[Bac sensoriel] Nourir les oisillons

Cette idée de bac sensoriel, je l’ai eu bien avant de le réaliser, je crois que ça remonte à cet hiver. Mais je le gardais en tête pour une saison qui se prêterait plus à sa création et un moment où les enfants y seraient vraiment sensible. Alors quand j’ai vu qu’à l’école, les enfants s’étaient lancé sur le thème des animaux, qu’en parallèle, j’ai retrouvé des graines de courges, tout s’est enchaîné. J’ai d’abord créé le bac pour Little Miss Sunshine et Little Smiling Buddha. Et puis, comme l’idée collait parfaitement au thème des animaux de l’école, j’ai tenté le même bac, ou presque avec ma classe de TPS.

Avec mes enfants, l’atelier s’est déroulé en deux étapes: la création des oisillons puis la présentation du bac sensoriel. J’avais prévu de faire la même chose avec mes TPS, mais finalement le temps m’a manqué, et c’est finalement mes enfants qui ont également préparé les oisillons pour l’école.

Pour préparer nos oisillons, j’ai donné à chacun des enfants une boule de pâte à modeler auto-durcissante de couleur. Ils ont formé de belles boules pour faire des oiseaux, puis y on placé deux yeux, un bec – découpé dans du papier cartonné orange -, des pattes – découpées dans des pailles de couleurs – et enfin ils ont piqué trois plumes pour faire une belle queue.

Une fois les oisillons prêts, nous les avons laissé sécher deux jours avant de les utiliser dans notre bac sensoriel.

En proposant ce bac sensoriel, j’avais deux idées derrière la tête. Un peu de biologie, en faisant comprendre aux enfants que chez les oiseaux, comme chez tous les animaux, les parents prennent soin de leurs enfants en leur apportant ou donnant à manger le temps qu’ils sont bébés.

Et un peu de motricité fine, en utilisant une pince à linge pour attraper les vers de terre avec lesquels nous allions nourrir les oisillons.

Après leur avoir lu la jolie histoire de l’oiseau de la collection Petite Nature d’Amaterra, je leur ai expliqué qu’ils allaient pouvoir jouer à la maman oiseau qui apporte à manger à ses bébés oisillons. Pour cela, ils pouvaient utiliser la pince à linge, comme un bec, pour aller attraper les vers de terre – des morceaux de filin chenille – et les déposer dans le nid.

Little Miss Sunshine et Little Smiling Buddha ont adoré ce bac sensoriel. C’est le premier bac que je leur ai préparé pour eux deux. D’habitude, je préparai toujours deux bacs pour éviter les disputes et surtout que chacun puisse découvrir à son rythme. Mais compte tenu du succès de ce bac, je vais peut être leur donner un bac commun plus souvent dorénavant. Nous l’avons gardé plusieurs semaines à disposition et pour une fois ils n’y ont rien ajouté. Ils aimaient jouer avec les oiseaux, leur donner des graines ou des vers de terre.  J’ai admiré la façon dont Little Smiling Buddha manipulait sa pince à linge du haut de ses 2 ans.

Le matériel utilisé pour le bac sensoriel de mes enfants:

  • Des graines de courges colorés
  • Des morceaux de filins chenille,
  • Des plumes, 
  • Quatre oiseaux, 
  • Des coquilles d’oeuf vident
  • Deux nids fabriqués avec un sac en carton
  • Deux pinces à linge

Pour poursuivre sur le thème des oiseaux, nous avons lu plusieurs histoires sur le thème. Et puis Little Miss Sunshine a choisi un beau coloriage d’oiseau-mouche pour clore notre thématique.

Quant à Little Smiling Buddha, il a collé des gommettes en toute autonomie pour colorier un oiseau.

Avec ma classe de TPS, le bac sensoriel était moins élaboré. J’avais mis de la paille dans le fond de mon bac et j’ai préparé des nids avec des protections que l’on trouve autour des fruits à Shanghai. Chaque enfant avait son oiseau, son nid et sa pince à linge.

Pour le bac sensoriel mes 7 TPS, j’ai utilisé:

  • 7 oiseaux
  • Des plumes
  • Des morceaux de filins chenille
  • Des protections pour les fruits transformés en nid 
  • 7 pinces à linge

Avant de proposer le bac aux enfants – que j’avais placé dans la cour de récréation pour profiter du beau temps – je leur ai lu l’histoire de l’Oiseau. Comme à mes enfants, je leur ai expliqué l’activité et j’ai précisé à leur maîtresse habituelle que je voulais qu’ils puissent manipuler le matériel sans intervention de notre part.

Malheureusement, ils n’ont pas accroché du tout, ou alors pas du tout de la manière dont je m’imaginais. En cinq minutes, ils avaient détruit tous les nids, tous les oiseaux, ils avaient arrachés tout ce qu’ils pouvaient et étaient entrain de se lancer la paille après. J’ai eu du mal à les faire remettre la paille dans le bac en leur rappelant la règle: « ce qui est dans le bac reste dans le bac ». Et j’ai finalement opté pour aller les défouler au toboggan plutôt que de poursuivre l’activité!

Un succès mitigé donc avec les enfants de la classe, dont il faut bien le dire, la patience est parfois proche de zéro en ce qui concerne une activité! Mais je garde en mémoire la jolie réussite de mon bac de la ferme avec eux Et j’en proposerai rapidement à ma classe l’année prochaine!

[Bac sensoriel] La ferme 

Voici le premier bac sensoriel que j’ai proposé à l’école à la classe de TPS dont je m’occupe par alternance durant mon stage de reconversion professionnelle. Je pense que c’est le premier bac sensoriel qui leur était proposé de l’année au vu de leur réaction. C’est aussi la première fois, certainement qu’on les laissait jouer avec de la boue! C’est dingue les enfants de la ville! Rien que pour ça je suis ravie de leur avoir proposé!

Je dois bien avouer que je ne savais pas trop comment ils allaient réagir, à 7 autour d’un bac sensoriel. J’ai plutôt l’habitude de préparer deux bacs distincts pour Little Miss Sunshine et Little Smiling Buddha pour éviter les crises et les disputes. De temps à autre, ils ont un seul et même bac sensoriel, comme ça a été avec le bac sensoriel des engins de chantier, mais ça reste assez rare. Comme ils ne patouillent pas à la même vitesse et de la même manière, je préfère qu’ils aient l’opportunité d’expérimenter chacun à leur rythme.

Le thème du mois de mai à l’école, c’est les animaux et l’agriculture. Mon bac sensoriel était donc tout trouvé. Heureusement, niveau bac de transvasement, ils ont de quoi faire à l’école. J’ai donc emprunté un des bacs à sable pour créer mon bac.

La veille, à la maison, j’avais préparé une jolie ferme à l’américaine en bâtonnet à glace que j’ai préalablement peint puis collé à la colle chaude. Je voulais une ferme reconnaissable entre toute, et j’ai eu beau me creuser les méninges, cette ferme à l’américaine est la seule qui me paraissait facilement reconnaissable par tous. J’avais également trouvé quelques dessins de légumes que j’ai plastifié pour que les enfants puissent créer un jardin potager dans la ferme. Ainsi que des barrières pour séparer les différents animaux, que j’ai réalisé avec des morceaux de bâtons que nous avions ramassé avec Little Smiling Buddha pendant notre promenade et de la colle chaude.

Le matin même en arrivant à l’école, j’ai préparé le bac sensoriel avec les animaux de la ferme dont les enfants de TPS disposaient dans leur classe. J’ai utilisé de la paille qu’il restait de la fête de Pâques, de la terre et des graines qu’ils restaient des plantations réalisées par les enfants les semaines précédentes ainsi qu’une assiette avec un peu d’eau pour créer une mare.

J’ai prévenu leur maîtresse habituelle que le but de l’exercice était vraiment de les laisser manipuler ce qu’il y avait dans le bac à leur convenance. Que ma seule consigne serait de garder dans le bac ce qui est dans le bac. J’ai présenté mon activité au cours de notre rituel d’accueil. J’ai commencé par leur parler de la ferme et des animaux de la ferme au travers d’un petit livre documentaire que j’ai trouvé dans la bibliothèque de l’école. Puis, j’ai sorti les cartes de nomenclatures que j’avais créé pour l’occasion. Nous avons nommé les différents animaux, nous avons fait leur bruit. Puis j’ai distribué les cartes et appelé les différents animaux. Les enfants devaient répondre par le cri de l’animal. Ils ont beaucoup aimé ce jeu. Ensuite je leur ai expliqué que j’avais construit une ferme pour eux avec les animaux, le tracteur, la mare, le jardin potager. Je leur ai dit une première fois que ce qui était dans le bac de la ferme devait rester dans le bac et nous sommes descendu dans la cour pour profiter du bac sensoriel. Je leur ai répété une dernière fois la consigne avant qu’ils ne se ruent sur le bac. Et j’ai été très étonné par le fait qu’ils n’ont rien sorti du bac. Je m’attendais à avoir un sacré bazar!

Les enfants se sont beaucoup amusés. Je pense que c’est la première fois qu’ils avaient le droit de faire de la boue. Ils se sont éclatés à mettre la terre dans l’eau puis à tout verser dans le bac sur la paille. L’un d’entre eux nous a re-demandé de l’eau que je lui ai redonné avec plaisir. Et ils ont recommencé. Dans une belle coopération. Ils en ont oublié leurs habituelles chamailleries. J’étais ravie!

L’ayi de la classe était catastrophée. Elle les rappelait régulièrement pour leur nettoyer les mains. Je crois qu’elle n’avait jamais vu d’enfants jouer avec de la boue de sa vie! Un seul n’a pas voulu participé et a préféré observer de loin.

Nous avons terminé cette jolie activité en allant laver les animaux et le tracteur. Et chacun a remonté quelques animaux dans la classe. C’est la première fois que je les voyait aussi spontanément participer au rangement d’une activité. J’étais très fière d’eux.

Cette première expérience m’a vraiment donné envie de retenter un autre bac sensoriel  avec eux d’ici quelques semaines!

[Activité] Sur le thème des papillons

Il y a un peu plus d’un mois, Ayi nous a ramené des vers à soie. J’ai trouvé l’idée vraiment très sympathique et j’ai tout de suite imaginé et réfléchi à toutes sortes d’activités et d’apprentissages que je pouvais mettre en place autour de ce thème pour satisfaire la curiosité de Little  Miss Sunshine .

Nous les avons installé dans un grand bocal. Il y avait une quinzaine de vers à soie. J’ai commencé par me renseigner à leur sujet pour pouvoir en dire un peu plus à Little Miss Sunshine quand elle me poserait des questions. J’ai appris qu’il s’agissait de Bombyx du mûrier, les vers à soie avec lesquels on fabrique ensuite de la soie. Ayi nous avait également ramené des feuilles de mûriers en parallèle pour qu’on puisse les nourrir.

IMG_0203.JPG

  IMG_0211.JPG

Et il fallait les nourrir! Nous devions mettre une dizaine de feuilles de mûriers dans le bocal au moins cinq à six fois par jour. Little Miss Sunshine s’en occupait matin et soir, mais je me retrouvais régulièrement à devoir ajouter des feuilles, dans la matinée, dans l’après-midi ou même avant d’aller nous coucher. C’est impressionnant ce que peut manger une chenille!

Nous avons passé de longs moments à les observer… Et puis, un soir, une des chenilles a commencé à avoir un comportement bizarre. Elle se tortillait dans tous les sens, jetait régulièrement sa tête en arrière, et puis nous avons compris qu’elle allait commencer à créer son cocon. Le lendemain en effet, elle était entrain de fabriquer notre premier cocon.

  IMG_0210.JPG

Une seule chenille est morte sans faire de cocon. Nous avons donc eu treize cocons au total. Les chenilles se sont transformés en cocon chacune à leur rythme, étalées sur une semaine environ. Au bout d’environ dix jours, le premier cocon a éclos. Et nous avons eu la confirmation, qu’il s’agissait bien de Bombyx du mûrier.

 IMG_0391.JPG

Il s’agit d’un très joli papillon de nuit entièrement blanc. Avec un très joli visage blanc et marron. Des antennes marrons. Il a un aspect un peu fantomatique qui me plaît beaucoup. Malheureusement, les cocons ont tous éclos pendant la nuit, sauf un. Ce dernier, je l’ai vu sortir du cocon, mais le temps d’attraper mon téléphone pour le filmer, c’était trop tard, il était déja sorti… Little Miss Sunshine et Papa Lou n’ont donc pas assisté à la naissance d’un papillon, mais ils ont largement pu observer comment leurs ailes, toutes fripées au départ, se défripaient au fil du temps.

IMG_0408.JPG

Les Bombyx du mûrier sont des papillons qui ont été trop domestiqué par l’Homme. On ne les trouve plus dans la nature à l’état sauvage. Ce sont des papillons qui ne savent pas voler. Ils ne font que sautiller plus ou moins bien pour aller rejoindre une femelle et se reproduire. Au bout de quelques jours, une fois que l’accouplement a eu lieu et que la femelle à pondu ses oeufs, le papillon meurt. Nous avons des centaines d’oeufs à présent. Nous allons les conserver. Je ne sais pas si les conditions sont réunis pour que de nouveaux vers à soie voient le jour. Mais nous sommes ravis d’avoir pu observer en direct tout le cycle de vie des Bombyx du mûrier.

Pour approfondir ce que nous observions, j’ai créé à Little Miss Sunshine un cahier d’activités sur le thème des papillons. Vous trouverez sur ma page Pinterest (tableau: Autour des insectes) une grande partie des ressources que j’ai utilisé.

IMG_0244.JPG IMG_0243.JPG

IMG_0241.JPG

IMG_0242.JPG

Nous avons réalisé des jeux de logiques, du graphisme, du coloriage. Nous avons travaillé les chiffres, les lettres, … Nous avons créé un mémory des papillons et nous nous sommes inspirés de fiches que nous avons trouvé pour créer de jolis tangram en forme de papillons ou de chenille. Chaque thème abordé avec Little Miss Sunshine nous permet de voir et revoir de nombreuses notions tout en s’amusant.

Nous nous sommes principalement appuyés sur un petit livre que nous aimons beaucoup The very hungry caterpillar d’Eric Carle pour parler du cycle de vie du papillon.

IMG_0240.JPG

Autour de ce livre, il est possible de travailler beaucoup de notions et pas uniquement le cycle de vie des papillons. On trouve beaucoup de parents anglophones qui pratiquent le homeschooling ou pas qui partagent leurs idées de créations et d’activités autour de ce petit livre. Je le trouve vraiment très riche – comme je trouve très riche cet autre album dont je vous ai déja parlé.

IMG_0239.JPG

Ce petit livre nous permet notamment de pratiquer l’anglais (que Little Miss Sunshine commence a bien intégrer), mais nous avons également remis dans l’ordre une série d’images séquentielles, nous avons travaillé les chiffres, nous avons colorié le caterpillar, nous l’avons fabriqué à l’aide d’une boite à oeuf,…

Une dernière idée que nous n’avons pas encore mise en place me reste en tête, la création d’un bac sensoriel sur le thème du livre… Mais je vous en parlerai quand nous l’aurons réalisé!

Et vous, comment vous y prenez-vous pour aiguiser la curiosité de vos enfants?