5 ans 

5 ans. Ce chiffre me semble déja tellement grand!
Je te vois encore dans les bras de ton père quand il est revenu avec toi dans la salle d’accouchement après les contrôles de routine. Tu étais si petite, si frêle, tu n’avais même pas la taille de son avant-bras, tout pliée que tu étais…

Et aujourd’hui, tu es une belle petite fille, grande et douce, forte et vive. Tu sais ce que tu veux et tu coopère relativement facilement. Tu n’hésite pas à nous dire quand quelque chose te déplait, même si c’est notre comportement à nous. Et je suis si fière de cette confiance que tu nous offre. Et comme chaque année à l’heure de ce petit « bilan » je nous félicite du chemin de la bienveillance que nous avons emprunté à tes côtés…

Tu papotes toujours autant. La communication est vraiment une chose essentielle pour toi. Et enfin, cette année, tu t’exprimes comme tu le souhaite en chinois. Non pas que tu t’exprimais mal auparavant, mais tu étais clairement frustrée par le fait de ne pas avoir tout le vocabulaire que tu souhaitais dans cette langue. Et depuis le mois de septembre, c’est par ton manque de connaissance de l’anglais que tu es frustrée. Tu m’as déja plusieurs fois demandé de t’aider à apprendre cette nouvelle langue… Un nouveau défi pour cette nouvelle année qui s’ouvre!

Au sein de notre famille à quatre, tu as trouvé ta place. Tu es une grande soeur attentionnée, une vraie petite mère. Je garde notamment en mémoire un épisode, qui s’est déja répété depuis, et qui en dit long sur ton empathie et ton amour pour ton frère. Alors qu’il pleurait de rage de ne pas réussir à effectuer quelque chose comme il le souhaitait, tu es venu me demander un mouchoir en papier pour lui essuyer ses larmes parce que « c’est pas agréable d’avoir des larmes qui coulent sur les joues ».

Vous avez développé une complicité vraiment impressionnante tous les deux. Vous fonctionnez en binôme pour toute une série d’activités et j’en suis la première épatée. Votre relation est douce et apaisée, les disputes sont excessivement rares et tu as développé une bienveillance envers ton frère, dont même moi, sa maman je me sens incapable. Juste avant de rentrer en France, il a voulu un jouet que tu avais en main. Crise de colère de sa part. De frustration, il t’a attrapé les cheveux et t’a tiré par les cheveux sur bien un mètre à travers le salon, le temps que j’intervienne. Je t’ai embrassé pour te consoler et je l’ai éloigné de toi pour lui expliquer que son geste n’était pas acceptable. Je lui ai expliqué qu’il t’avait fait mal, que tu pleurais sur le canapé. Il est retourné vers toi, spontanément, tu n’as pas cherché à le chasser ou à l’éviter, il t’a regardé, tu lui as tendu la joue et il t’a embrassé sur la joue. L’orage était passé. A ta place, et vu combien il t’avait fait mal, j’aurai eu du mal à tendre la joue. J’aurai eu peur qu’il ne récidive. Tu es d’une infinie bienveillance envers ton frère.

Tu es avide de connaissance, de savoirs, d’apprendre… Tu m’étonne tous les jours. A Noël, tu as construit ton château d’Ariel la petite sirène en Légo toute seule, sans aucune aide extérieure, en dehors de notre regard bienveillant. Quelques jours plus tard, tu as ouvert ton coffret Montessori des drapeaux du monde et tu n’arrêtais plus de me poser des tonnes de questions, sur les drapeaux, sur les pays.

Tes dessins sont de plus en plus précis et maintenant tu les termine systématiquement – tu ne te contente plus de dessiner ou colorier, tu fais les deux.

Tu connais la plupart des lettres de l’alphabet et leur son. Tu commence à écrire des mots par toi même, pas à la main – ça ne t’intéresse pas encore – mais avec les lettres magnétiques sur le frigo. Tu déchiffres certains mots sur les emballages. Et j’ai les yeux qui pétillent de te voir ainsi découvrir, tâtonner et grandir…

Durant ces vacances en Alsace, tu auras réalisé un rêve qui te tenait à coeur depuis au moins deux ans: faire du patin à glace. Un pur bonheur d’avoir pu réalisé ton rêve et d’avoir été à tes côtés dans ce beau moment.

Je t’aime infiniment ma jolie princesse, 

Joyeux anniversaire ma Puce!

[DIY] Couronne en boules de Noël 

Voilà encore un joli bricolage facile et simple à mettre en place. Ici, c’est Little Miss Sunshine qui l’a réalisé en quasi-autonomie.

Nous avions l’intention de l’accrocher sur notre porte d’entrée pour accueillir nos invités – non pas qu’ils soient nombreux 😅 – mais finalement, elle était trop lourde. Elle a donc fini dans notre salon pour notre plus grand bonheur, puisque nous pouvons observer ses jolies couleurs…

 
Vous trouverez tout un tas de vidéo explicative sur YouTube, mais il suffit de peu de matériel pour la réaliser.

Pour une couronne, il nous a fallu: 

  • Un cintre métallique 
  • beaucoup de boules de Noël de différentes tailles 
  • Deux filins chenille (mais ça peut aussi être un joli ruban)

J’ai commencé par ouvrir le cintre métallique et lui donner une forme plus ou moins ronde. J’ai enfilé les premières boules de Noël pour montrer comment faire à Little Miss Sunshine. puis je l’ai laissé continué. En fait, il n’y a rien de plus simple, il suffit d’un peu de patience par ce que les boules à enfiler sont vraiment nombreuses!

IMG_9049.JPG
C’est Little Smiling Buddha qui a passé les boules de Noël à enfiler à Little Miss Sunshine. Ils ont travaillé ensemble, et j’ai trouvé ça magnifique! 

Pour terminer, c’est moi qui ait refermé le cintre. Et j’ai enroulé deux filons chenille autour de la anse pour cacher le haut du cintre.

Little Miss Sunshine et Little Smiling Buddha peuvent être fière de leur travail et de leur coopération sur ce joli bricolage! 

Belle année 2016!

La famille Kangourou vous souhaite une belle et douce année 2016, riche en découvertes et en petits plaisirs, dans l’amour et la bienveillance…

P1110330

Une année se termine, une autre s’ouvre. Les jours, les semaines et les mois s’enchaînent à une vitesse époustouflante depuis que nous sommes arrivé en Chine.

Little Miss Sunshine vient d’avoir 4 ans, Little Smiling Buddha a déja 6 mois révolu. C’est bien la vie des enfants qui a rythmé nos vies en 2015. Je savoure avec toujours autant de délice le fait d’être maman au foyer et de pouvoir m’occuper de Little Miss Sunshine autant qu’elle le demande. Je peux vivre à son rythme à chaque fois que c’est nécessaire, à chaque fois qu’elle le demande. Elle a adoré retourner à l’école et intégrer la classe des moyens après des grandes vacances shanghaiennes… Et puis depuis le solstice d’été, c’est au rythme de Little Smiling Buddha que je vis. Les nuits entrecoupées, les tétées, les changes, les câlins, ont largement rythmé la seconde partie de cette année. Heureusement, nous avons Ayi qui est là pour m’aider. Et c’est un luxe! Un luxe que je mesure chaque jour qu’elle passe auprès de nous…

Côté voyage, nous ne nous sommes pas promené autant que j’aurai eu envie de le faire. Un seul grand et beau voyage au Japon en février cette année. Enceinte de presque 6 mois, ça a été une merveilleuse manière de clôturer notre vie à trois avant de prendre un nouveau départ à quatre. Nous sommes tout de même rentré en France deux fois cette année: en octobre et pour Noël. Little Smiling Buddha du haut de ses 6 mois à deja parcouru quatre fois 10 000km en avion! Et j’ai eu largement l’occasion de me promener dans Shanghai et ses environs et de découvrir cette ville dans laquelle je vis depuis près de 18 mois maintenant.

Cette année, la priorité sera donc donnée aux voyages. Papa Lou et moi rêvons d’au moins un week-end par mois pour découvrir la Chine. Maintenant que la période la plus difficile des tout-petits est passée et que Little Smiling Buddha et moi avons commencé à prendre notre rythme, plus rien ne nous empêche de voyager! Pour le Nouvel An chinois, nous avons déja deux voyages au programme: un week-end à Harbin, dans le Nord de la Chine pour profiter de la neige et de la glace puis une semaine dans le Fujian, pour découvrir le berceau d’une somptueuse famille de thés chinois, les Yan Cha, et nous réchauffer au soleil…

Un autre point important à mon sens, qui marquera surtout le début de cette année, sera la diversification de Little Smiling Buddha. Je m’efforce actuellement de trouver un moyen pour m’approvisionner en produits biologiques. Nous avons trouvé quelques options, je vous en reparlerai donc certainement dans les semaines à venir. En parallèle, j’ai décidé de re-préparer tous les goûters de Little Miss Sunshine moi-même. L’achat d’un robot KitchenAid devrait grandement m’aider dans ce défi!

Cette année s’annonce donc comme une nouvelle année de découvertes et de dépaysement pour nous!

[Education bienveillante] Se découvrir grande soeur

Je n’ai jamais eu d’attente particulière en ce qui concerne la relation entre Little Miss Sunshine et Little Smiling Buddha. Je suis l’aînée et j’ai un petit frère de quatre ans plus jeune. Nous avons toujours eu une bonne relation tous les deux et nous n’avons pas eu trop à souffrir de cette relation (peut être mon jeune frère a-t-il eu à souffrir un peu plus de comparaisons). Mais j’ai eu le cas autour de moi de fratrie qui se déchirait ou de soeurs qui se détestaient. Je ne pensais pas qu’une petite fille de 3 ans et demi et un nourrisson pouvait nouer des liens, surtout pas aussi fort. Que peut-il y avoir de réellement intéressant pour une enfant de même pas 4 ans à un nourrisson qui ne fait que dormir, manger ou pleurer. Il est pourtant évident que je souhaite que mes enfants aient une belle relation.

Première rencontre. On m’avait dit que mon aînée allait me paraître tellement grande face à mon nouveau-né. Mais je ne l’ai pas vu différente de d’habitude quand elle est arrivée. Elle était émue, elle avait besoin de moi après deux jours sans sa maman. Elle avait besoin de savoir que j’étais toujours là, que rien n’avait changé dans notre relation. Je l’ai sentie vulnérable, apeurée, pleine de questions face à son nouveau statut. Et moi aussi j’avais besoin d’être rassuré. Alors nous avons commencé par de longs câlins, avant de lui présenter son frère sereinement quelques dizaine de minutes plus tard.

Répondre à ses besoins le plus rapidement possible, malgré la présence de son frère a été une priorité pour moi les premières semaines. Je voulais qu’elle sache que rien ne changeait, que j’étais toujours là pour elle. Cela n’a rien de facile ou d’évident avec un nouveau-né, mais j’ai réussi a toujours trouvé une solution, une alternative, lorsque j’étais trop occupé pour faire ce qu’elle me demandait. Je continue à prendre du temps avec elle, régulièrement. Nous nous octroyons régulièrement des moments juste toutes les deux, ou nous parlons de nous, de nos attentes l’une envers l’autre, sans jamais mentionner son frère. Ses moments sont nos moments à toutes les deux, nous ne faisons intervenir personne d’autres.

Malgré cela, dans les deux-trois semaines qui ont suivi notre retour à la maison, j’avais du mal à être positive avec Little Miss Sunshine. Je passais une grande partie de la journée à lui dire « attention! » ou « doucement! » ou tout simplement « non! ». Je n’arrivais plus être bienveillante quand elle s’approchait de son frère. Je ne pouvais m’empêcher d’intervenir au point de la frustrer. Je le savais, je le sentais, mais je n’ai pas réussi faire autrement. Et puis j’ai lu quelque part qu’il s’agissait d’une réaction tout à fait naturelle, qu’à la naissance d’un second bébé, on se focalise sur ce nouveau bébé et on chasse instinctivement le premier né. C’est le plus souvent la norme dans le règne animal. Le tout est d’en prendre conscience. Et dès que j’en ai pris conscience, j’ai su lâcher prise.

Inspirée par ma lecture de Frères et soeurs sans rivalité juste avant mon accouchement, j’ai décidé de leur faire confiance. C’est à eux deux, frère et soeur, de construire leur relation. Je n’ai pas à m’en mêler si je ne veux pas créer de déséquilibre dans leur relation. J’ai décidé de prendre Little Miss Sunshine à part, de lui expliquer qu’elle devait prêter attention à son frère, qu’il était particulièrement fragile et vulnérable, qu’il avait besoin d’attention, de douceur et d’amour, que je savais qu’elle saurait bien s’en occuper et que je lui faisais confiance. Et depuis, je n’interviens plus qu’en cas de réel danger.

Je ne dis plus rien. Et ils ont déja tissé une magnifique relation. Il faut voir le regard de Little Smiling Buddha quand il voit entrer sa soeur dans son champs de vision. « Maman, regarde, il a des étoiles dans les yeux! » comme elle me dit. Et je suis fière de voir l’empathie et la bienveillance dans les gestes et les paroles de Little Miss Sunshine.

Bien sûr, parfois elle ne veut plus de son frère, comme elle le dit. Je lui réponds simplement que je conçois tout à fait que ce soit difficile pour elle, qu’elle a le droit de ne pas l’aimer à ce moment précis, que ce n’est pas tous les jours faciles dans une fratrie. Je l’écoute et la rassure sur mes propres sentiments à son égard. Elle repart jouer et quelques minutes plus tard revient rassurée. Je veux qu’elle sache qu’elle a le droit de s’exprimer, qu’elle a le droit de ressentir ce qu’elle ressent, que je suis là pour l’accompagner. Parfois, nous avons besoin de remettre les choses à plat. Parfois, elle se sent un peu frustré et c’est bien normal, alors nous essayons de trouver des solutions toutes les deux. Et pour le moment, ça fonctionne très bien.

En parallèle, je la laisse participer au maximum aux soins que je prodigue à son frère. Elle m’aide à changer les couches – elle a d’ailleurs un tabouret à côté de la table à langer pour être au bon niveau pour m’aider -, à l’habiller, à choisir ses vêtements, à essuyer sa bouche lorsqu’un peu de lait ressort,… Elle a pris goût à ces soins et m’aide avec plaisir. En même temps, cela la responsabilise quelque peu.

Little Smiling Buddha a eu quatre mois. Et on ne cesse de me demander si Little Miss Sunshine est jalouse. Comme si c’était un passage obligé et en même temps inadmissible. Pour moi, Little Miss Sunshine n’est pas jalouse. Elle a simplement le comportement d’un enfant qui voit sa vie bouleversée, et encore grâce à notre écoute et à notre patience, elle gère vraiment très bien ce passage. Alors je réponds simplement que non, elle n’est pas jalouse.

Je suis vraiment fière de la manière dont cette nouvelle relation s’est mise en place. Je suis fière de Little Smiling Buddha et de Little Miss Sunshine. Je suis fière de la manière dont nous avons su accueillir ses émotions et ses craintes. Et tout cela me conforte vraiment dans notre manière de faire grandir nos enfants. La bienveillance porte ses fruits! Et nos enfants ont pour le moment chacun trouvé leur place dans notre nouvelle vie à quatre…

Et chez vous, comment s’est passé l’arrivée du petit frère ou de la petite soeur? 

[Grossesse] Boîte à Grande Soeur et Boîte à Papa

Pour ma première grossesse déja, j’avais réalisé une Boite à Papa pour Papa Lou. J’avais en effet très peur qu’il se retrouve seul, désoeuvré dans un appartement désespérément vide, après avoir passé des heures particulièrement intenses émotionnellement pour la naissance de Little Miss Sunshine. Je lui avais donc préparé de quoi se faire un apéro pour fêter la naissance de sa fille, mais aussi une jolie lettre et un livre en plein dans le sujet à feuilleter pendant mon absence.

Pour cette grossesse également, à l’occasion de mon départ à la maternité, j’ai confectionné une Boîte à Grande Soeur pour Little Miss Sunshine et une Boîte à Papa pour Papa Lou. Rien de bien prétentieux, juste quelques petites choses à grignoter, un gentil petit mot pour chacun, quelques petits cadeaux pour occuper Little Miss Sunshine avec son Papa pendant mon absence. Le but principal étant juste de leur dire que malgré mon absence et le contexte, je pense fort à eux, je suis de tout coeur avec eux et j’ai hâte de me retrouver à nouveau à la maison pour débuter notre nouvelle vie à quatre.

IMG_0635.JPG

J’ai utilisé une seule grande boite, que j’ai séparé en deux afin de marquer la différence entre la « Boite à Papa » et la « Boite à Grande Soeur ». Je trouvais ça plus convivial d’ouvrir leur boite à trésors ensemble…

J’ai utilisé les douces peintures que nous avions réalisé avec du lait et des colorants alimentaires pour décorer ma boite.

IMG_0632.JPG

A l’intérieur, j’ai commencé par leur glisser une petite enveloppe contenant un message pour chacun que Papa Lou a lu à haute voix. Un message pour leur dire combien je les aime, combien ils me manquent et ma hâte de nous retrouver à quatre pour se lancer dans de nouvelles aventures!

Je leur ai également glissé de quoi préparer un apéritif festif pour fêter l’arrivée de Petit Poisson. Je sais que c’est un moment qu’ils aiment partager tous les deux…

IMG_0598.JPG

J’ai trouvé une jolie bouteille de soda à la fraise pour Little Miss Sunshine et une bouteille de mousseux rosé pour Papa Lou. Je leur ai glissé quelques petites choses à grignoter qu’ils aiment tous les deux et surtout un paquet de ballons à gonfler afin de rendre plus festif ce joli moment en tête à tête.

IMG_0599.JPG

Pour le dessert ou le goûter, j’ai trouvé quelques gourmandises pour Little Miss Sunshine. Et avec ça, je suis sûre qu’elle aura une petite pensée pour sa maman 😉

IMG_0600.JPG

Papa Lou aussi a eu droit à ses gourmandises favorites pour le dessert.

IMG_0597.JPG

Puis, j’ai glissé un joli carnet de feuilles blanches, des stickers de princesses et des craies grasses dans la Boite à Grande Soeur afin d’occuper Little Miss Sunshine pendant mon absence. Elle a ainsi eu tout le loisir de réaliser de jolis dessins pour moi et Petit Poisson en attendant notre retour…

Pour terminer, j’ai glissé quelques suggestions de moments câlins / moments défouloirs pour qu’ils pensent également à profiter à fond, malgré la fatigue, de ses moments à deux qui sont rares et précieux! 

Intentionnellement, je n’ai rien glissé dans les boîtes pour faire référence au Petit Poisson qui vient de naître. Little Miss Sunshine a déja reçu de nombreux livres sur le sujet, elle a sa poupée favorite pour jouer à la petite maman et nous l’avons largement préparé à cette naissance. Je voulais vraiment leur offrir à tous les deux, juste une occasion de se retrouver et de profiter de jolis moments père-fille

Et vous, aviez-vous préparer quelque chose pour vos aînés et / ou pour le papa avant votre départ à la maternité? 

[Grossesse] Huit mois et demi

J’avais envie de faire un dernier point sur ma grossesse avant mon accouchement. Il me reste maintenant moins de deux semaines avant le terme de ma grossesse. Nous sommes totalement prêt à accueillir notre Petit Poisson et nous commençons, enfin surtout moi, a être vraiment impatient de faire sa connaissance. Alors j’aimerai mettre en mots quelques uns de mes ressentis de ces dernières semaines avant d’oublier…

  • Jusqu’à la fin, Petit Poisson aura été un bébé très actif dans mon ventre. Je l’aurai senti bouger des dizaines de fois par jour.
  • Le jour de mon premier monitoring, il était bel et bien réveillé, comme s’est nécessaire pour que ce dernier soit efficace, sauf qu’il a passé son temps à pousser les deux sondes qui devaient le gêner et j’ai donc passé un sacré bout de temps sous monitoring jusqu’à avoir les bonnes informations!
  • Curieusement, avec ma prof de Chinois, nous avons remarqué qu’à chaque fois que nous parlons d’alimentation, il se manifeste et ne se calme plus
  • J’ai de plus en plus de mal à être assise sur le canapé avec mon gros ventre. Je suis dorénavant bien plus à l’aise à la table de la cuisine sur une chaise.
  • Au moment de me mettre au lit, c’est toujours un peu délicat. J’ai beaucoup de mal à trouver ma place. Petit Poisson peut passer des dizaines de minutes à se tourner et se retourner dans mon ventre, soulevant régulièrement ma cage thoracique au passage, si ma position ne lui convient pas et malgré le coussin d’allaitement, que je ne quitte plus depuis de long mois, j’ai souvent du mal à m’endormir.
  • Little Miss Sunshine se pose un tas de questions sur l’arrivée de son Petit Frère. Elle passe dans une même conversation de « Je ne veux pas de Petit Frère, on était bien tous les trois! » à « Je veux qu’il sorte vite pour le voir et lui faire des bisous! ». J’accueille ses émotions, la rassure, mais surtout je la laisse exprimer ses angoisses sans jugement.
  • Je fais très régulièrement des siestes sur le canapé. Je peux dormir deux heures d’affilés et si je ne mettais pas un réveil pour être sûre d’aller récupérer Little Miss Sunshine à l’heure au bus, je suis sûre que parfois je dormirai encore plus longtemps!
  • Je me pose beaucoup de questions sur ma relation avec Little Miss Sunshine. Elle a toujours été très fusionnelle et elle le demeure, mais je me demande comment va s’intégrer Petit Poisson dans ce duo. Si ça se fera naturellement, si je serai aussi fusionnelle avec lui, si je vais inconsciemment me détacher un peu de Little Miss Sunshine, … Bref, si on peut aimer autant l’un et l’autre de ses enfants… Mais ce genre de questions me semblent plutôt naturelles et saines…
  • Au cours de la grossesse de Little Miss Sunshine, je rêvais régulièrement de mon accouchement. Qui ne se passait jamais bien. Soit on me prenait mon bébé. Soit je ne rêvais que d’un accouchement difficile et sans fin. Au cours de cette grossesse, je n’ai pas rêvé d’accouchement avant d’entrer dans mon neuvième mois de grossesse. Et encore, c’était un accouchement qui s’est bien passé, dans une piscine – ce qui ne sera malheureusement pas le cas! – et j’ai même vu le visage de mon bébé, je me suis vu le nourrir au sein sans aucun souci et Little Miss Sunshine était allongée à côté de nous dans le lit – un grand lit double – dès la fin de l’accouchement. Bon présage?
  • Depuis quelques mois, mes goûts ont changé. Je mange de plus en plus épicés. Je mange des choses que je ne me sentais pas capable de manger auparavant (calamar, poulpe,…) Je bois et réclame même des thés que je n’aimais que peu boire auparavant (des wulong torrfiés notamment). Bref, je me demande si c’est liée à notre nouvelle vie en Chine ou à ma grossesse…
  • Les soirées deviennent difficiles. J’ai régulièrement des contractions, Petit Poisson me donne des coups certainement gêné par les contractions et je n’arrive plus à rester assise sur le canapé pour regarder un film, je suis obligée de me tenir debout pour me sentir mieux. J’ai régulièrement des remontées acides, j’ai du mal à digérer. J’ai le ventre lourd, tellement lourd, que parfois, malgré le fait que je me tartine d’huile de rose musquée quotidiennement, j’ai l’impression que la peau de mon ventre va se déchirer. Mais je n’ai pas de vergetures. Ouf!

J’ai hâte de le rencontrer. Tellement hâte! 

[Grossesse] 8 mois

Nous y sommes. Ce moment que l’on attend souvent depuis le début de la grossesse: le dernier mois. Le seuil de prématurité est passé; à partir de maintenant, notre Petit Poisson peut arriver quand bon lui semble.

Ce mois qui vient de s’écouler aura été un peu plus difficile. J’ai ressenti beaucoup de fatigue, liée sans doute au fait que Petit Poisson ne m’a laissé que peu de répit. Il n’a cessé de gigoter dans le fond de mon ventre, le jour ou la nuit, au point de me réveiller très régulièrement au cours de la nuit ou de mes siestes. Mon ventre me semble moins gros, ou alors Petit Poisson est plus gros que sa soeur au même stade de développement. Mais je ressens absolument chacun de ses mouvements. Je suis même capable de dire s’il s’agit de ses fesses, de sa tête, de ses mains ou de ses pieds quand je reçois un coup. Il pousse également régulièrement sur ma cage thoracique avec ses pieds, faisant se soulever mes côtes, ce qui est vraiment très désagréable. Enfin, dès que je mange, je me retrouve avec des aigreurs d’estomac ou des remontées acides. Et là encore, c’est fatiguant… Et depuis quelques jours, pour couronner le tout, j’ai des contractions très régulières durant toute la soirée. Et puis une fois que j’arrive enfin à m’endormir, elles disparaissent. Signes que mon corps commence à se préparer à l’accouchement, je suppose…

Il est placé tête en bas depuis le début du mois. Et même ma gynécologue aime à répéter « What a very active baby boy! » quand elle tente désespérément de capter les battements de son coeur avec son appareil… Voilà deux mois qu’il refuse également catégoriquement qu’on le prenne en photo. La gynécologue voulant me faire plaisir et offrir à Papa Lou la possibilité de voir son bout de chou alors qu’il ne peut pas venir au rendez-vous, elle insiste à chaque rendez-vous pour que l’on tente de faire une photo 3D du bébé. Impossible. Une fois il a les deux mains sur le visage, une autre fois il est placé tête en bas et regarde vers ma colonne vertébrale, une autre fois encore il a la tête enfoui dans le placenta tel un coussin. Mais ça me va tout aussi bien. J’aime les surprise et je n’arriverai quand même pas à me projeter avec ce drôle de portrait 3D.

IMG_0361-0.JPG 

Ma grossesse se termine donc progressivement et je me rends compte qu’elle a été totalement différente de la première. J’ai pris 2kg ce mois-ci. Je pensais en prendre le double. Décidément, mon métabolisme entre la première et la seconde grossesse n’est vraiment pas le même! J’ai donc pris pas tout à fait 12kg à ce stade. J’en avais pris près de trois fois plus pour ma première grossesse. J’ai travaillé debout sept heures par jour, durant les sept premiers mois de ma première grossesse. J’ai eu tout le loisir de me reposer pour celle-ci. Je sentais Little Miss Sunshine bouger très régulièrement et j’en étais ravie. Depuis le quatrième mois, j’ai l’impression de sentir Petit Poisson à longueur de temps, dès qu’il bouge. Little Miss Sunshine était plus douce dans ses « coups », je ne les ai jamais vraiment ressenti comme désagréable jusqu’au milieu du dernier mois de grossesse. Pour Petit Poisson, c’est différent. Il est capable de me donner des coups vraiment douloureux ou de faire se soulever toute ma cage thoracique sous prétexte que je le coince certainement un peu trop à son goût. Mais en parallèle, il suffit que je pose ma main sur mon ventre pour qu’il vienne s’y lover ou que sa soeur embrasse mon ventre pour qu’il vienne tout contre la paroi de mon ventre. Et ce sont des sensations, des images que je ne veux pas oublier!

Little Miss Sunshine est, quant à elle, très patiente. Mais elle sent bien que les choses bougent, qu’on approche de la fin. Elle est très demandeuse de ma présence actuellement. Elle demande régulièrement à revenir au sein – elle qui s’est sevrée à 17 mois. Je la laisse tétouiller et me lancer un regard désespéré en me disant « Y’a pas de lait, Maman! » Je la rassure, il y en aura pour son frère et il lui sera plus facile de revenir à ce moment-là si telle est son envie. Elle ne s’endort quasiment plus sans ma présence. Elle dort mal, se réveille plusieurs fois par nuit et vient souvent nous rejoindre dans notre lit alors qu’elle dort déja au pied de notre lit dans son lit d’appoint. Elle me demande régulièrement de lui montrer sur le calendrier quand son petit frère va arriver. Elle aimerait connaître son prénom. Nous avons longuement parlé de l’accouchement, de la douleur, de notre séjour à l’hôpital à moi et Petit Poisson. J’ai répondu à toutes ses questions. Sans en dire trop. Juste pour qu’elle ne soit pas choquée ou traumatisée si elle me voit souffrir à un moment ou un autre, qu’elle ne se sente pas abandonné quand je vais devoir partir un peu dans l’urgence. Elle est très empathique, surtout avec moi.

Je commence à être impatiente de le rencontrer maintenant notre Petit Poisson. Je me demande de plus en plus comment se passera mon accouchement. S’il pourra être plus physiologique que le premier. Si il n’y aura pas de « moment de panique » de la part de l’équipe médicale pour une raison ou pour une autre. Comment va se passer cet accouchement chinois? Je pourrai certainement vous le raconter d’ici un mois…

[Education bienveillante] [Grossesse] Plan d’organisation

Dans le but de faciliter au mieux l’intégration de notre nouveau membre de la famille dès son arrivée et de chambouler au moins les membres de la famille déja présent, nous avons réfléchit à un plan d’organisation. Bien sûr, rien n’est définitif et tout peut encore varier, mais nous voulions connaître les grandes lignes de ses prochains mois afin de préparer au mieux Little Miss Sunshine – et nous-même également. L’anticipation – même si elle n’est pas toujours possible – est depuis toujours ce qui fonctionne le mieux avec Little Miss Sunshine.

A plus ou moins cinq semaines de la naissance de Petit Poisson, j’ai eu beaucoup de discussion avec Little Miss Sunshine sur la manière dont vont se passer les choses le jour où Petit Poisson aura décidé de pointer le bout de son nez. Point d’ambulance, ni de pompiers à Shanghai, ils nous faudra donc compter uniquement sur la bonne volonté des taxis pour m’emmener à la maternité. En dehors des heures de pointe, je ne me pose pas trop de questions, mais si nous devions quitter la maison entre 8h et 9h ou entre 16h et 20h, je pense que ça serait déja plus compliqué. Mais j’avoue, je compte sur la bienveillance des Chinois, et surtout de nos gardiens d’immeuble, pour nous appeler un taxi le cas échéant.

Le Jour J, il y a de fortes chances que Little Miss Sunshine soit à l’école. Dans ce cas, elle sait que je passerai le message à la directrice française de son école pour qu’elle lui annonce que Maman et Papa sont partis à la maternité. La directrice est adorable et bienveillante, je sais qu’elle passera le message à Little Miss Sunshine de manière adéquate. Dans ce cas, c’est Ayi qui la récupérera à la sortie de l’école et qui s’occupera d’elle jusqu’au retour de Papa Lou. Nous en avons discuté, Little Miss Sunshine, sait qu’elle risque de devoir s’endormir sans nous.

Si nous devons quitter la maison un jour de week-end ou en pleine nuit, les choses se corseront un peu. Nous comptons sur l’arrivée rapide d’Ayi – qui habite à environ 20 minutes en taxi de chez-nous – pour pouvoir quitter la maison serein. Little Miss Sunshine sait que dans ce cas, elle devra rester avec Ayi jusqu’au retour de Papa Lou.

Dans ce deuxième cas de figure, Little Miss Sunshine verra certainement le début du travail. Pour la rassurer – car elle est vraiment très empathique, surtout avec moi actuellement -, je lui ai expliqué le principe de l’accouchement. Avec des mots simples, mais je lui ai parlé de la douleur, du bébé et de Maman qui vont pousser ensemble pour qu’il puisse sortir de mon ventre, de la normalité de la douleur dans ce cas et surtout que tout se passera bien pour tous les deux, qu’elle n’a pas à s’inquiéter outre mesure.

Si quelque part, dans nos plans quelque chose devait ne pas fonctionner, notre dernière option est d’emmener Little Miss Sunshine avec nous à l’hôpital. Les infirmières là-bas la connaissent déja et je suis sûre qu’il y en a l’une ou l’autre qui seront ravis de s’occuper d’elle quand Papa Lou sera avec moi. Et lui-même devra alors faire des aller-retour entre toutes les deux jusqu’à l’arrivée d’Ayi.

J’ai demandé à rester maximum trois jours à l’hôpital si tout se passe bien. En Chine, les femmes restent entre une et deux semaines à l’hôpital. C’est donc Ayi et Papa Lou qui prendront le relai avec Little Miss Sunshine durant ce laps de temps. J’ai dores et déja demandé à Ayi de m’amener Little Miss Sunshine à l’hôpital, chaque soir, après son retour de l’école. Elle pourra ainsi passer un maximum de temps avec moi et le bébé en attendant l’arrivée de Papa Lou.

Lors de notre retour de la maternité, nous avons décidé de continuer à mettre Little Miss Sunshine à l’école régulièrement. Elle passera donc son mois de juillet en camp d’été dans son école avec du personnel qu’elle connaît déja. Cela lui permettra de conserver un rythme régulier et de ne pas être encore plus chamboulé par ma fatigue et l’arrivée de Petit Frère. J’aurai toute la journée pour me reposer et j’essaierai de partager un maximum de moment avec elle chaque soir à son retour. Comme à mon habitude. C’est Papa Lou qui prendra le relais avec Petit Poisson dans la soirée, notamment pour le bain.

Nous allons essayé de passer les premiers jours du mois de juillet à quatre. Papa Lou a trois jours de congé à poser pour l’arriver de Petit Poisson et comme il s’agit d’une moitié de semaine seulement, j’ai décidé de garder Little Miss Sunshine à la maison – elle termine l’école le 30 juin. Ayi viendra nous soutenir pour les courses et la préparation des repas, nous adapterons certainement ses horaires à notre rythme durant ses quelques jours.

J’espère avoir sorti la tête de l’eau au début du mois d’août. J’espère que Petit Poisson et moi auront commencé à trouver un semblant de rythme tous les deux afin de pouvoir profiter de l’été avec Little Miss Sunshine. Elle passera effectivement son mois d’août avec moi et Ayi. Papa Lou continuera de travailler.

Enfin, nous prendrons l’avion pour notre premier retour en France avec Petit Poisson au début du mois de septembre. D’ici là, aucun membre de la famille n’aura encore pu rencontrer Petit Poisson. Les grands-parents viennent tous de nous rendre visite avant la naissance pour nous laisser tout le loisirs de nous reposer et de construire de nouveaux liens avec ce bébé avant de le présenter à la famille. Nous passerons alors entre trois semaines et un mois en France. Little Miss Sunshine de son côté retardera sa rentrée à la fin des vacances de la fête nationale, à la fin de la première semaine du mois d’octobre…

Voilà donc le déroulement, grossier, des semaines et mois à venir. Mais maintenant que tout est plus ou moins clair et organisé, malgré les imprévus qui arriveront certainement, je suis bien plus sereine…