[Bac sensoriel] Nourir les oisillons

Cette idée de bac sensoriel, je l’ai eu bien avant de le réaliser, je crois que ça remonte à cet hiver. Mais je le gardais en tête pour une saison qui se prêterait plus à sa création et un moment où les enfants y seraient vraiment sensible. Alors quand j’ai vu qu’à l’école, les enfants s’étaient lancé sur le thème des animaux, qu’en parallèle, j’ai retrouvé des graines de courges, tout s’est enchaîné. J’ai d’abord créé le bac pour Little Miss Sunshine et Little Smiling Buddha. Et puis, comme l’idée collait parfaitement au thème des animaux de l’école, j’ai tenté le même bac, ou presque avec ma classe de TPS.

Avec mes enfants, l’atelier s’est déroulé en deux étapes: la création des oisillons puis la présentation du bac sensoriel. J’avais prévu de faire la même chose avec mes TPS, mais finalement le temps m’a manqué, et c’est finalement mes enfants qui ont également préparé les oisillons pour l’école.

Pour préparer nos oisillons, j’ai donné à chacun des enfants une boule de pâte à modeler auto-durcissante de couleur. Ils ont formé de belles boules pour faire des oiseaux, puis y on placé deux yeux, un bec – découpé dans du papier cartonné orange -, des pattes – découpées dans des pailles de couleurs – et enfin ils ont piqué trois plumes pour faire une belle queue.

Une fois les oisillons prêts, nous les avons laissé sécher deux jours avant de les utiliser dans notre bac sensoriel.

En proposant ce bac sensoriel, j’avais deux idées derrière la tête. Un peu de biologie, en faisant comprendre aux enfants que chez les oiseaux, comme chez tous les animaux, les parents prennent soin de leurs enfants en leur apportant ou donnant à manger le temps qu’ils sont bébés.

Et un peu de motricité fine, en utilisant une pince à linge pour attraper les vers de terre avec lesquels nous allions nourrir les oisillons.

Après leur avoir lu la jolie histoire de l’oiseau de la collection Petite Nature d’Amaterra, je leur ai expliqué qu’ils allaient pouvoir jouer à la maman oiseau qui apporte à manger à ses bébés oisillons. Pour cela, ils pouvaient utiliser la pince à linge, comme un bec, pour aller attraper les vers de terre – des morceaux de filin chenille – et les déposer dans le nid.

Little Miss Sunshine et Little Smiling Buddha ont adoré ce bac sensoriel. C’est le premier bac que je leur ai préparé pour eux deux. D’habitude, je préparai toujours deux bacs pour éviter les disputes et surtout que chacun puisse découvrir à son rythme. Mais compte tenu du succès de ce bac, je vais peut être leur donner un bac commun plus souvent dorénavant. Nous l’avons gardé plusieurs semaines à disposition et pour une fois ils n’y ont rien ajouté. Ils aimaient jouer avec les oiseaux, leur donner des graines ou des vers de terre.  J’ai admiré la façon dont Little Smiling Buddha manipulait sa pince à linge du haut de ses 2 ans.

Le matériel utilisé pour le bac sensoriel de mes enfants:

  • Des graines de courges colorés
  • Des morceaux de filins chenille,
  • Des plumes, 
  • Quatre oiseaux, 
  • Des coquilles d’oeuf vident
  • Deux nids fabriqués avec un sac en carton
  • Deux pinces à linge

Pour poursuivre sur le thème des oiseaux, nous avons lu plusieurs histoires sur le thème. Et puis Little Miss Sunshine a choisi un beau coloriage d’oiseau-mouche pour clore notre thématique.

Quant à Little Smiling Buddha, il a collé des gommettes en toute autonomie pour colorier un oiseau.

Avec ma classe de TPS, le bac sensoriel était moins élaboré. J’avais mis de la paille dans le fond de mon bac et j’ai préparé des nids avec des protections que l’on trouve autour des fruits à Shanghai. Chaque enfant avait son oiseau, son nid et sa pince à linge.

Pour le bac sensoriel mes 7 TPS, j’ai utilisé:

  • 7 oiseaux
  • Des plumes
  • Des morceaux de filins chenille
  • Des protections pour les fruits transformés en nid 
  • 7 pinces à linge

Avant de proposer le bac aux enfants – que j’avais placé dans la cour de récréation pour profiter du beau temps – je leur ai lu l’histoire de l’Oiseau. Comme à mes enfants, je leur ai expliqué l’activité et j’ai précisé à leur maîtresse habituelle que je voulais qu’ils puissent manipuler le matériel sans intervention de notre part.

Malheureusement, ils n’ont pas accroché du tout, ou alors pas du tout de la manière dont je m’imaginais. En cinq minutes, ils avaient détruit tous les nids, tous les oiseaux, ils avaient arrachés tout ce qu’ils pouvaient et étaient entrain de se lancer la paille après. J’ai eu du mal à les faire remettre la paille dans le bac en leur rappelant la règle: « ce qui est dans le bac reste dans le bac ». Et j’ai finalement opté pour aller les défouler au toboggan plutôt que de poursuivre l’activité!

Un succès mitigé donc avec les enfants de la classe, dont il faut bien le dire, la patience est parfois proche de zéro en ce qui concerne une activité! Mais je garde en mémoire la jolie réussite de mon bac de la ferme avec eux Et j’en proposerai rapidement à ma classe l’année prochaine!

[Activité] Glaçons fleuris 

Dans la série de nos activités glacées, voici une petite activité très facile à mettre en place et qui occupe un bon moment mes Loulous à chaque fois que je leur propose: les glaçons fleuris.

Chaque jour, nous passons de long moment dans le parc de notre résidence avec les enfants. Et comme tout est prétexte à ramasser et cueillir tout et n’importe quoi, nous revenons toujours à la maison avec les poches pleines de trésors. Et une des manières que j’ai trouvé de récupérer tous ces petits cadeaux de la nature, c’est les glaçons.

En rentrant, on vide nos poches, on dépose les feuilles, bout de bois, fleurs dans un moule à muffins, on recouvre d’eau – de temps à autre on ajoute quelques gouttes de colorants alimentaires – et on congèle pour une journée.

Le lendemain, il suffit de démouler les glaçons et de les déposer dans un grand bac ou un plateau. Ensuite, suivant les envies des enfants, je mets un fond d’eau dans le bac, ou alors je leur donne quelques outils de transvasement (pipettes, seringues, bol de différente taille,…) ou des outils pour casser les glaçons (marteau en bois, pics en bois, cuillères,…). De temps à autre, j’y ajoute une petite assiette de sel. Ce qui est sympa avec le sel, c’est de mettre également à disposition un bol rempli d’eau coloré pour voir des dessins se former sur les glaçons.

Little Miss Sunshine aime y ajouter quelques figurines d’animaux pour s’inventer des histoires. Et elle y passe de très longs moments…

Ce qui est très sympa avec cette expérience, c’est d’observer l’évolution des fleurs et des feuilles. Encore prises dans les glaçons, les fleurs et les feuilles semblent totalement fraîches. Et puis quand les glaçons fondent et que les feuilles et les fleurs sortent enfin, elles sont totalement flétris.

Manipulation, expérimentation, observation, découvertes sensorielles, rafraichissement, les glaçons sont vraiment une source de jeux inépuisable pour les enfants!  

[Bac sensoriel] La ferme 

Voici le premier bac sensoriel que j’ai proposé à l’école à la classe de TPS dont je m’occupe par alternance durant mon stage de reconversion professionnelle. Je pense que c’est le premier bac sensoriel qui leur était proposé de l’année au vu de leur réaction. C’est aussi la première fois, certainement qu’on les laissait jouer avec de la boue! C’est dingue les enfants de la ville! Rien que pour ça je suis ravie de leur avoir proposé!

Je dois bien avouer que je ne savais pas trop comment ils allaient réagir, à 7 autour d’un bac sensoriel. J’ai plutôt l’habitude de préparer deux bacs distincts pour Little Miss Sunshine et Little Smiling Buddha pour éviter les crises et les disputes. De temps à autre, ils ont un seul et même bac sensoriel, comme ça a été avec le bac sensoriel des engins de chantier, mais ça reste assez rare. Comme ils ne patouillent pas à la même vitesse et de la même manière, je préfère qu’ils aient l’opportunité d’expérimenter chacun à leur rythme.

Le thème du mois de mai à l’école, c’est les animaux et l’agriculture. Mon bac sensoriel était donc tout trouvé. Heureusement, niveau bac de transvasement, ils ont de quoi faire à l’école. J’ai donc emprunté un des bacs à sable pour créer mon bac.

La veille, à la maison, j’avais préparé une jolie ferme à l’américaine en bâtonnet à glace que j’ai préalablement peint puis collé à la colle chaude. Je voulais une ferme reconnaissable entre toute, et j’ai eu beau me creuser les méninges, cette ferme à l’américaine est la seule qui me paraissait facilement reconnaissable par tous. J’avais également trouvé quelques dessins de légumes que j’ai plastifié pour que les enfants puissent créer un jardin potager dans la ferme. Ainsi que des barrières pour séparer les différents animaux, que j’ai réalisé avec des morceaux de bâtons que nous avions ramassé avec Little Smiling Buddha pendant notre promenade et de la colle chaude.

Le matin même en arrivant à l’école, j’ai préparé le bac sensoriel avec les animaux de la ferme dont les enfants de TPS disposaient dans leur classe. J’ai utilisé de la paille qu’il restait de la fête de Pâques, de la terre et des graines qu’ils restaient des plantations réalisées par les enfants les semaines précédentes ainsi qu’une assiette avec un peu d’eau pour créer une mare.

J’ai prévenu leur maîtresse habituelle que le but de l’exercice était vraiment de les laisser manipuler ce qu’il y avait dans le bac à leur convenance. Que ma seule consigne serait de garder dans le bac ce qui est dans le bac. J’ai présenté mon activité au cours de notre rituel d’accueil. J’ai commencé par leur parler de la ferme et des animaux de la ferme au travers d’un petit livre documentaire que j’ai trouvé dans la bibliothèque de l’école. Puis, j’ai sorti les cartes de nomenclatures que j’avais créé pour l’occasion. Nous avons nommé les différents animaux, nous avons fait leur bruit. Puis j’ai distribué les cartes et appelé les différents animaux. Les enfants devaient répondre par le cri de l’animal. Ils ont beaucoup aimé ce jeu. Ensuite je leur ai expliqué que j’avais construit une ferme pour eux avec les animaux, le tracteur, la mare, le jardin potager. Je leur ai dit une première fois que ce qui était dans le bac de la ferme devait rester dans le bac et nous sommes descendu dans la cour pour profiter du bac sensoriel. Je leur ai répété une dernière fois la consigne avant qu’ils ne se ruent sur le bac. Et j’ai été très étonné par le fait qu’ils n’ont rien sorti du bac. Je m’attendais à avoir un sacré bazar!

Les enfants se sont beaucoup amusés. Je pense que c’est la première fois qu’ils avaient le droit de faire de la boue. Ils se sont éclatés à mettre la terre dans l’eau puis à tout verser dans le bac sur la paille. L’un d’entre eux nous a re-demandé de l’eau que je lui ai redonné avec plaisir. Et ils ont recommencé. Dans une belle coopération. Ils en ont oublié leurs habituelles chamailleries. J’étais ravie!

L’ayi de la classe était catastrophée. Elle les rappelait régulièrement pour leur nettoyer les mains. Je crois qu’elle n’avait jamais vu d’enfants jouer avec de la boue de sa vie! Un seul n’a pas voulu participé et a préféré observer de loin.

Nous avons terminé cette jolie activité en allant laver les animaux et le tracteur. Et chacun a remonté quelques animaux dans la classe. C’est la première fois que je les voyait aussi spontanément participer au rangement d’une activité. J’étais très fière d’eux.

Cette première expérience m’a vraiment donné envie de retenter un autre bac sensoriel  avec eux d’ici quelques semaines!

[DIY] Puzzle botanique: la fleur

Durant le mois d’avril, à l’école, toutes les classes travaillent sur le thème du printemps et du jardinage.

A cette occasion, j’ai créé un puzzle et un dé en papier mousse et en feutrine pour aborder la botanique avec les enfants de la Toute Petite Section (TPS). Ce puzzle me permet d’introduire l’utilisation d’un dé, de poursuivre la compréhension et la réalisation de puzzle, de réviser les couleurs, mais surtout d’introduire le vocabulaire de la fleur. C’est également un jeu sensoriel qui permet de toucher les différences de textures entre le papier mousse et la feutrine.

Ce puzzle est très facilement adaptable pour des enfants plus âgés. On peut utiliser un dé classique et ajouter des autocollants avec un nombre de point ou encore un chiffre sur chaque partie de la fleur. Pour les jeunes lecteurs, on peut ajouter des étiquettes à faire écrire par les enfants avec les noms de chacune des parties de la fleur pour approfondir le puzzle.

 

J’ai tout d’abord commencé par réaliser un dessin, qui m’a servi de gabarit pour réaliser ma fleur.

Ensuite, j’ai découpé partie après partie mon gabarit en prenant soin à chaque fois de dessiner puis découper ladite partie de la fleur dans de la feutrine ou du papier mousse. D’abord la terre, puis les racines, la tige, les feuilles, les pétales et enfin le cœur. J’ai tout fait en double dans le but de réaliser deux puzzles pour créer deux groupes lors de ma présentation du puzzle aux enfants.

Enfin, j’ai cherché un gabarit de dé sur internet. Avec du carton épais, j’ai réalisé le dé, que j’ai ensuite simplement collé au pistolet à colle pour plus de solidité.

Sur chaque face du dé, j’ai collé une des couleurs de la fleur. Le papier mousse rouge pour les pétales, le papier mousse jaune pour le cœur, la feutrine vert tendre pour la tige, la feutrine blanche pour les racines, le papier mousse marron pour la terre et la feutrine verte foncée pour les feuilles.

J’ai actuellement sept élèves dans la classe de TPS où je suis en formation. Erreur de débutante, lors de la première présentation, je n’ai pas laissé assez de temps aux enfants pour toucher, observer, s’approprier le jeu. Résultat, ils ont beaucoup voulu s’approprier les pièces au cours de la partie. Et je pense que c’était d’autant plus flagrant qu’il y avait un aspect sensoriel au jeu… Mais on va dire que c’était une séance de présentation. J’ai évidemment changer ma manière de faire pour la présentation suivante. Mais si la première présentation était à refaire, je présenterai le jeu une première fois sur le temps d’accueil pour qu’ils puissent se l’approprier avant d’essayer de faire le jeu.

Ils ont eu l’air d’apprécier le jeu. Ils ont aimé toucher les différentes textures, essayer de replacer les différentes parties de la fleur. Lors de la première présentation, j’ai hésité à les laisser construire la fleur comme ils le désiraient. Mais j’ai finalement opté pour guider le jeu. A plus y réfléchir, la prochaine fois que je présenterai ce jeu pour la première fois à un groupe, je pense que je plastifierai une photo du jeu complet que je poserai sur la table pour les guider, mais que je les laisserai créer la fleur comme ils le désirent.

Pour la deuxième présentation, c’est ce que j’ai fait. J’ai posé les pièces de puzzles sur la table, en leur demandant si ils se rappelaient de ce jeu (que nous avions vu pour la première fois ensemble une semaine plus tôt). Trois enfants sur les six ont tout de suite voulu jouer avec le dé. Je les ai donc installé ensemble à une table pour réessayer de les faire jouer avec le dé. Ils ont donc lancé le dé tour à tour, mais je ne les ai pas guidé pour placer les pièces. Les autres ont tour à tour essayé de reconstituer la fleur comme ils l’entendaient sans dé. Et c’était plutôt intéressant à observer. Surtout quand ils ont essayé de s’aider les uns les autres pour se corriger. J’ai vraiment beaucoup aimé ce moment. Pour conclure, nous avons bien reformé notre jolie fleur.

Lors de cette deuxième présentation, nous avons vraiment bien pu aborder les différents termes de la botanique de la fleur que je voulais leur apprendre (les pétales, le coeur de la fleur, la tige, les feuilles, les racines), contrairement à la première présentation, où nous étions, comme je le disais, vraiment dans la découverte du matériel en lui-même.

J’au aussi remarqué, que lancer le dé n’a pas été chose facile pour tout le monde. Pourtant j’avais justement créé un grand dé pour leurs petites mains. Ils ne doivent pas avoir eu l’habitude de jouer avec un dé. Ca m’a donc donné l’idée de leur créé un nouveau jeu, différent, pour le thème du mois de mai, les animaux et l’agriculture.

[Plaisir d’hiver] Jouer dans la neige

Ce n’était vraiment pas gagné d’avance. Et malheureusement, même si les enfants et moi-même, l’avons souhaité très très fort, point de Noël blanc cette année en Alsace.

On en était venu à se dire qu’on ne verrait encore pas la neige cette année. Même en hauteur sur les chaumes, rien. Pas un flocon. Pas le moindre arbrisseau gelé.

Et puis, quelques jours avant de quitter la France, nous avons eu la chance de voir tomber quelques flocons de neige qui ont enchanté les enfants…

Little Miss Sunshine était tellement heureuse de voir de la neige, qu’elle a passé un bon moment dehors, sur la terrasse de Nonna et GrandPapa à danser sous les premiers flocons, sans chaussures et sans habits chauds… (mais elle était tellement heureuse que je n’allais quand même pas lui gâcher ce moment pour si peu!)

Et puis le lendemain, il y a encore eu quelques flocons en plus… « Maman, regarde, je vais me transformer en bonhomme de neige! »

Et dans la soirée, la neige a vraiment commencé à tomber... Les enfants étaient fou de joie, parlant deja du bonhomme de neige qu’ils allaient construire le lendemain.

Finalement, il n’a pas tant neigé que ça cette nuit-là. Juste un fin manteau blanchâtre recouvrait le paysage. Mais les enfants ont quand même tenu à faire un mini bonhomme de neige avec Mamama…

Et dans la soirée, ce fut le retour de la neige. Avec de beaux gros flocons duveteux…

Et il y en a eu un peu plus que la veille. Les enfants ont pu largement profiter de jouer et courir dans la neige chez Nonna et GrandPapa…

Je ne vous parle plus de la passion de Little Smiling Buddha pour les balais… Mais imaginiez sa joie de pouvoir balayer la neige!!!

Il a pris sa tâche très au sérieux!

Et puis, Little Miss Sunshine s’est amusée à écrire et dessiner avec le manche du balai…

Mais c’est le dernier matin, au réveil, que nous avons découvert une belle couche de neige de près d’une dizaine de centimètres. Malheureusement, plus le temps de jouer. Le temps était venu de partir pour l’aéroport pour rentrer à Shanghai.

Voir la neige était vraiment une belle surprise de ces vacances! 

[DIY] Les calendriers de l’Avent 2016

C’est une tradition dans la famille Kangourou, le calendrier de l’Avent fait partie intégrante de notre cheminement vers Noël. Alors chaque année, je commence à réfléchir à la question assez tôt, mais finalement entre l’achat du matériel, ce que je ne trouve pas et ce que je dois finalement modifié, mes calendriers ne ressemblent jamais à ce que j’avais en tête dans un premier temps. Et c’est peut être tant mieux! 

Et cette année ne fait pas exception, puisque c’est à la dernière minute que j’ai eu l’idée du calendrier de Little Smiling Buddha et à la dernière minute que j’ai changé la partie « branche » du calendrier de Little Miss Sunshine. Par contre, c’est la première année que je n’ai pas fait de calendrier de l’Avent pour Papa Lou. C’est d’un commun accord, parce qu’entre le fait qu’on rentre en Alsace avant Noël et qu’il faut vc que je trouve une solution pour emporter les calendriers des enfants dans l’avion et que c’est la période de l’année où ses déplacements sont les plus nombreux et où il passe le plus de nuits loin de nous, c’était trop compliqué à gérer. Par contre, j’ai eu une idée un peu différente pour compenser que je vous livrerai peut être ici plus tard.

Voici pour commencer le calendrier de l’Avent de Little Miss Sunshine. Plusieurs impératifs à ma création: trouver facilement tout le matériel de création à Shanghai – ce qui ce révèle parfois plus compliqué que prévu – et pouvoir emmener facilement le calendrier ou les derniers jours du calendrier avec nous lorsque nous rentrerons en France pour Noël.

Je ne voulais pas de calendrier de gourmandises – pas moyen d’en donner à Little Smiling Buddha et je ne veux pas que ce moment se transforme en frustration pour lui. Je ne voulais pas de petits cadeaux inutiles – il y a dejà bien assez de petits jouets inutiles qui traînent dans la maison. J’avais fait un calendrier de petits bricolages et activités de Noël qui a eu un réel succès l’an dernier! Je réutiliserai cette idée, c’est sûr. Mais cette année, j’avais envie d’un calendrier qui nous aide a entrer dans l’état d’esprit de Noël. Un calendrier qui permettent de partager, de se dire qu’on s’aime, de s’entraider… Et c’est dans ce but que je l’ai conçu.

J’ai donc commencé par créer 24 petits papiers avec 24 suggestions pour cheminer jusqu’à Noël. On y trouve donc des suggestions comme:

  • dire à quelqu’un que tu n’as plus vu depuis longtemps combien il t’a manqué
  • embrasser quelqu’un que tu aimes
  • donner un jouet à un enfant qui en a besoin
  • chanter des chansons de Noël
  • visiter un marché de Noël
  • tenter d’enseigner quelque chose à quelqu’un
  • aider à préparer le dîner du Réveillon

Cette année, j’étais partie sur l’idée de lui confectionner un arbre aux couleurs de Noël: rouge, blanc et vert. Et c’est ce que j’ai fait. Par contre, je pensais lui confectionner les branches avec des filins chenille cuivré et y ajouter des boules de Noël. Et puis j’ai changé d’avis suite à une de nos promenade-récolte. J’allais utilisé de vraies branches d’arbre.

Pour créer ce calendrier, j’ai eu besoin de:

  • un morceau de carton pour le socle
  • un rouleau de papier toilette pour le tronc
  • quelques serviettes en papier 
  • de la peinture (marron, jaune, rouge, vert et blanc)
  • de la peinture pailletée transparente
  • 24 mini pinces à linge en bois
  • 24 pompons colorés
  • 24 morceaux de papier
  • trois branches 
  • une coquille de noix
  • un marqueur noir
  • un pistolet à colle
  • un ciseau
  • une imprimante
  • deux petits yeux

J’ai commencé par la peinture. Il s’agissait de peindre le socle, le tronc et les mini pinces à linge. Puis j’ai recouvert de peinture pailletée les branches. Ensuite, j’ai créé un petit hérisson pour décorer mon socle – mais j’aurai tout aussi bien pu créer un bonhomme de neige. J’ai rempli le rouleau de papier toilette peint avec de vieilles serviettes en papier et j’y ai enfoncé les branches pailletées afin de créer un arbre.

Puis je me suis servie de mon pistolet à colle pour coller le rouleau de papier toilette sur le socle, le hérisson sur le socle et un pompon sur chaque mini pince à linge.

Enfin j’ai accroché les pinces à linges ainsi décoré à l’arbre. Et j’y ai glissé une des petites étiquettes préalablement imprimées et découpées.

J’aime beaucoup le rendu de ce calendrier. Il est simple et coloré. Il rappelle la nature et n’a demandé presque que des matériaux de récupération. Il est a beaucoup plu à Little Miss Sunshine également quand elle l’a vu.

Pour Little Smiling Buddha, je savais ce que j’allais y mettre, mais pas la forme qu’il allait prendre. Comme l’année passée, j’ai voulu lui faire un calendrier des bisous. Je trouve l’idée douce et câline. Elle avait eu tellement de succès par ici, que nous doublions chaque soir la dose de bisous pour que Little Miss Sunshine aient les mêmes. Certain soir, nous câlinions Little Smiling Buddha à tour de rôle. D’autres soirs, nous le câlinions chacun notre tour. Mais immanquablement, la séance de câlin se terminait par une séance de fou rire. Et quoi de meilleur que de se câliner et de rire pour remplir nos réservoirs affectifs juste avant la nuit!

C’est en vidant une boite de Kiri, que j’ai eu le déclic. Dans une boite, Little Smiling Buddha pourrait aisément attraper une étiquette à bisou sans abîmer le reste du calendrier.

Pour réaliser ce calendrier de l’Avent boite à bisous, j’ai donc eu besoin:

  • d’une boite de fromage Kiri vide 
  • de feutrine de trois couleurs
  • d’un pistolet à colle
  • de ciseau

Il m’a suffit de découper de la feutrine blanche de manière à recouvrir la boite. Puis je l’ai collé au pistolet à colle. Ensuite, j’ai découpé une forme de sapin dans de la feutrine verte et marron et je l’ai collé au pistolet à colle. Enfin, j’y ai glissé mes étiquettes à bisous après les avoir imprimées et découpées.

Rapide, simple, efficace et facilement manipulable par un enfant de 18 mois. Je suis ravie de cette idée!

Et vous, avez-vous préparé des calendriers de l’Avent pour vos enfants?  

[Atelier] Jouer avec l’automne (2)

Après le grand succès du panier d’automne, voici une autre invitation à jouer avec cette si jolie saison: la pâte à modeler orange maison et des petits objets de la nature.

Voici le plateau que j’ai offert à Little Miss Sunshine:

  • Une belle boule de pâte à modeler
  • Des feuilles mortes
  • Des petits bous de bois
  • Des noix entières et des demi-coquilles de noix
  • Des châtaignes
  • Des coquilles de pistache
  • Des boutons colorés

La seule chose que je lui ai dit en lui offrant le plateau. « On pourrait essayer de créer des choses qui nous font penser à l’automne! »

Et voici ses créations: IMG_8709.JPG IMG_8697.JPG IMG_8708.JPG IMG_8696.JPG IMG_8712.JPG

Je ne sais pas si vous les reconnaissez tous, mais il y a l’escargot, la maman et le bébé tortue et puis le moustique. Le thème n’a pas exactement été respecté, mais l’essentiel est bien qu’elle s’est fait plaisir en créant!

Elle a été très concentré sur ses créations, avant de passer un long moment à s’inventer des histoires avec les personnages ainsi créés.

IMG_8695.JPG

Little Smiling Buddha a également reçu son plateau pour créer. Il contenait des objets un peu plus grand et une boule de pâte à modeler.

  • des noix et des demi-coquilles de noix
  • des feuilles mortes
  • des morceaux de bois
  • des taro

Et contre toute attente, après un moment de flottement face à la texture de la pâte à modeler, il a commencé à patouiller. Il a malaxé la boule de pâte à modeler, il y a piqué des bouts de bois, il a joué avec le taro, et j’ai adoré l’observer…

IMG_8705.JPG

Pour la pâte à modeler, j’ai utilisé la première des trois recettes trouvé là-bas. Mais j »ai remarqué tardivement que ma pâte était légèrement trop collante. Je pense que j’aurai dû la laisser sécher un peu plus longtemps dans la casserole, mais j’avais peur qu’elle n’accroche. Je retenterai cette recette une autre fois! Mais j’en ai également repéré d’autres sans cuisson qui peuvent également être pratique.

Et vous, invitez-vous vos enfants à laisser libre court à leur imagination? 

[Atelier] Jouer avec l’automne

L’automne est ma saison préférée. Depuis toujours. C’est une saison qui permet d’utiliser les ressources de la nature à l’infini pour créer et découvrir. Alors je suis toujours ravie et pleine d’inspiration quand les premiers signes de cette magnifique saison se font ressentir. L’automne est un peu plus tardif ici à Shanghai, mais il nous laisse tout de même l’opportunité d’en profiter…

Cette année, j’ai dû réfléchir à des activités automnales qui conviennent à Little Smiling Buddha, 16 mois, ainsi qu’à Little Miss Sunshine, presque 5 ans. Il me fallait des activités que je puisse proposer aux deux, en parallèle, et quasi-identique pour éviter la frustration de Little Smiling Buddha, qui est en pleine phase « je veux tout faire comme ma soeur ».

J’ai donc commencé par leur proposer une activité indémodable à tous les âges – je l’ai notamment transposé à des élèves de CP qui ont également adoré lors de mes ateliers à l’école – le panier d’automne ou bac sensoriel d’automne. Et cette année, pour ne pas proposer chaque année le même panier avec des feuilles mortes et des fruits d’automne, je suis plutôt partie sur le thème des légumes chinois d’automne. Et ce panier d’automne a eu un énorme succès! 

IMG_8050-0.jpg

J’ai réalisé deux paniers. Un pour chacun des enfants. La seule différence étant que j’ai privilégié des légumes plus gros pour Little Smiling Buddha pour faciliter sa préhension.

La création a donc commencé par une belle promenade au marché avec Little Smiling Buddha. Nous y avons acheté des légumes chinois de saison:

  • des ignames
  • du taro
  • des potirons
  • des patates douces violettes
  • du gingembre

Mais aussi quelques fruits de saison:

  • des noix
  • des châtaignes

Evidement, un panier d’automne ne serait pas un panier d’automne sans quelques belles feuilles mortes que Little Smiling Buddha s’est fait un plaisir de ramasser. Enfin, il me restait des haricots rouges secs dans ma cuisine que j’ai choisi d’utiliser pour servir de « fond ».

La première étape a été le nettoyage des fruits, légumes et feuilles mortes. Et là, c’est Little Smiling Buddha qui est entré en scène. Et il a adoré! Je lui ai donné une bassine d’eau et une brosse à légumes. Je l’ai vu frotter avec beaucoup d’attention. Il y a passé un très long moment sur le balcon. Je l’avais rarement vu aussi concentré…

IMG_8045.JPG

Quand tout a été nettoyé et sec, j’ai préparé mes deux paniers. Je les ai proposé aux enfants dès le retour de l’école de Little Miss Sunshine. Assis côte à côte dans la salle de jeux, ils ont longuement déballé et observé, chacun à leur rythme, les objets de leur panier. Ils ont fait des échanges, empilé les fruits et les légumes. Ils sont allés chercher d’autres jouets pour compléter leur panier: des petites voitures pour Little Smiling Buddha, des figurines d’animaux et de la dînette pour Little Miss Sunshine. Ils ont manipulés pendant un long moment. Quand ils ont eu fini, j’ai refermé les paniers. J’ai acheté de grands bacs qui se referment pour pouvoir être à proximité quand ils manipulent leur panier, surtout pour Little Smiling Buddha qui a quand même encore tendance à porter les choses à la bouche.

Le lendemain, et les jours qui ont suivis, ils ont beaucoup joué avec les objets du panier. Et puis au bout de quelques jours, quand j’ai senti l’intérêt du panier devenait moindre, j’ai sorti les légumes du panier et je les ai proposé tel quel à Little Smiling Buddha, sans panier. Juste au sol avec les jouets environnants. Il a longuement joué avec les légumes et la dînette. Et puis il est allé chercher l’arc en ciel de Grimms. Et c’est là que je vois à quel point ce genre de jouets sont géniaux.

Ils servent à tout, et développent vraiment l’imagination des petits. Et des moins petits, parce que même moi je me prends vite au jeu quand il me demande de jouer avec lui!

Et quand l’intérêt s’est encore essouflé, j’ai mis les légumes dans leur cuisinière. Depuis, j’ai régulièrement du taro à manger. Et c’est Little Smiling Buddha a qui ça plait le plus!

On a passé de nombreux beaux moments de découvertes avec nos fruits et légumes d’automne!