[Education bienveillante] Se découvrir grande soeur

Je n’ai jamais eu d’attente particulière en ce qui concerne la relation entre Little Miss Sunshine et Little Smiling Buddha. Je suis l’aînée et j’ai un petit frère de quatre ans plus jeune. Nous avons toujours eu une bonne relation tous les deux et nous n’avons pas eu trop à souffrir de cette relation (peut être mon jeune frère a-t-il eu à souffrir un peu plus de comparaisons). Mais j’ai eu le cas autour de moi de fratrie qui se déchirait ou de soeurs qui se détestaient. Je ne pensais pas qu’une petite fille de 3 ans et demi et un nourrisson pouvait nouer des liens, surtout pas aussi fort. Que peut-il y avoir de réellement intéressant pour une enfant de même pas 4 ans à un nourrisson qui ne fait que dormir, manger ou pleurer. Il est pourtant évident que je souhaite que mes enfants aient une belle relation.

Première rencontre. On m’avait dit que mon aînée allait me paraître tellement grande face à mon nouveau-né. Mais je ne l’ai pas vu différente de d’habitude quand elle est arrivée. Elle était émue, elle avait besoin de moi après deux jours sans sa maman. Elle avait besoin de savoir que j’étais toujours là, que rien n’avait changé dans notre relation. Je l’ai sentie vulnérable, apeurée, pleine de questions face à son nouveau statut. Et moi aussi j’avais besoin d’être rassuré. Alors nous avons commencé par de longs câlins, avant de lui présenter son frère sereinement quelques dizaine de minutes plus tard.

Répondre à ses besoins le plus rapidement possible, malgré la présence de son frère a été une priorité pour moi les premières semaines. Je voulais qu’elle sache que rien ne changeait, que j’étais toujours là pour elle. Cela n’a rien de facile ou d’évident avec un nouveau-né, mais j’ai réussi a toujours trouvé une solution, une alternative, lorsque j’étais trop occupé pour faire ce qu’elle me demandait. Je continue à prendre du temps avec elle, régulièrement. Nous nous octroyons régulièrement des moments juste toutes les deux, ou nous parlons de nous, de nos attentes l’une envers l’autre, sans jamais mentionner son frère. Ses moments sont nos moments à toutes les deux, nous ne faisons intervenir personne d’autres.

Malgré cela, dans les deux-trois semaines qui ont suivi notre retour à la maison, j’avais du mal à être positive avec Little Miss Sunshine. Je passais une grande partie de la journée à lui dire « attention! » ou « doucement! » ou tout simplement « non! ». Je n’arrivais plus être bienveillante quand elle s’approchait de son frère. Je ne pouvais m’empêcher d’intervenir au point de la frustrer. Je le savais, je le sentais, mais je n’ai pas réussi faire autrement. Et puis j’ai lu quelque part qu’il s’agissait d’une réaction tout à fait naturelle, qu’à la naissance d’un second bébé, on se focalise sur ce nouveau bébé et on chasse instinctivement le premier né. C’est le plus souvent la norme dans le règne animal. Le tout est d’en prendre conscience. Et dès que j’en ai pris conscience, j’ai su lâcher prise.

Inspirée par ma lecture de Frères et soeurs sans rivalité juste avant mon accouchement, j’ai décidé de leur faire confiance. C’est à eux deux, frère et soeur, de construire leur relation. Je n’ai pas à m’en mêler si je ne veux pas créer de déséquilibre dans leur relation. J’ai décidé de prendre Little Miss Sunshine à part, de lui expliquer qu’elle devait prêter attention à son frère, qu’il était particulièrement fragile et vulnérable, qu’il avait besoin d’attention, de douceur et d’amour, que je savais qu’elle saurait bien s’en occuper et que je lui faisais confiance. Et depuis, je n’interviens plus qu’en cas de réel danger.

Je ne dis plus rien. Et ils ont déja tissé une magnifique relation. Il faut voir le regard de Little Smiling Buddha quand il voit entrer sa soeur dans son champs de vision. « Maman, regarde, il a des étoiles dans les yeux! » comme elle me dit. Et je suis fière de voir l’empathie et la bienveillance dans les gestes et les paroles de Little Miss Sunshine.

Bien sûr, parfois elle ne veut plus de son frère, comme elle le dit. Je lui réponds simplement que je conçois tout à fait que ce soit difficile pour elle, qu’elle a le droit de ne pas l’aimer à ce moment précis, que ce n’est pas tous les jours faciles dans une fratrie. Je l’écoute et la rassure sur mes propres sentiments à son égard. Elle repart jouer et quelques minutes plus tard revient rassurée. Je veux qu’elle sache qu’elle a le droit de s’exprimer, qu’elle a le droit de ressentir ce qu’elle ressent, que je suis là pour l’accompagner. Parfois, nous avons besoin de remettre les choses à plat. Parfois, elle se sent un peu frustré et c’est bien normal, alors nous essayons de trouver des solutions toutes les deux. Et pour le moment, ça fonctionne très bien.

En parallèle, je la laisse participer au maximum aux soins que je prodigue à son frère. Elle m’aide à changer les couches – elle a d’ailleurs un tabouret à côté de la table à langer pour être au bon niveau pour m’aider -, à l’habiller, à choisir ses vêtements, à essuyer sa bouche lorsqu’un peu de lait ressort,… Elle a pris goût à ces soins et m’aide avec plaisir. En même temps, cela la responsabilise quelque peu.

Little Smiling Buddha a eu quatre mois. Et on ne cesse de me demander si Little Miss Sunshine est jalouse. Comme si c’était un passage obligé et en même temps inadmissible. Pour moi, Little Miss Sunshine n’est pas jalouse. Elle a simplement le comportement d’un enfant qui voit sa vie bouleversée, et encore grâce à notre écoute et à notre patience, elle gère vraiment très bien ce passage. Alors je réponds simplement que non, elle n’est pas jalouse.

Je suis vraiment fière de la manière dont cette nouvelle relation s’est mise en place. Je suis fière de Little Smiling Buddha et de Little Miss Sunshine. Je suis fière de la manière dont nous avons su accueillir ses émotions et ses craintes. Et tout cela me conforte vraiment dans notre manière de faire grandir nos enfants. La bienveillance porte ses fruits! Et nos enfants ont pour le moment chacun trouvé leur place dans notre nouvelle vie à quatre…

Et chez vous, comment s’est passé l’arrivée du petit frère ou de la petite soeur? 

[Itinéraire] Roadtrip hivernal dans les Alpes Japonaises

Nous voilà de retour de notre troisième roadtrip japonais. Comme je vous le disais, nous nous sommes concentrés sur les Alpes japonaises cette fois-ci, même si nous avons fait quelques petites entorses… Voici donc notre itinéraire pour commencer, les articles plus détaillés avec des photos suivront:

  • Jour 1: Départ de Shanghai à 9h40. Arrivée à Tokyo vers midi. Après-midi consacré à la promenade et à la redécouverte du quartier d’Asakusa. Nuit à Asakusa.
  • Jour 2: Matinée shopping et visite de temples dans le quartier d’Asakusa. Après-midi surprise pour Little Miss Sunshine avec la découverte du Musée Ghibli. Nuit à Asakusa.
  • Jour 3: Départ de Tokyo en Shinkansen pour Osaka. Après-midi et soirée consacré à la promenade avec des amis dans le quartier de Namba. Nuit à Osaka.
  • Jour 4: Départ d’Osaka pour Nara. Visite d’une partie du parc de Nara et du Todaiji Temple. Départ pour Nagoya. Nuit à Nagoya.
  • Jour 5: Départ pour Matsumoto. Fin de matinée et début d’après midi consacrés à la découverte du château. Départ pour Yudanaka. Soirée consacrée à la détente et aux bains chauds. Nuit dans un ryokan – auberge traditionnelle – à Yudanaka.
  • Jour 6: Matinée et début d’après midi consacrés à la découverte du parc Jigokudani et des macaques japonais qui se baignent dans les onsen. Après-midi détente dans les bains du ryokan. Nuit dans le même ryokan à Yudanaka.
  • Jour 7: Départ de Yudanaka pour Takayama. Matinée et début d’après-midi dans le train pour contourner les Alpes japonaises. Après-midi et soirée dans les bains chauds d’un ryokan de Takayama. Nuit à Takayama.
  • Jour 8: Départ en bus de Takayama pour Shirakawa-go. Visite du très joli village  et de ses chalets sous la neige. Retour à Takayama. Soirée dans les bains chauds dans le ryokan de Takayama.
  • Jour 9: Découverte de Takayama. Visite d’une brasserie de saké. Départ pour Nagoya. Nuit à Nagoya.
  • Jour 10: Départ pour Seto. Visite de la ville entièrement décorée pour Hina-matsuri, la fête des petites filles, avec des amis japonais. Shopping de poteries diverses et variées. Soirée chez nos amis à Toyota. Nuit à Toyota.
  • Jour 11: Départ en voiture avec nos amis japonais pour la visite de la reproduction de la Maison de Satsuki et Mei du film Mon voisin Totoro dans un parc où s’est tenu une exposition en 2005 près de Toyota. Cueillette et dégustation de fraises à volonté dans une serre près de Toyota. Départ pour Nagoya. Dernier dîner avec nos amis japonais. Nuit à Nagoya.
  • Jour 12: Départ pour l’aéroport de Nagoya. Retour à Shanghai vers 14h.

Nous avons largement profité de nos vacances japonaises. Les visites et activités que nous avons réalisé étaient avant tout destinées à satisfaire la curiosité de Little Miss Sunshine. En fait, tout le programme du séjour a été pensé pour elle. Enceinte de 5 mois passés, nous avons aussi opté pour quelques matinée, après-midi ou soirée relaxantes au coin d’un feu ou dans les bains chauds, mais je vous en reparlerai dans un autre billet que je souhaite consacrer aux voyages durant la grossesse.

Je publierai très vite le détail de nos escapades, photos à l’appui!  

Soirée à K-Beach

Lors de notre séjour en Alsace, il n’y avait pas moyen de faire l’impasse sur une visite à la Marraine de Little Miss Sunshine que nous n’avions pas vu depuis plusieurs mois. C’est donc dès le lendemain de notre arrivée que nous avons repris la route en direction de la capitale européenne pour lui rendre visite.

Sous la chaleur et sans climatisation – car notre clim nous a lâché sur le chemin vers l’Alsace – nous avons souffert dans les bouchons à l’entrée de Strasbourg. Avec trois quart d’heure de retard, nous sommes enfin arrivé chez A. Little Miss Sunshine a été ravie de la revoir.

Après un petit apéro, nous décidons de nous rendre en Allemgane, juste à la frontière, dans la ville en face de Strasbourg: Kehl. Là, au bord du Rhin, une plage a été installé pour l’été. On s’installe dans les transats, on met les pieds dans le sable, on commande une bonne bière allemande et on savoure sous le soleil.

Bière Kbeach

Little Miss Sunshine redécouvre le sable fin. Elle, qui est très difficile et déteste avoir des miettes sur les mains ou les pieds, est un peu déroutée par tous ses grains de sable fin qui lui collent aux pieds. Le début fut un peu laborieux, mais elle finira par partir jouer dans le sable comme les autres enfants autour de nous.

Little Miss Sunshine dans le sable

Pour dîner sur place, Papa Lou a choisi un curry wurst – saucisses à la sauce curry – tandis qu’A. et moi optons pour un Hot Dog et des frites. Little Miss Sunshine découvre par la même occasion les frites et en dévorera une pleine assiette, sans pour autant rechigner à grignoter les saucisses qu’on lui propose.

Little Miss Sunshine à K-Beach

Little Miss Sunshine a joué dans le sable. Nous avons terminé la soirée en parlant futur et projet, à refaire le monde. Une soirée entre amis qui nous ressource.

La famille Kangourou a passé une magnifique soirée à K-Beach!

En Alsace

Nous voilà quelques jours en Alsace afin de profiter de la famille et des amis.

Au programme de la semaine:

  • Dîners en famille
  • Fêtes d’anniversaire
  • Première rencontre avec un bébé tout neuf
  • Pause thé
  • Pause lecture
  • Dîners entre amis
  • Bains de soleil
  • Baignade

On fera le plein de bons moments car pour nous plus de vacances avant le mois d’octobre!

A très bientôt

PS: Je vous ai tout de même  programmé quelques articles à paraître cette semaine.

Fu de Cha

Après une très belle matinée au musée d’Orsay, Little Miss Sunshine, mon amie M. et moi-même avons déjeuner dans un bar à vin au bord de la Seine juste à côté de la Place Saint Michel, l’Ecluse. Il faisait beau et chaud, nous avons pris un carpaccio de boeuf pour nous rafraichir.

Dans l’après midi, nous avions prévu d’aller découvrir une maison de thés qui s’est installé il y a un an environ sur les bords de la Seine sur l’île de la Cité, Fu de Cha. Après un rapide coup de fil pour nous assurer que nous ne devions pas réserver avant de nous y rendre, c’est avec plaisir que nous avons traversé le Pont Saint Michel pour nous rendre quai de l’Horloge.

Fu de Cha

Lui est français et elle est chinoise. Ils ont imaginé une maison de thés tout à fait atypique. Je ne vous cache pas qu’en m’y rendant je m’imaginais une maison de thé emplit de chinoiseries. Et je me suis bien trompée… L’ambiance est calme et reposante. Tout est blanc et épuré. C’est un lieu tout simplement unique.

Fu de Cha1

On y déguste des Tie Guan Yin préparés selon la technique du Gong Fu Cha. Le maître des lieux est charmant et très pédagogue. Il nous donne envie d’en découvrir toujours plus… Ils possèdent également une sélection d’ustensiles qui vaut le détour à des prix tout fait raisonnable.

Fu de Cha2

 Nous avons choisi une dégustation au gaïwan plutôt qu’à la petite théière en terre initialement proposée. Nous avons fait quelques six infusion du joli Tie Guan Yin Nong Yun Grande Récolte que nous avons choisi. Et avec notre Tie Guan Yin, nous avons pu grignoté des amandes pimentées et un kumquat confit.  C’est une très bonne idée!

Fude Cha3

Nous avons profité de cet après midi entre fille pour papoter de thés, bien évidement mais pas seulement. Little Miss Sunshine a découvert les lieux avec émerveillement. Elle a goûté au thé et aux fruits secs comme toute gastronome qui se respecte.

Un accueil convivial et de qualité, des prix tout ce qu’il y a de plus raisonnable, voici un salon de thé unique en son genre à Paris  et que je recommande chaleureusement!

 

L’Ange du bizarre

L’Ange du bizarre, c’est une magnifique exposition qui se tient actuellement au musée d’Orsay sur le romantisme noir. J’ai toujours été très attirée par ce courant qui nait au milieu du XVIIIème siècle, que ce soit dans la peinture, la littérature ou le cinéma. Je me suis donc fait une joie de m’y rendre avec une amie dont les goûts sont très proches des miens. Ce qui n’était pas prévu, c’est la présence de Little Miss Sunhine dont la Nounou a pris quelques jours de congé. Mais la Miss a l’habitude des musées et est toujours très sage.

Ange du bizarre

Crédit Photo: Musée d’Orsay

Il est vrai que je connaissais déja un grand nombre de tableaux, mais j’ai toujours autant de plaisir à les redécouvrir. Mais l’exposition est magnifique. Elle se divise en trois grandes parties chronologiques. Les deux premières – mi-XVIIIème à fin XIXème et fin XIXème siècle à la grande guerre – sont mes préférés. Je suis beaucoup moins attirée par le surréalisme qui entre en scène après la Première Guerre.

J’aime la période où l’on mêle réel et irréel. Lorsque les peintures demeurent encore très académique et inspiré du style religieux, mais qu’on y troue un rien de subversif. L’exposition est vraiment très vaste et j’ai beaucoup aimé le fait qu’elle soit ponctué d’oeuvres cinématographiques. Seul regret, mais c’était à prévoir, on ne peut pas prendre de photos. Par contre, comme à leur habitude au musée d’Orsay, le catalogue est magnifique et très complet – quoique très cher.

Nous y avons passé plus de deux heures. Il ne nous est malheureusement plus resté de temps pour faire un tour des expositions permanentes. 13h passé, Little Miss Sunshine crie famine, et mon estomac de même. C’est le sourire au lèvres que nous quittons le Musée d’Orsay pour une promenade le long de la Seine…

—–

L’Ange du bizarre. Le romantisme noir de Goya à Max Ernst.
Jusqu’au 23 juin 2013.
Tarif: 12€.

Mais l’Ange du bizarre c’est aussi une nouvelle d’Edgar Allan Poe, à découvrir ou relire là-bas.

Atelier: les cultivars floraux dans les thés japonais

Il y a quelques jours, j’ai participé à un très intéressant atelier sur les cultivars floraux japonais dans la boutique YasuKakegawa. Cet atelier était le troisième d’une série consacrée aux cultivars japonais et j’ai eu la joie de pouvoir y participer grâce à une amie.

C’est la première fois que je rentrais dans cette toute petite boutique de thés japonais ouverte il y a un peu plus d’un an maintenant dans le coeur du Marais. La boutique est simple mais authentique: de très jolis sachets de thés japonais, de magnifiques théières, beaucoup de bouteilles d’eau de source et un très joli cadre en pierre.

Dans un premier temps, Yasu nous a beaucoup parlé des cultivars japonais. J’ai appris beaucoup de choses durant cet échange. Yasu sait vraiment communiquer sa passion et ses connaissances sur le thé japonais. Il sait nous emporter avec lui sur la plantation, en nous décrivant les paysages et le travail de chacun de ses producteurs.

Les feuilles sèches

Puis est venu le temps de déguster quatre thés de quatre cultivars différents, mais ayant tous des caractéristiques florales très marquées. C’est à ce moment, que j’ai pu découvrir pour la première fois et avec beaucoup d’intérêts, la dégustation professionnelle japonaise.

Préparation de la dégustation

 Bien sûr les similitudes sont nombreuses avec la dégustation professionnelle au set à l’indienne, mais il n’empêche qu’il y a des différences. Une dégustation débute toujours par l’observation et l’olfaction des feuilles sèches.

La dégustation

 Puis vient le moment de verser de l’eau bouillante sur les feuilles de thés et d’observer  leur manière de s’ouvrir et de colorer l’eau. Un moment inexistant dans la dégustation professionnelle au set, puisque malheureusement les sets sont refermés par des couvercles. Je dis malheureusement, car je trouve particulièrement intéressant à observer la manière dont la feuille de thé s’ouvre et s’épanouit.

Sentir les feuilles de thés

 Vient ensuite le temps de sentir les feuilles brulantes à l’aide d’un petit instrument nommé Haikenami. C’est fou ce que ces quatre thés sont différents. Je crois n’avoir jamais eu conscience jusqu’à présent que deux thés japonais peuvent être aussi différents l’un de l’autre!

Yasu Kakegawa

Et enfin, vient le temps de la dégustation à proprement parler. Là encore, j’ai été impressionné par la qualité des thés. Il ne me serait jamais venu à l’idée d’ébouillanter des feuilles de thés aussi fragiles que celles des thés japonais. Et dans le cas où cela serait arrivé, j’aurai pensé avoir quelque chose d’imbuvable, d’amer, d’astringent. Alors quelle ne fut pas ma surprise lorsqu’à la dégustation ces quatre thés n’ont développé quasi aucune astringence malgré le traitement qu’on venait de leur infliger. Comme quoi, avec des thés de qualité, tout est possible! Je suis de plus en plus convaincu que pour obtenir un bon thé, il faut quelque peu maltraiter les feuilles à l’infusion pour qu’elles donnent le meilleur.

Je suis repartie absolument enchantée par cet atelier. Dans mon panier, j’ai emporté 50g d’un magnifique Tenryu de 2009 dont la rondeur m’a subjuguée. Et c’est avec impatience que j’attends un prochain atelier…

Merci M. pour cette belle découverte!

 

 

Troisième dimanche de l’Avent

A l’occasion de ce troisième dimanche de l’Avent, nous avons eu de la visite. Une de mes meilleures amies, Alex est venue nous rendre visite une dernière fois avant l’arrivée de notre Little Miss Sunshine. Elle est arrivée samedi vers 15h et est repartie mardi à la même heure. Dès son arrivée, nous sommes allés déjeuner tous les trois au Jaurès Café. Ca tombait très bien car Arnaud et moi venions juste de terminer nos courses de la semaine.

Après avoir passé un très bon moment devant nos hamburgers et un bon moelleux au chocolat à papoter, nous sommes allés choisir un sapin de Noël. C’est une des premières années que nous n’avons plus de lapin. Nous avons donc décidé d’acheter un vrai sapin de Noël. Un beau et grand sapin qui sent bon la forêt! Et nous sommes rentrés pour le décorer… Dans la soirée, la maison était prête pour Noël. Nous avons beaucoup tardé cette année, mais tout vient à point à qui sait attendre 😉

Dimanche, après une belle grasse matinée et un bon petit déjeuner, nous avons préparé le repas de midi, ainsi que des cupcakes. C’est la première fois que j’en préparais et la recette était bonne car ils étaient divins! Dans l’après midi, nous sommes allés faire une petite promenade dans le Parc des Buttes Chaumont. Le temps était vraiment maussade. Nous avons eu droit à un vilain crachin… La fin de la journée aura été plus douce, aux lumières du sapin de Noël et des bougies pour réchauffer notre intérieur…