Les vacances d’été se terminent

Comme chaque année depuis que nous sommes en expatriation et que nous rentrons en France, nous avons l’impression que l’été passe bien vite. Nous voilà déja entrain d’attendre notre premier avion qui nous emmènera jusqu’à Paris, avant de prendre celui qui nous fera traverser presque la moitié du monde pour rentrer chez nous, à Shanghai.

L’été pour les expatriés, c’est toujours une multitude d’émotions et de sentiments qui se bousculent. La joie de retrouver la famille après une longue séparation. Le bonheur de fouler à nouveau le sol du pays qui nous a vu naître ou grandir. L’émerveillement face aux paysages familiers qui nous ont manqué. Et en parallèle, c’est souvent seule avec les enfants alors que le mari travaille encore dans le pays d’expatriation que nous passons l’été. Et ça, c’est vraiment une des choses qui me pèse. Bien sûr, si Papa Lou rentrait plus longtemps, nous n’aurions plus de vacances pour profiter de l’Asie au courant de l’année. Alors le choix est difficile, mais finalement vite fait. Cette année, pour profiter à fond des dernières vacances avant que je ne reprenne le travail, nous avons donc choisi tous ensemble que je rentrerai deux mois complets avec les enfants.

Nous avons très largement profité de notre été. Surtout les enfants. Ils n’ont laissé que peu de répit aux grands-parents. Ils ont voulu tout faire, tout voir et surtout jouer, jouer sans cesse avec eux. De mon côté, j’ai passé près de six semaines à bosser pour la rentrée. Régulièrement. Au moins deux à trois jours par semaine. Papa Lou nous a manqué, beaucoup. Et puis quand il est enfin arrivé en France, au bout de près de sept semaines, il a encore dû travailler. Difficile à comprendre pour les enfants. Et j’avoue que même pour moi, ça n’est pas évident. Il aura donc été deux semaines en France, mais aura tout de même travaillé quatre jours.

En contre partie, nous allons pouvoir profiter à fond de l’Asie cette année, puisque nous avons déja prévu une semaine dans le XiShuangBanna en octobre, ainsi que deux week-ends durant ce même mois (les montagnes du Phénix et les rizières près de Shanghai), une semaine de roadtrip sur l’île de Kyushu au Japon en novembre, une semaine au Japon (lieu exact à définir) avec Nonna et GrandPapa à Noël, une semaine dans le XinJiang avec Papapa et Mamama pour le Nouvel An Chinois et deux semaines de vacances en France en avril à l’occasion du mariage de Parrain et Tata. Devraient encore s’ajouter quelques week-ends supplémentaires en fonction de nos disponibilités, de notre fatigue et de nos finances!

C’est donc le coeur heureux et léger, la tête plein de beaux souvenirs d’été, les valises pleines de livres et la tête déja à la rentrée et à nos prochaines vacances que nous reprenons ce matin l’avion vers Shanghai.

En route vers notre quatrième année d’expatriation! 

L’odeur du café

Les odeurs. Tristement, l’odorat ne fait pas partie des sens que l’on apprend spontanément à travailler à un enfant. Je m’explique. On apprend aux enfants à toucher, à observer, à écouter, parfois à goûter, mais très peu à sentir. Et pourtant, les odeurs font partie intégrante de notre mémoire émotionnelle.

Grâce à mon ancien travail, j’ai pris conscience depuis quelques années de l’importance de notre mémoire olfactive. Et depuis la naissance de Little Miss Sunshine, je m’efforce de lui montrer l’importance d’apprendre à reconnaître les odeurs. Dès ses premiers jours, nous n’avons pas hésité à lui faire sentir les différentes épices, les différents ingrédients que nous utilisions pour cuisiner. Avant même de manger, elle connaissait déja de nombreuses odeurs. Et aujourd’hui, nous essayons dans la mesure du possible de faire pareil avec Little Smiling Buddha.

On a tous des odeurs en tête qui nous rappelle notre enfance. Certaines nous rappellent des choses positives et d’autres nous crispent. L’odeur qui me renvoie le plus à mon enfance, c’est l’odeur du schnaps de quetsches mêlé à l’odeur du café. C’est un peu ma madeleine de Proust. Elle me renvoie à mes jeunes années, lorsque j’étais chez mes grands-parents le mercredi. Après le repas, mon Grand Père prenait toujours un café et y ajoutait quelques gouttes de schnaps de quetsches maison. L’odeur du café mêlée à l’odeur de l’alcool de quetsches envahissait alors la cuisine pour de longues minutes.

Plus tard, j’ai rencontré Papa Lou. Il avait, à l’époque et durant quelques années, la grande habitude de boire énormément de café. Durant plusieurs années, c’est dans une cafetière à l’italienne que je lui préparais son café. L’odeur typique d’un café préparé à l’italienne, je la reconnais entre toute. Depuis ce temps là, même si Papa Lou ne consomme plus de café à la maison, mais du thé, cette odeur me renvoie inévitablement à lui.

Je ne consomme pas de café. Je n’aime pas le goût. Je n’aime pas cette sensation qui me rappelle inévitablement le brûler. Mais j’aime son odeur. J’aime sentir l’odeur de café le matin au réveil. Ce qui n’arrive jamais. Nous buvons du thé. Alors quand le fumet du café des voisins parvient jusqu’à chez nous, je replonge dans mes souvenirs… J’en serais presque à préparer du café, juste pour le plaisir de respirer son odeur…

Et vous, quelle odeur vous rappelle votre enfance?

[Promenade] Les marchés de Noël de Strasbourg

Après avoir profité du petit marché de Noël de mon village le jour de notre arrivée et du magnifique marché de Noël d’Obernai le lendemain, nous avons pris le train pour Strasbourg une semaine plus tard pour rencontrer la Marraine de Little Miss Sunshine et profiter des marchés de Noël de la capitale alsacienne.

Little Miss Sunshine et sa Marraine

Little Miss Sunshine était impatiente de voir la ville où Papa Lou et moi avons commencé nos études. Je lui avais parlé du grand sapin de Noël de la place Kléber et elle n’avait pas oublié. C’est d’ailleurs par le marché de Noël de la place Kléber que nous avons commencé.

Le sapin géant de la place Kléber

Et je dois dire qu’il ne restait pas grand chose de ce marché. Les récents événements en France n’y était pas pour rien, mais en plus, la place était quasiment vide de monde à quelques jours de Noël… J’ai vraiment eu un pincement au coeur.

Pour nous remonter le moral, nous avons décidé de goûter au vin chaud – enfin plutôt au chocolat chaud pour moi!

Et nous avons continué notre promenade vers le marché de la place Broglie, en passant devant de jolies maisons strasbourgeoises décorées…

Joli décor de Noël

IMG_5788-0.jpg

Joli décor de Noël

Le marché de la place Broglie est depuis toujours un de mes marchés de Strasbourg préférés. Le marché aux décorations de Noël!

Un stand de santons sur le marché de Noël

Vin chaud et jus d'orange chaud

Nous avons fait une seconde pause vin chaud et chocolat chaud, avant de prendre la route du marché de la place de la cathédrale

C’est le marché que j’ai le plus pratiqué étudiante. Lorsque j’étais en classe préparatoire littéraire dans le lycée qui donne sur la place de la cathédrale, nous y passions tous les soirs du mois de décembre un petit moment à grignoter…

Les marchés de Noël de Strasbourg La cathédrale de Strasbourg à Noël

Et puis, nous avons terminé par cette belle journée par cette magnifique vue!

J’ai été heureuse de pouvoir montrer à ma fille, cette magie de Noël en Alsace qui m’a fait vibrer toute mon enfance et d’en profiter moi-même après des années sans pouvoir y mettre les pieds par manque de temps!

Et vous, aimez-vous les marchés de Noël? Quels sont vos préférés? 

Belle année 2016!

La famille Kangourou vous souhaite une belle et douce année 2016, riche en découvertes et en petits plaisirs, dans l’amour et la bienveillance…

P1110330

Une année se termine, une autre s’ouvre. Les jours, les semaines et les mois s’enchaînent à une vitesse époustouflante depuis que nous sommes arrivé en Chine.

Little Miss Sunshine vient d’avoir 4 ans, Little Smiling Buddha a déja 6 mois révolu. C’est bien la vie des enfants qui a rythmé nos vies en 2015. Je savoure avec toujours autant de délice le fait d’être maman au foyer et de pouvoir m’occuper de Little Miss Sunshine autant qu’elle le demande. Je peux vivre à son rythme à chaque fois que c’est nécessaire, à chaque fois qu’elle le demande. Elle a adoré retourner à l’école et intégrer la classe des moyens après des grandes vacances shanghaiennes… Et puis depuis le solstice d’été, c’est au rythme de Little Smiling Buddha que je vis. Les nuits entrecoupées, les tétées, les changes, les câlins, ont largement rythmé la seconde partie de cette année. Heureusement, nous avons Ayi qui est là pour m’aider. Et c’est un luxe! Un luxe que je mesure chaque jour qu’elle passe auprès de nous…

Côté voyage, nous ne nous sommes pas promené autant que j’aurai eu envie de le faire. Un seul grand et beau voyage au Japon en février cette année. Enceinte de presque 6 mois, ça a été une merveilleuse manière de clôturer notre vie à trois avant de prendre un nouveau départ à quatre. Nous sommes tout de même rentré en France deux fois cette année: en octobre et pour Noël. Little Smiling Buddha du haut de ses 6 mois à deja parcouru quatre fois 10 000km en avion! Et j’ai eu largement l’occasion de me promener dans Shanghai et ses environs et de découvrir cette ville dans laquelle je vis depuis près de 18 mois maintenant.

Cette année, la priorité sera donc donnée aux voyages. Papa Lou et moi rêvons d’au moins un week-end par mois pour découvrir la Chine. Maintenant que la période la plus difficile des tout-petits est passée et que Little Smiling Buddha et moi avons commencé à prendre notre rythme, plus rien ne nous empêche de voyager! Pour le Nouvel An chinois, nous avons déja deux voyages au programme: un week-end à Harbin, dans le Nord de la Chine pour profiter de la neige et de la glace puis une semaine dans le Fujian, pour découvrir le berceau d’une somptueuse famille de thés chinois, les Yan Cha, et nous réchauffer au soleil…

Un autre point important à mon sens, qui marquera surtout le début de cette année, sera la diversification de Little Smiling Buddha. Je m’efforce actuellement de trouver un moyen pour m’approvisionner en produits biologiques. Nous avons trouvé quelques options, je vous en reparlerai donc certainement dans les semaines à venir. En parallèle, j’ai décidé de re-préparer tous les goûters de Little Miss Sunshine moi-même. L’achat d’un robot KitchenAid devrait grandement m’aider dans ce défi!

Cette année s’annonce donc comme une nouvelle année de découvertes et de dépaysement pour nous!

[Expatriation] Un an à Shanghai

Little Miss Sunshine et moi avons quitté la France avec 26kg de bagages le 15 août, il y a un an. Ce départ nous l’attendions depuis des années, mais surtout depuis dix semaines que Papa Lou avait déja pris le chemin de la Chine.

A Paris, plus rien ne nous retenait. La ville, magnifique pour un week-end, nous semblait de plus en plus fade et angoissante au bout de sept ans. Professionnellement parlant, nous avions fait le tour de ce que nous faisions à l’époque. Et aucune opportunité, que ce soit en terme d’emploi ou de déménagement, ne s’était présentée à nous. Nous quittions donc la France, le coeur léger, prêt à vivre un nouveau départ.

Un an plus tard, où en sommes nous? 

Nous avons découvert une ville fantastique, entre tradition et modernité, entre culture chinoise et culture occidentale, où le dépaysement est à chaque coin de rue. Nous avons reconstruit notre quotidien, pas si différent de celui que nous vivions en France et pourtant totalement neuf, dans notre magnifique appartement de 160m2.

Déja fusionnels, nos liens familiaux se sont encore re-serrés. Par la force des choses, parce que nous sommes juste tous les trois – tous les quatre maintenant -, mais aussi parce que nous avons enfin l’occasion de passer beaucoup de temps ensemble, chaque soir, chaque matin et les week-end qui ne sont plus amputés par mon travail. Nous en profitons pour faire de la pâtisserie, de la cuisine, visiter la ville, faire du shopping, organiser des sorties, nous reposer, regarder des films et des dessins animés, aller au restaurant, boire du thé, … Passer ensemble du temps de qualité en quelque sorte.

Papa Lou s’épanouit dans son nouveau travail. Il travaille finalement moins qu’à Paris et on peut donc plus profiter de lui. Il est plus régulièrement en déplacement mais pas trop non plus.

Je suis enfin maman au foyer sans culpabiliser. Personne pour me juger – la plupart des femmes d’expat le sont – et pas de question financière. J’ai le temps de me consacrer totalement à l’éducation de mes enfants. Et c’est un choix que je n’arrivais ni à assumer, ni à mettre en place de manière viable en France, bien que nous étions tous les deux d’accord sur le principe. Aujourd’hui, je suis heureuse d’être disponible à 100% pour mon fils et de pouvoir m’occuper de ma fille dès qu’elle sort de l’école.

Cette année en Chine, c’est aussi

  • la première rentrée de Little Miss Sunshine, dans une magnifique école que nous n’aurions jamais pu nous offrir en France.
  • l’apprentissage d’une nouvelle langue pour toute la famille: le Chinois. Et il faut bien dire que suivant les membres de la famille, la facilité d’apprentissage et le niveau d’apprentissage n’est pas le même!
  • l’utilisation de l’anglais au quotidien – sauf entre nous où nous gardons bien évidement le Français! Little Miss Sunshine sera trilingue, c’est sûr!
  • deux voyages en Chine. Un roadtrip dans le Yunnan avec Papapa et Mamama, suivi d’un week-end prolongé à Xi’an avec Nonna et GrandPapa. Et un roadtrip hivernal dans les Alpes japonaises.
  • une grossesse et un accouchement à Shanghai dans un hôpital international. Et un magnifique bébé dont l’acte de naissance est écrit en chinois…
  • la découverte de la vie avec une gouvernante à la maison. Et qui plus est qui ne parle que Chinois! Et par la même occasion la découverte de la cuisine traditionnelle chinoise et surtout sichuanaise.

Et puis toutes ses petites découvertes qui rythment nos sorties. Le dépaysement n’est jamais très loin. On garde au quotidien les yeux grands ouverts, on s’émerveille régulièrement comme des enfants, et pour le bonne humeur et le bonheur familial, il n’y a rien de mieux!

Bien sûr, il y a les moments plus difficile où notre famille et nos amis nous manque. La naissance de Petit Poisson, la naissance toute récente de mon premier neveu, les fêtes de famille dont on reçoit des photos… Mais nous avons eu la chance de rentrer deux semaines en Alsace pour les fêtes de fin d’année, Papapa et Mamama ainsi que Nonna et GranPapa sont venus nous voir deux fois (en octobre/novembre et en avril/mai) et la Marraine de Little Miss Sunshine a également passé une semaine avec nous au mois de mars. Après huit mois sans retour en France, nous sommes impatient de rentrer au mois de septembre, de revoir tout le monde, de passer du temps avec eux.

Quoiqu’il en soit, cette première année a été vraiment très épanouissante pour toute la famille. Et nous entamons notre deuxième année en Chine avec un large sourire sur les lèvres…

[Grossesse] Voyager enceinte

Je viens d’effectuer mon troisième voyage en étant enceinte. Les deux premiers avaient eu lieu lors de ma première grossesse: en Andalousie au mois de juin alors que j’étais enceinte de 3 mois puis à Venise au mois de septembre alors que j’étais enceinte de presque 6 mois. Le troisième voyage, je viens de l’effectuer dans les Alpes japonaises au mois de février alors que j’étais enceinte de 5 mois. Forte de ses quelques expériences, j’aimerai partager avec vous mes astuces pour voyager sereine tout en étant enceinte.

Vous trouverez ces informations un peu partout, et même ma gynécologue chinoise me l’a encore répété le mois dernier, la période idéale pour voyager enceinte, se situe entre 3 et 6 mois de grossesse. Bien sûr, tout dépend de la manière dont se déroule votre grossesse, mais si tout va pour le mieux, il n’y a pas de raison de se priver! En effet, les maux du début de grossesse sont passés, le regain d’énergie du deuxième trimestre fait son petit effet, on se sent en pleine forme et les effets de la prise de poids ne se font pas encore sentir.

Lors de ma première grossesse, et avant de savoir que j’étais enceinte, nous avions programmé deux roadtrip au cours de l’année 2011: un premier au mois de juin en Norvège, pour aller voir le soleil qui ne se couche jamais, et un second au mois de septembre au Québec. Quand nous avons appris ma grossesse, nous avons décidé de changer nos plans. Un roadtrip impliquait de marcher beaucoup et/ou d’effectuer de long trajet en avion puis en voiture dans le cas du Québec et je ne me sentais pas d’attaque. En parallèle, et je ne sais pas vraiment pourquoi, sans doute sans raison réelle, mais l’alimentation que j’allais pouvoir trouver – enceinte on ne peut rien manger de cru – en Norvège m’inquiétait. Avec le recul, je crois que c’était  surtout la peur de l’inconnu qui m’inquiétait pour cette première grossesse. Finalement, nous avons donc choisi de visiter des pays que nous connaissions déjà: l’Espagne et l’Italie.

Pour cette seconde grossesse, quand Papa Lou m’a proposé de partir au Japon, je n’ai même pas réfléchi, j’ai accepté. L’important, je pense est déjà de se sentir en confiance face à la destination que nous choisissons, même si finalement elle diffère de nos plans initiaux ou de nos envies habituelles. La grossesse est un moment particulier de la vie d’une femme et certaines choses que l’on ressent ne s’expliquent pas vraiment, alors je crois qu’il faut se faire confiance et s’écouter.

Pour le voyage en lui-même, je pense qu’il vaut mieux éviter les voyages trop longs – disons ceux qui excèdent les 5 ou 6h de transport. Pour des raisons de circulation du sang essentiellement. Il faut essayer de se lever et de marcher régulièrement si on est dans l’avion ou le train et de s’octroyer des pauses un peu plus nombreuses si l’on est en voiture. Et ne pas hésiter à demander des bas de contention à son médecin le cas échéant. Penser à avoir toujours à proximité de vous une bouteille d’eau et quelque chose à grignoter.

Pendant la grossesse, outre peut être vos vitamines – si vous en prenez – et votre crème/huile hydratante pour votre ventre, il n’y a rien à emmener de particulier. Pensez à demander un certificat de grossesse à votre médecin. Il vous servira de coupe-file à l’aéroport ou pour monter à bord de l’avion et vous servira également de justificatif de temps de grossesse dans certains pays procéduriers – comme au Japon où on m’a fait signer un contrat d’assurance et de renonciation à les attaquer! – ou face à certaines compagnies aériennes. N’oubliez pas de vérifier la politique de votre compagnie aérienne en terme de grossesse. Certaines refusent les femmes enceintes pour des raisons de sécurité dès 6 mois de grossesse.

Durant le séjour, je pense qu’il faut adapter son rythme à celui que nous dicte notre corps. On ne pourra sans doute pas effectuer autant de visites qu’en tant normal, on sera plus vite fatigué, alors c’est le moment de profiter des salon de thé et autres restaurants et cafés de votre pays de destination! Penser à boire beaucoup, à faire des pauses régulières pour vous assoir, à avoir toujours quelques choses sur vous à grignoter en cas de fringale. Penser également à trouver régulièrement des toilettes, que ce soit dans les cafés ou dans les lieux publiques, ce qui est beaucoup plus simple à faire en Chine ou au Japon qu’en France!

Compte tenu des spécificités de chaque pays, essayez de vous renseigner sur ces dernières directement auprès d’autochtones – je pense là aux hammams, aux massages, aux saunas, et autres habitudes que l’on a envie de découvrir en fonction des pays. Pour le Japon, par exemple, je me suis renseignée auprès d’une amie japonaise qui a été enceinte il n’y a pas longtemps sur les habitudes japonaises des femmes enceintes en ce qui concerne les bains chauds. Les sources chaudes sont répandues à travers tout le Japon et les bains se prennent à une température de 40 à 44°C environ. Elle m’a répondu qu’il n’y a aucune contre-indication chez eux. Il faut bien évidement écouter son corps et ne pas prendre de bain si on ne se sent pas bien. Et il faut faire particulièrement attention à bien se tenir et à conserver son équilibre sur les sols glissants, ne pas rester dans l’eau chaude trop longtemps – mais en s’écoutant, on sait très bien quand sortir. Si j’avais demandé à mon médecin français, ou même à ma gynécologue chinoise, je suis sûre qu’ils m’auraient interdit les bains à 42°C par manque de connaissances de ces derniers. J’ai pris un bain chaud chaque jour – c’est tellement agréable! – et tout va bien pour mon bébé et moi! J’avais fait de même lors de notre premier séjour au Japon avec Little Miss Sunshine, j’avais demandé à cette même amie qu’elles étaient les habitudes japonaises dans les bains avec des enfants d’à peine un an. Le tout est de se renseigner au préalable et de prendre une décision en connaissance de cause et pas sur un coup de tête une fois sur place.

Lors de notre voyage en Andalousie au mois de juin 2011, la température est monté à plus de 42°C à Cordoue et Cadix. Je n’aurai jamais pensé survivre à une telle température, surtout enceinte. Mais en imitant le rythme de vie des autochtones – sorties matinales pour profiter de la « fraîcheur », sieste à l’hôtel jusque vers 16h après le déjeuner, dîner sous les brumisateurs en terrasse et à l’ombre -, en buvant beaucoup d’eau en en vidant un nombre certains de brumisateurs, je n’ai absolument pas souffert de la chaleur! Une des clefs à mon sens est vraiment de s’inspirer de ce que font les gens qui vivent dans le pays!

Pour le Japon, comme nous avons effectué un roadtrip, comprendre que nous étions par monts et par vaux chaque jour, en train ou en bus, à changer d’hôtel et à effectuer de nombreuses visites, il nous fallait compter sur un minimum de bagages à trois. Nous avions deux petites valises et un sac à dos. Papa Lou a porté Little Miss Sunshine dans le Boba – porte-bébé – chaque fois qu’elle en ressentait le besoin, c’est aussi là qu’elle a effectué quelques siestes. Nous n’emportons jamais de poussette, c’est bien trop contraignant! Chaque jour, nos valises étaient laissés en consigne à la gare – j’en parle là-bas – et nous n’avions donc qu’un sac à dos et le porte-bébé pour nous encombrer. Je n’ai d’ailleurs porté le sac à dos que rarement, Papa Lou s’est chargé de tout. Je n’avais finalement que l’appareil photo à porter!

Un autre point important est l’alimentation. Plus encore que lors d’un voyage sans être enceinte, il faut faire attention à ce que l’on mange. Choisir des restaurants dont la devanture est propre, qui semble soigné est déja un bon point. Ne manger que des produits cuits et éviter tous les légumes crus dont on ne sait pas comment ni avec quel eau ils ont été nettoyé. Outre le risque d’intoxication alimentaire, c’est aussi essentiel pour celles qui comme moi ne sont pas immunisées contre la toxoplasmose. Pas de sashimi pour moi cette fois-ci au Japon. Mais ce n’est que partie remise 😉 L’avantage, c’est qu’en dehors de la France, l’habitude est quand même de manger la viande bien cuite, donc peu de risque de ce côté-là. Ce n’est évidement pas vraiment le moment de tester la street-food… Mais il y a des tas d’autres choses à découvrir!

A mon sens, voyager enceinte est un très joli moyen de clore une période, de tourner une page – notre vie à deux pour la première grossesse, notre vie à trois pour celle-ci -, de se changer les idées, de garder en tête de merveilleux souvenirs pour les périodes un peu plus difficiles d’après-acouchement. Et je pense que si le voyage fait partie de nos vies, cette période est au moins aussi intéressante à tester qu’une autre!  

Et vous, avez-vous voyagé ou voyageriez-vous enceinte? Racontez-moi! 

[Grossesse] Bola

Je ne vous en ai pas encore parlé, mais elle m’accompagne depuis Noël maintenant, il s’agit de ma bola de grossesse. Si vous vous souvenez bien, j’avais découvert les bolas dès le début de ma première grossesse. Papa Lou m’en avait d’ailleurs offert une dès le troisième mois environ.

Contrairement à ce que j’avais pensé au départ, la bola ne m’aura que peu servie pour calmer Little Miss Sunshine une fois qu’elle était sortie de mon ventre. Nous l’avons fait quelques fois, mais de manière plutôt anodine. Par contre, c’est un souvenir qui fait intégralement partie de ma première grossesse. Elle a intégré la boite à bébé de Little Miss Sunshine, comme son bracelet de naissance, son premier doudou, ses premiers chaussons souples, sa première tétine,… Aujourd’hui, nous en reparlons très régulièrement avec elle. Et je regrette d’avoir laissé la boite à bébé de Little Miss Sunshine chez ses grands-parents en Alsace, j’aurai aimé pouvoir lui offrir sa bola.

IMG_6037.JPG

Cette fois-ci à nouveau, Papa Lou m’a offert une bola. Une jolie bola représentant deux papillons. Comme lors de ma précédente grossesse, je la porte tous les jours, sans exception. Petit Pois est encore un peu petit pour réagir aux sons, mais j’aime jouer avec la bola sur mon ventre. Little Miss Sunshine y réagissait facilement à partir du sixième mois de ma grossesse.

Ces premiers jeux sont un petit moment que je prends avec lui, juste pour nous deux. Un premier semblant de complicité naissant avec ce nouveau bébé

Et vous, avez-vous testé les bola de grossesse? 

Belle année 2015!

Déja 2014 est terminée. Et nous entamons joyeusement 2015. Voir se clore une année me donne envie de me replonger en arrière de revoir notre cheminement au travers des mois et des semaines que nous venons de passer.

P1100679

2014 aura été l’année de la réalisation de notre grand projet. Le projet qui nous tenait en haleine depuis des années. Ce projet qui a failli tomber à l’eau avant de rebondir vers une nouvelle destination. Ce projet qui nous a mené à Shanghai en Chine depuis le milieu de l’année 2014.

2014 aura été une année très particulière pour notre vie de famille. Nous avons été longtemps séparé. Jamais auparavant, nous n’avions passé autant de temps l’un sans l’autre. Une épreuve pour tous les deux. Sans compter que depuis notre arrivée en Chine, Papa Lou multiplie les déplacements qui nous l’enlève régulièrement plusieurs jours de suite.

2014 aura été une année durant laquelle Little Miss Sunshine et moi avons largement pu profiter de notre famille. Ca n’était pas arrivé depuis des années. Elle a pu nouer un lien réel et intense avec ses grands-parents durant cette longue période. Ils ont pu se découvrir, apprendre à se connaître et s’apprivoiser. Un bonheur de la voir évoluer ainsi!

2014 aura été l’année de notre changement de vie. Une nouvelle vie. Nous sommes repartis à zéro en juillet 2014 en arrivant à Shanghai. Dans tous les sens du terme. Nous n’avons quasiment emmené aucune de nos affaires. Nous sommes arrivés dans un pays dont nous ne connaissons ni la culture, ni la langue. Little Miss Sunshine a débuté sa vie d’écolière. Nous avons tous nos repères, tout notre cercle familier à recréer. Un travail de longue haleine! Et qui malgré la difficulté se révèle tellement bénéfique…

Une nouvelle aventure nous attend déja pour 2015. Un heureux événement. Un deuxième bébé qui va venir nous rejoindre au courant du milieu de l’année. Une grande et magnifique aventure à quatre…

P1100680

Toute la famille Kangourou vous souhaite à tous une très belle année 2014. Nous vous la souhaitons remplie de joie, de bonheur, d’amour et de beaux projets qui se réalisent…