animé, le dîner, puis arrive le moment calme, avec le biberon de lait, le brossage des dents et les 100 coups de brosse, l’histoire du soir, les câlins, les dernières confidences. Même les rappels sont intégrés au rituel. On n’hésite pas à le modifier pour s’adapter au besoin du moment. On aime notamment remplacer l’histoire du soir par une partie de jeu de société calme de temps à autre, pour remplir les réservoirs affectifs de tout le monde. Et c’est une alternative qui plaît à toute la famille. On aime aussi intégrer un jeu de chahut juste avant le repas en cas de besoin d’évacuer les tensions de la journée. Là encore, ça fonctionne plutôt pas mal.

Mais malgré ça, certains couchers sont plus difficiles que d’autres, puisqu’il s’agit d’aller à l’encontre d’un rythme de sommeil naturel. Alors les vacances font du bien. Même si finalement, avec l’heure tardive du coucher du soleil ici en France, le cycle du sommeil de Little Miss Sunshine a encore tendance à être plus tardif. Il est régulièrement 23h ces derniers temps, et 10h pour l’heure du réveil. Mais c’est les vacances, alors on s’adapte! Tout est possible! 

Little Smiling Buddha, de son côté, n’a pas encore un rythme de sommeil aussi marqué. Il est encore petit. Il commence, quand tout va bien, qu’aucune dent ne le chatouille, qu’il ne fait pas trop chaud, qu’il n’a pas le nez bouché, à faire des nuits relativement bonne, avec un ou deux réveils maximum. Pourtant, je peux déja affirmer que son rythme de sommeil n’a rien à voir avec celui de sa soeur. C’est un très bon dormeur – dans la mesure où rien ne vient le perturber, ce qui est rare à cet âge.

Il se réveille tôt le matin, souvent vers 6h ou 6h30. Il peut se rendormir assez facilement, au bout d’une trentaine de minutes, si rien ne bouge dans la chambre et qu’il peut téter et il ne se réveille alors définitivement que vers 8h ou 8h30.

Le soir, il commence à râler, à tomber, après 20h. Il se frotte les yeux, baille, pleurniche. C’est le signe pour moi qu’il est temps de le coucher. Il s’endort alors au sein, alors que je suis couchée dans son lit à côté de lui. Il se couche donc vers 21h. Actuellement, il commence à tenir un peu plus longtemps quand on sort, alors qu’il y a peu, il était encore impossible de sortir à ses heures de coucher.

Progressivement, son cycle de sommeil se fixe. D’ici quelques mois, nous en saurons plus et nous pourrons alors aussi nous adapter à ses propres besoins. En attendant, nous l’observons, nous faisons notre possible pour répondre à ses besoins de sommeil, même si parfois, avec un bébé qui ne fait quasiment pas de sieste – et quand il en fait c’est 30 minutes maximum dans les bras de maman et au sein – ça n’est pas évident.

J’espère qu’il arrivera un jour à s’écouter comme sa soeur y arrive, même si pour l’instant il me semble qu’il résiste pas mal à l’endormissement. Mais seul l’avenir nous le dira!

Et chez vous, comment se passe le coucher pendant les vacances? 

[Parentalité] Bébé sans couche

A la naissance de Little Miss Sunshine, nous étions déja convaincu par l’utilisation des couches lavables. Nous avions loué pour tester, puis acheté, notre lot de couches lavables que nous avons utilisé exclusivement jusqu’à ses 13 mois, puis en mixte avec des couches écologiques – de la marque Naty – jusqu’à ses presque 2 ans. Elle a été continente de jour à environ 30 mois. Nous n’avons utilisé que des couches Naty durant ce laps de temps. Une fois à Shanghai, nous avons malheureusement dû utiliser des couches Huggies pour la nuit, alors même que chaque matin ses couches étaient sèchent. Elle a fini par accepter de s’en passer la nuit vers 38 mois. Je dis malheureusement, parce qu’en arrivant c’est tout ce que nous avons été capable de trouver… Depuis, pour son frère, nous avons trouvé d’autres alternative plus écologique.

Avec Little Smiling Buddha, tout a été très différent. J’avais entendu parlé de l’Hygiène Naturelle Infantile lors d’un atelier Signe avec bébé que j’avais réalisé avec Little Miss Sunshine. J’avais de suite accroché à l’idée, mais je ne me voyais pas du tout l’appliquer, à mon niveau de réflexion sur la parentalité à cette époque.

IMG_1542

En Chine, quasiment tous les enfants vivent sans couches. Bien évidement, dans les grandes villes et dans les classes plus aisées les couches ont aussi envahit le quotidien, mais même à Shanghai, une grande partie des enfants vivent encore sans couche.

A la naissance de Little Smiling Buddha, le sans couche avait fait du chemin dans ma tête. Mais je ne savais pas comment l’appliquer au quotidien. J’avais donc en tête de faire quelque chose de mixte entre les couches lavables et le sans couche. Finalement, Little Smiling Buddha a grandit très vite. Le lot de sur-couches lavables que j’avais alors à ma disposition est devenu trop petit dès ces deux mois. En parallèle, les températures étant ici bien différentes d’en France, l’épaisseur des couches et le plastique des sur-couches n’étaient pas agréable à porter pour Little Smiling Buddha. Pour achever de me faire abandonner l’idée des couches lavables, Ayi était totalement réfractaire à cause de la chaleur et du fait que, pour elle, les couches lui semblaient trop serrés.

Little Smiling Buddha est donc rapidement repassé aux couches jetables. Et comme nous ne trouvions pas grand chose d’autres, il a porté des Pampers. Entre temps, nous avons mené notre enquête pour trouver en Chine, des marques de couches écologiques et relativement naturelles. Nous avons trouvé plusieurs marques sur le marché, notamment Bambo Nature. Mais cette marque, bien qu’intéressante, ne nous a aussi bien convenu que les Naty. Depuis, nous avons trouvé un importateur qui reçoit de temps à autre des stocks de Naty invendus et qui nous prévient pour que l’on puisse se réapprovisionner.

En parallèle, nous tentons de pratiquer le sans-couche sur une partie de la journée. Le plus souvent, Little Smiling Buddha se promène sans couche dans la matinée. Après son petit-déjeuner, je le change et je le laisse les fesses à l’air. La plupart du temps, il a fait ses besoins au moment du change – soit juste avant, soit au moment où je lui ai proposé de faire se besoins dans le lavabo au moment du change. La première heure sans couche, c’est assez rare qu’il fasse pipi. Il reste sans couche entre une heure et toute la matinée. Au plus tard, je lui remets une couche au moment du déjeuner.

Le but du sans couche, de l’Hygiène Naturelle Infantile ou Communication Elimination, n’est pas simplement de ramasser les pipis au sol, vous vous en douter. Le but est de reconnaitre les signes qui indiquent que l’enfant va faire. Pour les cacas, je n’ai pas de souci. Je reconnais très bien les grimaces qu’il fait pour me l’indiquer et jusqu’à présent, je n’ai eu qu’un loupé. Pour les pipis, par contre, c’est plus compliqué. J’avoue que je ne les attrape de loin pas tous. Quand il joue, je les loupe le plus souvent. Mais j’ai toujours une bassine et des langes à portée de main, au cas où. J’ai bon espoir d’y arriver un jour plus ou moins systématiquement! D’autant plus qu’Ayi rattrape beaucoup plus facilement que moi les pipis dans la bassine…

Je pense que pour nous, la difficulté réside surtout dans le fait que nous n’avons jamais vu personne pratiquer. Ici, quand nous jouons dans le parc de la résidence, la plupart des enfants sont sans couche. Les Ayi, les grands-parents ou les parents rattrapent tous les pipis. Le plus souvent, ils attrapent leur bébé et les placent au-dessus d’une poubelle. Je trouve ça magique! Je n’ai jamais pratiqué le sans couche à l’extérieur de chez nous. Je ne m’en sens pas capable pour le moment. Peut être pour le prochain bébé? Qui sait…

IMG_3951

Je trouve cette technique vraiment très intéressante. Et finalement, il s’agit juste de communication. Une communication entre une maman et son bébé, dont nous avons oublié qu’elle existait depuis que les couches jetables existent. Mais une communication qui devrait être aussi naturelle que celle que nous pratiquons avec notre bébé lorsque nous décryptons son envie de téter.

Et vous? Avez-vous tester de laisser vos enfants sans couche? 

Vacances d’été

Ce soir, je prends l’avion avec les enfants dans le but de passer les deux mois d’été en France auprès de notre famille. Vous l’aurez compris, nous passerons une grande partie de l’été en Alsace, mais nous avons également prévu de profiter de ces vacances pour retourner à Paris. En effet, Little Miss Sunshine est très demandeuse de retrouver des repères dans cette ville qui l’a vu grandir. Nous passerons donc une dizaine de jours chez mon frère dans la région parisienne et nous en profiterons pour monter à Paris une journée ou deux.

Little Miss Sunshine est vraiment très impatiente de retrouver ses grands-parents. Six mois qu’elle n’a pas vu Nonna et GrandPapa. Trois mois qu’elle n’a pas vu Mamama et Papapa. Elle n’en peut plus d’attendre. A notre arrivée, elle va encore vouloir bruler la chandelle par les deux bouts, de peur de ne pas avoir assez de temps à consacrer aux uns et aux autres. Les premiers jours suivant notre arrivée en France sont toujours tendus, dans le sens où elle veut profiter au maximum, tout faire tout de suite, et n’arrive plus à s’arrêter, même pas pour dormir. Mais maintenant que nous le savons, nous faisons tout pour limiter son anxiété et lui expliquer bien en amont que nous allons avoir le temps de profiter.

C’est la première fois que je voyage seule avec deux enfants. Je n’appréhende pas particulièrement. Je pense que les enfants dormiront une grande partie du trajet Shanghai – Paris. C’est pour ça que je voyage toujours de nuit. Ce qui m’inquiète le plus, c’est plutôt l’enregistrement – parce qu’il y a toujours un souci avec les billets! – et le check sécurité – parce qu’avec deux enfants, deux bagages à main, une tablette, un appareil photo et le doliprane à sortir,  le tout sans perdre un enfant ou un bagage… Mais je suis triste de ne pas avoir Ayi à mes côtés – son visa a été refusé. Ce qui m’inquiète aussi, c’est l’attente de 4h à l’aéroport de Paris à 4h du matin. C’est le moment le plus difficile même quand on est deux adultes. Je sais que c’est là que ça risque d’être le plus difficile et qu’il faut que je m’organise pour que ce long moment se passe au mieux malgré la fatigue de chacun.

Mais à notre arrivée, les grands-parents seront là pour prendre le relais. Au moins pour les valises et Little Miss Sunshine. J’espère qu’il fera beau, qu’on pourra se promener dans l’après-midi et éviter un décalage horaire trop long.

Papa Lou nous rejoindra deux semaines en Alsace mi-juillet. On passera également quelques jours à Paris et puis il rentrera à Shanghai. De mon coté, je rentrerai à Shanghai à la fin du mois d’août avec les enfants. Juste un peu avant la rentrée. Le temps de reprendre nos marques, faire quelques sorties shanghaiennes et profiter de la journée d’intégration de Little Miss Sunshine le 30 août.

J’ai pas mal de billets en attente. Certains devraient rapidement être publié – sur l’hygiène naturelle infantile ou sans couche, sur les demandes des enfants et leur rythme différent, sur la difficulté d’être à l’écoute de soi et de plusieurs enfants, sur le maternage en Chine – d’autres prendront un peu plus de temps, mais devraient être publié cet été – nos différents voyages de cette année (les Tulou du Fujian, Suzhou, Qibao et Pékin), un résumé des petits chocs culturels du quotidien quand on vit en Chine, les activités réalisées avec Little Miss Sunshine sur le thème des dinosaures, le muséum d’histoire naturelle de Shanghai) sans compter les billets plein des nouveautés de cet été que j’espère partager avec vous! N’hésitez pas à me dire si certains billets vous intéressent plus que d’autres!

Je vous souhaite à toutes et tous un bel été!

Dernier jour d’école 

Ce n’est pas sa première année d’école. Ce n’est donc pas son premier dernier jour d’école. Et pourtant, ce matin, je suis émue.

Je la vois monter dans le bus, avec sa jolie jupe bleue à froufrou, son t-shirt noir et argent, son serre-tête bleu de princesse auréolé d’une petite couronne, son sac d’école en bandoulière… Elle a grandit.

Elle est sereine, heureuse de partir à l’école, contente d’aller dire au-revoir à ses amis, ses maîtres et maîtresses. Elle sait que pour certains, elle ne les reverra plus. Elle sait que l’an prochain, elle aura un nouveau maître et une nouvelle maîtresse. Et elle est confiante.

IMG_2874-0.jpg

Elle sait que demain nous prenons l’avion pour la France. Elle trépigne d’impatience de retrouver ses grands-parents.

Elle a déjà tout un programme dans sa tête pour cet été: regarder les étoiles, jouer dans la boue, planter des graines, faire une cabane, courir dans l’herbe pieds nus, se baigner… Et puis aussi aller voir la Tour Eiffel, retourner visiter le château du Haut-Koenigsbourg, faire des manèges à sensation à Europa-Park. Elle m’en parle depuis plusieurs semaines.

Elle a grandit cette année. En taille (7cm en 6 mois!). Mais aussi en maturité aussi. Elle est plus posée. Et puis plus aventureuse aussi. Elle est bien plus indépendante et puis plus autonome. Le plus souvent, elle coopère volontiers. Parfois, elle n’a pas envie et nous le fait bruyamment savoir. Elle m’épate.

IMG_3201.JPG

C’est aujourd’hui que je m’en aperçois. En la voyant monter dans le bus pour son dernier jour d’école. J’ai eu un flash. Je l’ai revu montant dans le bus le jour de la rentrée scolaire. Et je l’ai trouvé si grandit, si belle, si épanouie. Ma magnifique petite fille.

Les deux mois d’été que nous allons passer en France la changeront encore. Je n’en doute pas. Nos voyages, notre vie par monts et par vaux, parfois loin de Papa Lou, la font grandir encore plus vite…

Et j’aime tellement l’observer. Dans ses nouvelles acquisitions. Dans ses nouvelles passions. Dans ses nouvelles compétences.

Je suis tellement heureuse d’avoir le temps de noter tous ses changements…