[Peinture] Le bassin aux nymphéas 

Pour la première fois, avec la classe de TPS dont je suis en charge durant mon stage de reconversion, j‘ai eu envie de tenter un atelier « Peindre à la manière de… » Cela fait longtemps que je voulais proposer un atelier de ce type à Little Miss Sunshine, mais je n’en avais pas encore eu l’occasion.

Comme nous étions alors en plein dans le thème du printemps, j’ai eu envie de leur faire peindre des fleurs, mais je voulais aussi qu’ils puissent peindre de différentes manières (avec un pinceau, avec les mains, des éponges ou des tampons) C’est le tableau « Le bassin aux nymphéas » de Claude Monet qui m’a le plus parlé à ce moment-là. Ce n’est pas tout à fait le thème du printemps, les nymphéas fleurissant plutôt à l’été et j’aurai tout aussi bien pu faire cet atelier lors du thème « l’eau et l’été » de ce mois de juin, mais j’avais à coeur de réaliser quelque chose qui me parlait avant tout à moi, pour passer mon enthousiasme plus facilement aux enfants. C’était une première pour moi.

Pour commencer, j’ai fait quelques recherches pour parler de l’auteur, Claude Monet, aux enfants. Il ne faut pas oublier qu’à deux ans et demi – trois ans, leur capacité de concentration est relativement réduite. Je me suis aidé du site Wikimini, écrit par des enfants pour dégrossir le sujet et puis j’ai sélectionné moi-même ce que j’allais leur expliquer. J’ai préparé une photo de l’auteur et une autre photo de l’oeuvre que j’avais prévu de leur faire copier. J’ai plastifier le tout pour qu’ils puissent observer les photos, se les passer, en parler.

J’ai commencé par leur montrer la photo du « Bassin aux nymphéas ». On a parlé des couleurs, de ce qu’on voyait sur la peinture. Puis nous avons parlé du peintre, de son métier, de son époque et de son lieu de vie. Et puis on est revenu sur l’oeuvre. Quelles couleurs allions-nous utiliser? Qu’est-ce qu’on voit quand on se met très très près du tableau? Comment allions-nous pouvoir faire comme le peintre? Ils m’ont paru étonnement intéressé par le sujet (je pensais les perdre beaucoup plus tôt!)

A l’école, nous utilisons beaucoup un matériau super sympa et qui permet de faire vraiment beaucoup de chose, le KT Board, une espèce de tableau de mousse que l’on peut très facilement découper ou peindre.  C’est ce que j’ai utilisé comme toile de fond. Le mien était vert, pour faciliter le travail des enfants. Je l’avais séparé en deux avec du washi tape afin de créer deux espaces de coloriage: un espace bleu et un espace vert. Chacun a pu choisir l’endroit où il avait envie de peindre en me précisant la couleur qu’il allait peindre. Les enfants se sont tous prêtés au jeu. Ils ont peint avec beaucoup d’entrain. Je n’avais fait passer que deux consignes simples: respecter les zones de couleurs et remplir tout le tableau sans laisser de blanc.

Quelques uns ont essayé de peindre par petites touches, comme nous en avions parlé. Mais très vite, face à leur enthousiasme, j’ai laissé tomber cet aspect pour les laisser exprimer leur propre sens artistique. Et ils s’en sont donné à coeur joie. Tout y est passé, le pinceau, les doigts, la main,… Mais ils ont consciencieusement remplis le tableau sans laisser de « blanc ». Et c’était pour moi l’essentiel de cet exercice.

Lors d’une seconde séance, une fois que le fond de notre tableau était bien sec, je leur ai proposé de créer les nymphéas. J’avais prédécoupé les feuilles des nénuphars dans du papier vert cartonné. J’ai commencé la séance en leur redonnant les photos plastifiées de Claude Monet et du tableau. Et puis nous nous sommes rappelés ce que nous avions fait la fois précédente.

Puis nous nous sommes installés à table, je leur ai donné à chacun une feuille de nénuphar et une bouteille de soda vide. Nous avons utilisé le fond de la bouteille pour créer les fleurs. La consigne était de tremper le fond de la bouteille dans la peinture rose puis de la poser trois fois sur la feuille de nénuphar. Ce travail a été très rapide. J’avoue que j’en ai interrompu l’un ou l’autre dans leur élan de remplir la feuille de nénuphar de rose. Une seule a relativement respecté la consigne des trois fleurs.

Pour terminer le travail, j’ai découpé un pont en bois dans du papier mousse marron. Et quand tout a été bien sec, j’ai collé le pont et les feuilles de nénuphars au pistolet à colle chaude. Les enfants ont été ravi de voir le résultat de leur travail, de chercher quelles feuilles de nénuphars est à qui, et depuis, leur oeuvre trône au milieu de la salle de classe.

Je suis ravie de cette première tentative. Elle est loin d’être parfaite, mais j’ai essayé au maximum de ne pas brider les enfants dans leur envie de créer (même si je l’ai un peu moins respecté sur le deuxième atelier). Dans l’idéal, j’aurai aimé qu’ils peignent plus par touche, que je trouve un moyen de les faire participer à la réalisation du pont (mais j’ai eu une idée pour les faire participer après coup: aller ramasser des bâtons dans le parc et les laisser me les passer pendant que je les colle à la colle chaude). Je retenterai l’expérience de la peinture à la manière de … avec ma propre classe l’année prochaine! 

[DIY] Puzzle botanique: la fleur

Durant le mois d’avril, à l’école, toutes les classes travaillent sur le thème du printemps et du jardinage.

A cette occasion, j’ai créé un puzzle et un dé en papier mousse et en feutrine pour aborder la botanique avec les enfants de la Toute Petite Section (TPS). Ce puzzle me permet d’introduire l’utilisation d’un dé, de poursuivre la compréhension et la réalisation de puzzle, de réviser les couleurs, mais surtout d’introduire le vocabulaire de la fleur. C’est également un jeu sensoriel qui permet de toucher les différences de textures entre le papier mousse et la feutrine.

Ce puzzle est très facilement adaptable pour des enfants plus âgés. On peut utiliser un dé classique et ajouter des autocollants avec un nombre de point ou encore un chiffre sur chaque partie de la fleur. Pour les jeunes lecteurs, on peut ajouter des étiquettes à faire écrire par les enfants avec les noms de chacune des parties de la fleur pour approfondir le puzzle.

 

J’ai tout d’abord commencé par réaliser un dessin, qui m’a servi de gabarit pour réaliser ma fleur.

Ensuite, j’ai découpé partie après partie mon gabarit en prenant soin à chaque fois de dessiner puis découper ladite partie de la fleur dans de la feutrine ou du papier mousse. D’abord la terre, puis les racines, la tige, les feuilles, les pétales et enfin le cœur. J’ai tout fait en double dans le but de réaliser deux puzzles pour créer deux groupes lors de ma présentation du puzzle aux enfants.

Enfin, j’ai cherché un gabarit de dé sur internet. Avec du carton épais, j’ai réalisé le dé, que j’ai ensuite simplement collé au pistolet à colle pour plus de solidité.

Sur chaque face du dé, j’ai collé une des couleurs de la fleur. Le papier mousse rouge pour les pétales, le papier mousse jaune pour le cœur, la feutrine vert tendre pour la tige, la feutrine blanche pour les racines, le papier mousse marron pour la terre et la feutrine verte foncée pour les feuilles.

J’ai actuellement sept élèves dans la classe de TPS où je suis en formation. Erreur de débutante, lors de la première présentation, je n’ai pas laissé assez de temps aux enfants pour toucher, observer, s’approprier le jeu. Résultat, ils ont beaucoup voulu s’approprier les pièces au cours de la partie. Et je pense que c’était d’autant plus flagrant qu’il y avait un aspect sensoriel au jeu… Mais on va dire que c’était une séance de présentation. J’ai évidemment changer ma manière de faire pour la présentation suivante. Mais si la première présentation était à refaire, je présenterai le jeu une première fois sur le temps d’accueil pour qu’ils puissent se l’approprier avant d’essayer de faire le jeu.

Ils ont eu l’air d’apprécier le jeu. Ils ont aimé toucher les différentes textures, essayer de replacer les différentes parties de la fleur. Lors de la première présentation, j’ai hésité à les laisser construire la fleur comme ils le désiraient. Mais j’ai finalement opté pour guider le jeu. A plus y réfléchir, la prochaine fois que je présenterai ce jeu pour la première fois à un groupe, je pense que je plastifierai une photo du jeu complet que je poserai sur la table pour les guider, mais que je les laisserai créer la fleur comme ils le désirent.

Pour la deuxième présentation, c’est ce que j’ai fait. J’ai posé les pièces de puzzles sur la table, en leur demandant si ils se rappelaient de ce jeu (que nous avions vu pour la première fois ensemble une semaine plus tôt). Trois enfants sur les six ont tout de suite voulu jouer avec le dé. Je les ai donc installé ensemble à une table pour réessayer de les faire jouer avec le dé. Ils ont donc lancé le dé tour à tour, mais je ne les ai pas guidé pour placer les pièces. Les autres ont tour à tour essayé de reconstituer la fleur comme ils l’entendaient sans dé. Et c’était plutôt intéressant à observer. Surtout quand ils ont essayé de s’aider les uns les autres pour se corriger. J’ai vraiment beaucoup aimé ce moment. Pour conclure, nous avons bien reformé notre jolie fleur.

Lors de cette deuxième présentation, nous avons vraiment bien pu aborder les différents termes de la botanique de la fleur que je voulais leur apprendre (les pétales, le coeur de la fleur, la tige, les feuilles, les racines), contrairement à la première présentation, où nous étions, comme je le disais, vraiment dans la découverte du matériel en lui-même.

J’au aussi remarqué, que lancer le dé n’a pas été chose facile pour tout le monde. Pourtant j’avais justement créé un grand dé pour leurs petites mains. Ils ne doivent pas avoir eu l’habitude de jouer avec un dé. Ca m’a donc donné l’idée de leur créé un nouveau jeu, différent, pour le thème du mois de mai, les animaux et l’agriculture.

[DIY] Attrape-soleil

Lundi dernier au réveil, un beau soleil éclairait le ciel shanghaien. Il m’a donné envie de préparer notre balcon pour le printemps, de nettoyer les traces de l’hiver et de la pollution. Avec Little Smiling Buddha, nous nous sommes donc affairés une grande partie de la matinée.

Quand le balcon a enfin retrouvé un air plus printanier, j’ai eu envie de nettoyer les vitres. J’ai alors décroché les jolis flocons de neige bleu et blanc qui ornaient nos fenêtres cet hiver et j’ai eu envie de les remplacer par quelque chose de plus coloré.

Et voilà ce que nous avons réalisé en quelques minutes avec Little Smiling Buddha. Il nous a fallu: 

  • Du papier canson de couleur
  • Du papier vitrail de plusieurs couleurs 
  • Un crayon
  • Un ciseau 
  • De la colle 

Dans un premier temps, j’ai donné des morceaux de papier vitrail à Little Smiling Buddha avec pour consigne de les déchirer en petits morceaux. Ce qu’il s’est empressé de faire avec beaucoup d’application.

Pendant ce temps, j’ai dessiné des formes sur le papier canson: un cœur et une fleur. Je les ai évidés, laissant une bande de papier assez large pour y coller le papier vitrail.

Ensuite, j’ai montré à Little Smiling Buddha comment mettre de la colle sur les petits morceaux de papier vitrail qu’il venait de déchirer avec un tube de colle. Il a beaucoup aimé manier le tube de colle. Il en a mis un peu partout. Mais il s’est bien débrouillé. Il arrivait à coller les morceaux de papier vitrail plus ou moins côte à côte, ou l’un sur l’autre, réalisant une jolie mosaïque.

J’ai évidemment guidé la fin de la réalisation pour que le papier vitrail remplisse bien la surface évidée de notre cœur et de notre fleur.

Je l’ai trouvé très appliqué et concentré sur cette création. Mais de toute façon, quand il s’agit de bricoler avec moi, il est toujours partant!

À son retour de l’école, Little Miss Sunshine à tout de suite repéré nos jolies créations. Elle a voulu en réaliser elle aussi. J’ai donc ressorti le matériel, dessiné deux nouvelles formes sur du papier canson (un papillon et un oiseau, idée de Little Miss Sunshine), découpé et évidé les formes et elle a fait le reste.

Ils sont tous les deux très fiers de montrer leurs jolies créations à tous ceux qui passent la porte!

Et moi je suis ravie d’avoir une jolie décoration colorée et printanière qui égaie mes fenêtres…

Et vous, avez-vous déja réalisé des attrapes-soleil? 

[Jeu] Mosaïques en bois

Il y a un moment déjà, Little Miss Sunshine avait reçu un joli coffret de mosaïques en bois de la marque Mélissa & Doug. Elle n’avait jamais réellement accroché, et j’étais un peu déçue. Elle avait bien réalisé, planche après planche, les modèles prédéfinis, mais n’avait pas cherché plus loin et nous avions fini par ranger ce jeu.

Il y a quelques semaines, nous l’avons ressorti à sa demande et ce fut une réelle re-découverte. Depuis, c’est le grand amour. Régulièrement, le soir, un peu avant de passer à table, quand la tension de la journée tombe doucement, Little Miss Sunshine et Little Smiling Buddha passent de long moment à créer de nouvelles mosaïques.

Les modèles ont d’abord été très simples. Et progressivement, Little Miss Sunshine a trouvé comment créer des mandalas. Et depuis elle n’arrête plus…

Elle aime créer des fleurs de toutes sortes. Elle s’essaie en mettant de petites pièces ou de grandes pièces au centre, pour éviter de faire toujours les mêmes.

Et Little Smiling Buddha aussi essaie de créer des formes, par imitation. Il s’assoit à côté de sa soeur, l’observe de longs moments, puis commence par lui passer des formes en bois au fur et à mesure de ses besoins, jusqu’à se décider à créer lui-même. C’est chaque fois le même rituel. Et je trouve ça adorable!

Voici quelques modèles réalisées par Little Miss Sunshine…

Ce jeu est juste génial. Il est riche en apprentissages et en découvertes. Il prouve à l’enfant qu’il peut être un vrai artiste et créer ses propres figures. Je ne l’aurai jamais proposé à un enfant de 18 mois, mais en observant Little Smiling Buddha, je me rends compte qu’on peut très facilement le substituer à un puzzle et laisser libre cours à l’imagination de l’enfant. Bien sûr, tout dépend de l’enfant. Comme je le disais au début de mon article, il y a un an encore, donc à 4 ans, Little Miss Sunshine ne s’y intéressait pas…

Les mosaïques en bois ne sont finalement pas si nombreuses que ça pour les grandes créations dans ce coffret. J’ai essayé d’en trouver en Chine, mais impossible pour le moment. J’espère que nous aurons l’occasion de leur en offrir encore!

C’est un réel coup de coeur pour toute la famille!

[Activités] La chenille qui fait des trous

Depuis quelques semaines, Little Smiling Buddha est totalement passionné par l’histoire de la chenille qui fait des trous d’Eric Carle, qu’il me fait lire et relire plusieurs fois au cours d’une même journée. C’est un livre que nous avons acquis en anglais, à notre arrivée à Shanghai. Little Miss Sunshine avait donc deux ans et demi. Mais j’ai choisi de lui traduire en français quand nous le lisons – sauf quand nous le lisons avec sa soeur – afin d’approfondir son vocabulaire en français dans un premier temps. Et il a déja intégré pas mal de vocabulaire au travers de cette petite histoire: la chenille, le cocon, le papillon. Sans compter certains aliments qu’ils connaissaient déja en partie. On n’insistera jamais assez sur la lecture pour l’acquisition de vocabulaire. Les livres sont des trésors!

J’aime beaucoup ce livre et nous l’avions déja bien exploité avec Little Miss Sunshine, quand elle avait trois ans et demi pour étudier le cycle du papillon. Je vous en avais d’ailleurs parlé là-bas.

Cette semaine, je me suis replongée dans mon tableau Pinterest consacré aux livres d’Eric Carle. J’y ai allègrement pioché idées et inspiration. Et j’ai commencé, comme j’avais déja dans l’idée à l’époque pour Little Miss Sunshine par créer un bac sensoriel coloré sur le sujet.

Quand nous avions acheté le livre, il y avait une peluche avec. A l’époque, je n’avais pas pensé à son utilité, mais c’est finalement plutôt sympa d’avoir une peluche pour créer facilement de jolis bacs sensoriels. Le bac a eu pas mal de succès. Surtout la feuille et l’oeuf que j’ai créé en feutrine pour l’occasion et le riz coloré qu’il manipulait pour la première fois.

Lors de la deuxième présentation, j’ai ajouté les cartes de nomenclature que j’ai créé pour l’occasion grâce aux scans du livre et au super site C’est pour vous. Après avoir été intéressé uniquement par le riz coloré, il a finalement décidé de donner à manger à sa chenille.

Je re-proposerai régulièrement le bac sensoriel à Little Smiling Buddha tant qu’il montre de l’intérêt pour celui-ci.

J’ai imprimé les jolies cartes de nomenclature en grand modèle afin que Little Smiling Buddha puisse mieux s’en servir. J’ai dans l’optique de les conserver grâce à un anneau de porte-clef pour les ranger facilement, mais aussi pour y revenir aussi souvent que l’envie nous en prend. Mais pour le moment, comme nous nous en servons quasi quotidiennement, je les ai laissé libre.

L’utilité des cartes de nomenclature est très variée. Quand je les donne à Little Smiling Buddha, il cherche spontanément ce qu’il connait pour me dire le nom de l’objet représenté. Ensuite, souvent, on reprend les cartes ensemble en les nommant, chacun notre tour. Mais ce que je préfère, c’est lire le livre et le laisser chercher seul la carte correspondant à ce dont nous sommes entrain de parler. Pour réduire la difficulté, je ne pose jamais toutes les cartes sur la table, je les sélectionne par rapport à son intérêt. Comme je le disais plus haut, on les utilise aussi avec le bac sensoriel. Mais dans ce cas-là, je n’interviens pas le laissant découvrir et jouer à son rythme.

Little Miss Sunshine aussi y trouve son intérêt. Grâce aux trois écritures, elle commence à déchiffrer et même à écrire. Elle a d’ailleurs spontanément cherché un stylo et du papier en m’annonçant qu’elle allait essayer d’écrire les mots en attaché grâce aux cartes de nomenclature.

Je savais que les cartes de nomenclature lui plairait – et ça fait d’ailleurs un long (trop long) moment que je ne lui en avais pas proposé -, mais je ne pensais pas qu’elle les utiliserait spontanément pour écrire en attaché.

J’ai également imprimé un mini jeu de mémory, des images séquentielles et le cycle de la vie du papillon. Little Miss Sunshine a très tôt apprécié les jeux de mémory. Je ne sais pas si ce sera pareil pour Little Smiling Buddha, mais il a l’air de suivre les pas de sa soeur à ce sujet… Pour les images séquentielles, pour le moment, on fait ensemble en parlant de ce qui se passe dans le livre, juste après sa lecture. Quant au cycle de vie du papillon, on l’utilise avec le livre au courant de la lecture pour mettre le doigt sur chaque étape. Little Miss Sunshine est également fière d’utiliser toutes ces ressources, pour elle en feuilletant le livre, ou pour le raconter avec ses propres mots à son frère.

J’ai encore l’intention de faire un peu de bricolage sur le sujet. Je pense notamment faire de la peinture avec des ballons, Little Smiling Buddha aimant beaucoup varier les ustensiles pour peindre. J’ai aussi l’intention de refaire de la pâte à modeler maison et de proposer une invitation à créer sur le sujet de la chenille qui fait des trous, sur le même principe que celle proposée pour l’automne. Ensuite, tout dépend de l’intérêt des enfants pour le sujet. Mais quoiqu’il en soit, j’ajouterai des photos au fur et à mesure de nos créations.

J’adore exploiter les livres pour créer des activités, et vous, qu’en pensez-vous? 

[Atelier] Fées en fleur

La semaine dernière, nous avons réalisé une jolie activité de dessin et de coloriage à quatre mains. C’est Little Miss Sunshine qui m’a soufflé cette idée au cours d’une de nos nombreuses promenades-récoltes quand elle m’a fait remarqué en ramassant une fleur au sol: « Regarde Maman! On dirait une fée! »

IMG_1951.JPG

Voici ce dont nous avons eu besoin pour réalisé cette activité:

  • des fleurs séchées – récoltées deux semaines plus tôt et mises à sécher entre deux feuilles de papiers dans un gros livre.
  • des feuilles de papier
  • un crayon de papier
  • de la colle liquide
  • des crayons de couleurs 

Tout a donc commencé par une promenade dans le parc de notre compound et la cueillette de différentes fleurs. Une fois à la maison, nous les avons laissé sécher à l’air libre une nuit, avant de les glisser entre deux feuilles de papier et de les glisser dans un gros livre. Deux semaines plus tard, les fleurs étaient sèches. Il était temps de démarrer notre activité.

J’ai tout d’abord commencé par dessiner moi-même une fée sur une feuille de papier. J’avais cherché sur le net une fée qui me conviendrait mais impossible de trouver ce que je voulais. Little Miss Sunshine m’a attentivement observé. Ensuite, je l’ai scanné, j’ai fait un petit montage pour en avoir deux par page et nous en avons imprimer plusieurs pages.

Puis est venu l’heure de colorier notre fée. Chacune la sienne.

IMG_1942.JPG

Little Miss Sunshine s’est appliquée. Elle est restée concentré de longues minutes sur son coloriage pour le terminer comme elle le souhaitait.

IMG_1945.JPG

Enfin, nous avons sorti nos fleurs séchées de son presse-papier et j’ai collé les fleurs sur nos dessins après avoir demandé une dernière fois son avis à Little Miss Sunshine sur la manière dont nous allions les disposer.

IMG_1947.JPG

Et le résultat me plait beaucoup. J’ai d’ailleurs envie de les mettre sous verre et de les accrocher dans la chambre de Little Miss Sunshine…

IMG_1946.JPG

Et Little Miss Sunshine a été vraiment très fière de montrer sa fée à Papa Lou le soir venu…

Et vous, avez-vous d’autres idées pour utiliser les fleurs séchées dans des bricolages? Parce que cette activité nous a vraiment beaucoup plu! 

[Activité] Sur le thème des papillons

Il y a un peu plus d’un mois, Ayi nous a ramené des vers à soie. J’ai trouvé l’idée vraiment très sympathique et j’ai tout de suite imaginé et réfléchi à toutes sortes d’activités et d’apprentissages que je pouvais mettre en place autour de ce thème pour satisfaire la curiosité de Little  Miss Sunshine .

Nous les avons installé dans un grand bocal. Il y avait une quinzaine de vers à soie. J’ai commencé par me renseigner à leur sujet pour pouvoir en dire un peu plus à Little Miss Sunshine quand elle me poserait des questions. J’ai appris qu’il s’agissait de Bombyx du mûrier, les vers à soie avec lesquels on fabrique ensuite de la soie. Ayi nous avait également ramené des feuilles de mûriers en parallèle pour qu’on puisse les nourrir.

IMG_0203.JPG

  IMG_0211.JPG

Et il fallait les nourrir! Nous devions mettre une dizaine de feuilles de mûriers dans le bocal au moins cinq à six fois par jour. Little Miss Sunshine s’en occupait matin et soir, mais je me retrouvais régulièrement à devoir ajouter des feuilles, dans la matinée, dans l’après-midi ou même avant d’aller nous coucher. C’est impressionnant ce que peut manger une chenille!

Nous avons passé de longs moments à les observer… Et puis, un soir, une des chenilles a commencé à avoir un comportement bizarre. Elle se tortillait dans tous les sens, jetait régulièrement sa tête en arrière, et puis nous avons compris qu’elle allait commencer à créer son cocon. Le lendemain en effet, elle était entrain de fabriquer notre premier cocon.

  IMG_0210.JPG

Une seule chenille est morte sans faire de cocon. Nous avons donc eu treize cocons au total. Les chenilles se sont transformés en cocon chacune à leur rythme, étalées sur une semaine environ. Au bout d’environ dix jours, le premier cocon a éclos. Et nous avons eu la confirmation, qu’il s’agissait bien de Bombyx du mûrier.

 IMG_0391.JPG

Il s’agit d’un très joli papillon de nuit entièrement blanc. Avec un très joli visage blanc et marron. Des antennes marrons. Il a un aspect un peu fantomatique qui me plaît beaucoup. Malheureusement, les cocons ont tous éclos pendant la nuit, sauf un. Ce dernier, je l’ai vu sortir du cocon, mais le temps d’attraper mon téléphone pour le filmer, c’était trop tard, il était déja sorti… Little Miss Sunshine et Papa Lou n’ont donc pas assisté à la naissance d’un papillon, mais ils ont largement pu observer comment leurs ailes, toutes fripées au départ, se défripaient au fil du temps.

IMG_0408.JPG

Les Bombyx du mûrier sont des papillons qui ont été trop domestiqué par l’Homme. On ne les trouve plus dans la nature à l’état sauvage. Ce sont des papillons qui ne savent pas voler. Ils ne font que sautiller plus ou moins bien pour aller rejoindre une femelle et se reproduire. Au bout de quelques jours, une fois que l’accouplement a eu lieu et que la femelle à pondu ses oeufs, le papillon meurt. Nous avons des centaines d’oeufs à présent. Nous allons les conserver. Je ne sais pas si les conditions sont réunis pour que de nouveaux vers à soie voient le jour. Mais nous sommes ravis d’avoir pu observer en direct tout le cycle de vie des Bombyx du mûrier.

Pour approfondir ce que nous observions, j’ai créé à Little Miss Sunshine un cahier d’activités sur le thème des papillons. Vous trouverez sur ma page Pinterest (tableau: Autour des insectes) une grande partie des ressources que j’ai utilisé.

IMG_0244.JPG IMG_0243.JPG

IMG_0241.JPG

IMG_0242.JPG

Nous avons réalisé des jeux de logiques, du graphisme, du coloriage. Nous avons travaillé les chiffres, les lettres, … Nous avons créé un mémory des papillons et nous nous sommes inspirés de fiches que nous avons trouvé pour créer de jolis tangram en forme de papillons ou de chenille. Chaque thème abordé avec Little Miss Sunshine nous permet de voir et revoir de nombreuses notions tout en s’amusant.

Nous nous sommes principalement appuyés sur un petit livre que nous aimons beaucoup The very hungry caterpillar d’Eric Carle pour parler du cycle de vie du papillon.

IMG_0240.JPG

Autour de ce livre, il est possible de travailler beaucoup de notions et pas uniquement le cycle de vie des papillons. On trouve beaucoup de parents anglophones qui pratiquent le homeschooling ou pas qui partagent leurs idées de créations et d’activités autour de ce petit livre. Je le trouve vraiment très riche – comme je trouve très riche cet autre album dont je vous ai déja parlé.

IMG_0239.JPG

Ce petit livre nous permet notamment de pratiquer l’anglais (que Little Miss Sunshine commence a bien intégrer), mais nous avons également remis dans l’ordre une série d’images séquentielles, nous avons travaillé les chiffres, nous avons colorié le caterpillar, nous l’avons fabriqué à l’aide d’une boite à oeuf,…

Une dernière idée que nous n’avons pas encore mise en place me reste en tête, la création d’un bac sensoriel sur le thème du livre… Mais je vous en parlerai quand nous l’aurons réalisé!

Et vous, comment vous y prenez-vous pour aiguiser la curiosité de vos enfants?