[DIY] Table lumineuse

Voilà bien longtemps que j’avais envie de leur créer une table lumineuse. C’est à la fin de l’année dernière que j’ai finalement acheté la grande boîte qui sert de table chez Ikea. J’avais préparé à ce moment-là une première table, avec une guirlande récupérée qui ne faisait que clignoter. Et c’était vraiment pas ça. Après une soirée de jeux, les enfants s’en étaient détournés. Et moi aussi…


Et puis, il y a quelque jours, en prévision de notre absence pour deux mois, j’ai fait un gros rangement et je suis retombée sur la boite. Je l’ai réinstallée dans la salle de jeux, avec l’ancienne guirlande clignotante, mais les enfants ne s’y sont pas intéressés. Le lendemain, Papa Lou me dit qu’il doit commander une guirlande pour la chambre des enfants. J’en profite donc pour lui demander d’en acheter deux.

Et la guirlande qui est arrivée est juste parfaite! Elle ne clignote pas, fait une belle lumière blanche et les leds sont assez nombreuses pour faire une jolie lumière tamisée dans la boite. En plus, c’est une guirlande à pile, qui m’aurait éviter la galère de percer la boîte pour faire passer l’interrupteur à la fin de l’année dernière!

Pour réaliser une table lumineuse facilement, il vous faudra donc: 

  • Une grande boîte en plastique (du type de celles que l’on trouve chez Ikea)
  • Une guirlande lumineuse (pour les peu bricoleurs avec des piles, c’est plus pratique, sinon il faut également penser à avoir une perceuse sous la main)
  • Du papier sulfurisé 
  • Du scotch 

Si vous avez acheté une guirlande à brancher, il vous faudra percer un trou dans le fond de la boîte, assez grand pour y faire passer la prise. C’est l’étape la plus difficile! Sinon, vous pouvez directement passer à l’étape suivante.

Ensuite, il faut recouvrir le plus proprement possible l’intérieur du couvercle de la boîte avec du papier sulfurisé. Ce qui va permettre d’avoir un beau fond et une jolie lumière tamisée. J’ai utilisé du scotch pour cette étape, mais je pense qu’à terme je le collerai proprement sur les bords avec de la colle chaude.

Ensuite, il ne reste qu’à installer la guirlande dans la boite. Veiller à avoir des petites lumières un peu partout dans la boite pour avoir une jolie lumière homogène. Encore une fois, j’ai accroché la guirlande avec du scotch, mais à terme, je pense la coller également avec de la colle chaude.

Refermer la boite, la table lumineuse est prête à être utilisée! 

Pour s’amuser et laisser les enfants créer, les utilisations sont multiples: 

  • Avec des objets transparents colorés (billes, perles de verre, pièces en plastique coloré, formes géométriques, papier vitrail,…)
  • Avec des objets de la nature dont on peut observer les ombres (feuilles, fleurs,…) On peut utiliser un feutre pour tableau blanc pour dessiner sur la table en transparence avant d’effacer.
  • Pour apprendre à dessiner ou à écrire en transparence. Sur la table elle-même ou sur une feuille de papier en décalquant.

Sans compter les idées sorties tout droit de la tête des enfants au cours de leur expérimentation! Il y a de quoi passer de longues heures de jeux!

Je n’ai qu’un seul regret, ne pas l’avoir mis en place plus tôt! 

[Outil d’apprentissage] La poutre du temps

C’est à l’époque de la première rentrée scolaire de Little Miss Sunshine, alors qu’elle n’avait que deux ans et demi, que j’ai découvert la poutre du temps. Je n’en avais jamais entendu parlé auparavant.

Pour ceux qui était comme moi, il s’agit d’un long calendrier linéaire. Dans la pédagogie Montessori, il s’agit d’afficher au niveau des yeux de l’enfant, dans un lieu de passage, tous les jours de l’année, afin de faire prendre conscience à l’enfant du temps qui passe.

Je n’avais malheureusement pas la place d’attacher tous les jours de l’année sur un de nos murs (cela nécessite environ 6m de mur). J’ai réfléchi à le couper par saison. Mais au fur et à mesure de notre utilisation, j’ai finalement opté pour la présentation de quatre semaines consécutives (la semaine en cours, la semaine précédente et deux semaines à venir). C’est ainsi que Little Miss Sunshine le comprenait le mieux. Presque trois ans plus tard, nous l’utilisons toujours plus ou moins de cette manière, mais nous avons finalement opté pour la présentation d’un mois après l’autre.

Le but de la poutre du temps est d’avoir une vision linéaire et globale des événements à venir. Ainsi, dans un premier temps, la poutre ne contenait que l’alternance des jours avec la maîtresse chinoise et la maîtresse française (représentée par une lettre chacune), les anniversaires de la famille, les vacances et les grandes fêtes (que ce soit vacances scolaires, jours fériés français et chinois, les voyages ou l’arrivée de la famille chez nous). Noter l’alternance de la maîtresse française et la maîtresse chinoise sur la poutre du temps nous a été très utile la première année. Quand Little Miss Sunshine nous posait la question de savoir si elle allait devoir parler français ou chinois le lendemain, nous la renvoyions vers son calendrier et ça nous a éviter de nombreuses crises (quand je lui disais moi-même « demain, c’est la maîtresse chinoise », j’avais droit à d’interminables crises de larmes les premiers mois). Le rythme ayant changé l’année suivante, nous n’avons plus noté les alternances chinois-français.

L’utilisation de la poutre du temps au quotidien, nous a beaucoup aidé. Little Miss Sunshine n’est pas une enfant qui aime les surprises. Elle aime savoir où elle va et ce qu’on attend d’elle. Et dans ces cas, tout se passe toujours au mieux. Bien sûr, elle a appris à faire avec les imprévus depuis, mais en première année de maternelle, ce n’est pas vraiment ce que j’attendais d’elle. 

L’année suivante, nous y avons ajouté nos activités régulières (piscine, danse, …) ainsi que les impératifs de travail de Papa Lou et moi qui influaient sur sa vie quotidienne (les déplacements de Papa Lou et ma présence pour les ateliers à l’école).

Et depuis cette année, on y note également les différentes invitations de Little Miss Sunshine ou les fêtes de l’école.

Chaque jour, l’enfant déplace la pastille qui symbolise la journée en cours. A ce moment-là, il peut se projeter dans le temps, savoir ce qui l’attend le lendemain (école ou pas, activités, absence des parents en déplacement,…). Il peut aussi compter les jours qui le sépare de l’événement suivant (particulièrement efficace pour son anniversaire ou Noël!, mais cela permet aussi à l’enfant de savoir quand c’est l’anniversaire de son frère ou de sa maman – Little Miss Sunshine m’a ainsi préparé un cadeau en tout autonomie cette année, puisqu’elle connaissait la date de mon anniversaire!). Quand je change le mois, je prépare le calendrier seule (pour être plus efficace pour le moment, mais quand elle saura lire, elle pourra s’en charger) et Little Miss Sunshine participe à la mise en place des différents événements. C’est un petit rituel bien rôdé en fin de mois maintenant.

J’ai pris le parti de créer une étiquette spécifique pour chacun des événements. Pour faciliter la lecture, ce sont des images que nous avons ensemble sélectionné avec Little Miss Sunshine. Ainsi, depuis plusieurs années, c’est la même image qui symbolise la danse, les vacances ou les déplacements de Papa Lou. Vous pouvez notamment voir les étiquettes symbolisant les vacances scolaire (le parasol), ma présence à l’école (le personnage qui lit une histoire aux enfants), nos déplacements en avion (l’avion) ou la Chandeleur (le plat de crêpes).

Chaque jour, on déplace un bouton pour marquer le jour présent. Nous avions longtemps notre poutre du temps sur notre réfrigérateur américain (oui, il est grand!). C’est donc un aimant rose qui marquait le jour présent. Depuis la fin de l’année dernière, la poutre du temps a intégré la chambre de Little Miss Sunshine (puisqu’elle y dort enfin!) et c’est une pastille à scratch créé de toute pièce avec de la laine et de la colle chaude qui marque le jour présent. 

Au quotidien, la poutre du temps rassure. L’enfant a l’impression d’avoir une certaine incidence sur le temps et les événements, ou au moins d’y participer activement. Pour les événements exceptionnels, nous avons l’habitude d’y ajouter des calendriers de décompte des jours pour aider à patienter. C’est notamment le cas à Noël avec le traditionnel calendrier de l’Avent, mais aussi avant de rentrer en France généralement ou de voir la famille nous rendre visite. Je prépare un calendrier de décompte avec son aide environ trois semaines avant l’événement, quand je sens que c’est nécessaire. 

La jolie poutre du temps que nous utilisons depuis le début est celle du site Hoptoys. Elle est belle, complète, pratique. Vous pouvez la télécharger gratuitement à partir de leur blog: ici. J’ai longtemps ré-imprimé, mois après mois, ma poutre du temps. Bonjour le gaspillage d’encre et de papier. J’ai enfin trouvé une solution plus écologique à la fin de l’année dernière. J’ai tout plastifié. J’ai mis partout où c’était nécessaire du scratch autocollant. Et ce système fonctionne vraiment très bien.

Mon prochain défi à partir de septembre sera d’intégrer les événements spécifiques à Little Smiling Buddha qui va rentrer à l’école à notre poutre du temps…

Et vous connaissez-vous la poutre du temps? Et si vous en utilisez une, comment l’utilisez-vous? De manière traditionnelle ou détournée? 

[Activités] La chenille qui fait des trous

Depuis quelques semaines, Little Smiling Buddha est totalement passionné par l’histoire de la chenille qui fait des trous d’Eric Carle, qu’il me fait lire et relire plusieurs fois au cours d’une même journée. C’est un livre que nous avons acquis en anglais, à notre arrivée à Shanghai. Little Miss Sunshine avait donc deux ans et demi. Mais j’ai choisi de lui traduire en français quand nous le lisons – sauf quand nous le lisons avec sa soeur – afin d’approfondir son vocabulaire en français dans un premier temps. Et il a déja intégré pas mal de vocabulaire au travers de cette petite histoire: la chenille, le cocon, le papillon. Sans compter certains aliments qu’ils connaissaient déja en partie. On n’insistera jamais assez sur la lecture pour l’acquisition de vocabulaire. Les livres sont des trésors!

J’aime beaucoup ce livre et nous l’avions déja bien exploité avec Little Miss Sunshine, quand elle avait trois ans et demi pour étudier le cycle du papillon. Je vous en avais d’ailleurs parlé là-bas.

Cette semaine, je me suis replongée dans mon tableau Pinterest consacré aux livres d’Eric Carle. J’y ai allègrement pioché idées et inspiration. Et j’ai commencé, comme j’avais déja dans l’idée à l’époque pour Little Miss Sunshine par créer un bac sensoriel coloré sur le sujet.

Quand nous avions acheté le livre, il y avait une peluche avec. A l’époque, je n’avais pas pensé à son utilité, mais c’est finalement plutôt sympa d’avoir une peluche pour créer facilement de jolis bacs sensoriels. Le bac a eu pas mal de succès. Surtout la feuille et l’oeuf que j’ai créé en feutrine pour l’occasion et le riz coloré qu’il manipulait pour la première fois.

Lors de la deuxième présentation, j’ai ajouté les cartes de nomenclature que j’ai créé pour l’occasion grâce aux scans du livre et au super site C’est pour vous. Après avoir été intéressé uniquement par le riz coloré, il a finalement décidé de donner à manger à sa chenille.

Je re-proposerai régulièrement le bac sensoriel à Little Smiling Buddha tant qu’il montre de l’intérêt pour celui-ci.

J’ai imprimé les jolies cartes de nomenclature en grand modèle afin que Little Smiling Buddha puisse mieux s’en servir. J’ai dans l’optique de les conserver grâce à un anneau de porte-clef pour les ranger facilement, mais aussi pour y revenir aussi souvent que l’envie nous en prend. Mais pour le moment, comme nous nous en servons quasi quotidiennement, je les ai laissé libre.

L’utilité des cartes de nomenclature est très variée. Quand je les donne à Little Smiling Buddha, il cherche spontanément ce qu’il connait pour me dire le nom de l’objet représenté. Ensuite, souvent, on reprend les cartes ensemble en les nommant, chacun notre tour. Mais ce que je préfère, c’est lire le livre et le laisser chercher seul la carte correspondant à ce dont nous sommes entrain de parler. Pour réduire la difficulté, je ne pose jamais toutes les cartes sur la table, je les sélectionne par rapport à son intérêt. Comme je le disais plus haut, on les utilise aussi avec le bac sensoriel. Mais dans ce cas-là, je n’interviens pas le laissant découvrir et jouer à son rythme.

Little Miss Sunshine aussi y trouve son intérêt. Grâce aux trois écritures, elle commence à déchiffrer et même à écrire. Elle a d’ailleurs spontanément cherché un stylo et du papier en m’annonçant qu’elle allait essayer d’écrire les mots en attaché grâce aux cartes de nomenclature.

Je savais que les cartes de nomenclature lui plairait – et ça fait d’ailleurs un long (trop long) moment que je ne lui en avais pas proposé -, mais je ne pensais pas qu’elle les utiliserait spontanément pour écrire en attaché.

J’ai également imprimé un mini jeu de mémory, des images séquentielles et le cycle de la vie du papillon. Little Miss Sunshine a très tôt apprécié les jeux de mémory. Je ne sais pas si ce sera pareil pour Little Smiling Buddha, mais il a l’air de suivre les pas de sa soeur à ce sujet… Pour les images séquentielles, pour le moment, on fait ensemble en parlant de ce qui se passe dans le livre, juste après sa lecture. Quant au cycle de vie du papillon, on l’utilise avec le livre au courant de la lecture pour mettre le doigt sur chaque étape. Little Miss Sunshine est également fière d’utiliser toutes ces ressources, pour elle en feuilletant le livre, ou pour le raconter avec ses propres mots à son frère.

J’ai encore l’intention de faire un peu de bricolage sur le sujet. Je pense notamment faire de la peinture avec des ballons, Little Smiling Buddha aimant beaucoup varier les ustensiles pour peindre. J’ai aussi l’intention de refaire de la pâte à modeler maison et de proposer une invitation à créer sur le sujet de la chenille qui fait des trous, sur le même principe que celle proposée pour l’automne. Ensuite, tout dépend de l’intérêt des enfants pour le sujet. Mais quoiqu’il en soit, j’ajouterai des photos au fur et à mesure de nos créations.

J’adore exploiter les livres pour créer des activités, et vous, qu’en pensez-vous? 

[Les enfants du monde] Les Inuits 

Voilà un bon moment que Little Miss Sunshine me réclame de voir comment vivent les autres enfants dans le monde. Notre expatriation en Chine lui a clairement fait prendre conscience des différences de culture, d’éducation, de manière de voir le monde qu’il peut y avoir entre deux pays.

J’ai longtemps repoussé le moment d’aborder ce thème, par manque d’inspiration et par manque de support. Mais cet été, avec Nonna, nous avons trouvé quelques livres pour aborder le sujet, alors je m’étais mis cette idée de côté pour l’hiver.

Après une énième demande de sa part, je me suis enfin mise au travail. Avec Noël qui approche, son anniversaire Reine des Neiges qui est en cours d’organisation et le thème des Indiens d’Amérique abordé à l’école, j’ai décidé de commencer notre découverte par les Inuits. Et elle a été ravie de découvrir mes prévisions.

En parallèle, je suis également entrain de rassembler des lectures et de mettre au point des activités d’ordre plus général sur le thème des enfants du monde, thème dont je vous parlerai dans un prochain article.

Voilà une idée de ce que nous avons prévu de faire sur le thème des enfants Inuit, sachant que tout est susceptible d’évoluer en fonction des envies de Little Miss Sunshine:

  • Lectures:
    • Ituko, enfant Inuit chez PEMF
    • L’ours géant et autres histoires des peuples inuit chez Syros Jeunesse
  • Comptines:
    • Dans mon pays d’hiver
    • La danse des esquimaux
      • + inventer une chorégraphie simple
  • Vidéo:
  • Jeu:
    • Mes pantins de Neige chez Mitik
      • Nous les avons assemblé l’hiver dernier, mais nous les ressortirons avec beaucoup de bonheur!
  • Art créatif:
    • Création d’un masque inuit à partir de modèle en pâte à modeler durcissante
    • Création d’un attrape-rêve à partir d’une assiette en carton
    • Création d’un univers du pôle Nord
    • Création d’un flocon de neige en élastique

IMG_9350.JPG

  • Création de personnages inuit en perles Hama
  • Création d’une guirlande de personnages Inuit à accrocher dans la chambre

Il y a aura peut être encore d’autres activités sur le sujet, en fonction de l’intérêt de Little Miss Sunshine. J’ai quelques idées supplémentaires et plus de détails sur le tableau Les enfants du monde: les Inuits sur Pinterest. Un des fils rouge pour passer au thème suivant (les enfants Massaï ou les enfants aborigènes) sera la compréhension de la notion de nomadisme. 

J’en profite pour intégrer Little Smiling Buddha, 18 mois, au projet. Son magazine Kolala est arrivé il y a quelques jours et il traite des phoques, c’est un heureux hasard.

  • Lectures: 
    • Kolala n°16 TocToc le bébé phoque
    • Regarde dans la neige chez Petit Nathan
  • Comptines:
    • Dans mon pays d’hiver (en version signé)
  • Art créatif:
    • Création d’un pingouin en boite à fromage
    • Création d’un igloo en polystyrène

Je sens qu’on va beaucoup s’amuser sur ce sujet et qu’il risque de nous tenir en haleine jusqu’au Nouvel An Chinois! 

Pour ne rien rater de nos avancées sur le thème, n’hésitez pas à nous rejoindre sur la page Instagram du blog!

[Atelier] Jouer avec l’automne

L’automne est ma saison préférée. Depuis toujours. C’est une saison qui permet d’utiliser les ressources de la nature à l’infini pour créer et découvrir. Alors je suis toujours ravie et pleine d’inspiration quand les premiers signes de cette magnifique saison se font ressentir. L’automne est un peu plus tardif ici à Shanghai, mais il nous laisse tout de même l’opportunité d’en profiter…

Cette année, j’ai dû réfléchir à des activités automnales qui conviennent à Little Smiling Buddha, 16 mois, ainsi qu’à Little Miss Sunshine, presque 5 ans. Il me fallait des activités que je puisse proposer aux deux, en parallèle, et quasi-identique pour éviter la frustration de Little Smiling Buddha, qui est en pleine phase « je veux tout faire comme ma soeur ».

J’ai donc commencé par leur proposer une activité indémodable à tous les âges – je l’ai notamment transposé à des élèves de CP qui ont également adoré lors de mes ateliers à l’école – le panier d’automne ou bac sensoriel d’automne. Et cette année, pour ne pas proposer chaque année le même panier avec des feuilles mortes et des fruits d’automne, je suis plutôt partie sur le thème des légumes chinois d’automne. Et ce panier d’automne a eu un énorme succès! 

IMG_8050-0.jpg

J’ai réalisé deux paniers. Un pour chacun des enfants. La seule différence étant que j’ai privilégié des légumes plus gros pour Little Smiling Buddha pour faciliter sa préhension.

La création a donc commencé par une belle promenade au marché avec Little Smiling Buddha. Nous y avons acheté des légumes chinois de saison:

  • des ignames
  • du taro
  • des potirons
  • des patates douces violettes
  • du gingembre

Mais aussi quelques fruits de saison:

  • des noix
  • des châtaignes

Evidement, un panier d’automne ne serait pas un panier d’automne sans quelques belles feuilles mortes que Little Smiling Buddha s’est fait un plaisir de ramasser. Enfin, il me restait des haricots rouges secs dans ma cuisine que j’ai choisi d’utiliser pour servir de « fond ».

La première étape a été le nettoyage des fruits, légumes et feuilles mortes. Et là, c’est Little Smiling Buddha qui est entré en scène. Et il a adoré! Je lui ai donné une bassine d’eau et une brosse à légumes. Je l’ai vu frotter avec beaucoup d’attention. Il y a passé un très long moment sur le balcon. Je l’avais rarement vu aussi concentré…

IMG_8045.JPG

Quand tout a été nettoyé et sec, j’ai préparé mes deux paniers. Je les ai proposé aux enfants dès le retour de l’école de Little Miss Sunshine. Assis côte à côte dans la salle de jeux, ils ont longuement déballé et observé, chacun à leur rythme, les objets de leur panier. Ils ont fait des échanges, empilé les fruits et les légumes. Ils sont allés chercher d’autres jouets pour compléter leur panier: des petites voitures pour Little Smiling Buddha, des figurines d’animaux et de la dînette pour Little Miss Sunshine. Ils ont manipulés pendant un long moment. Quand ils ont eu fini, j’ai refermé les paniers. J’ai acheté de grands bacs qui se referment pour pouvoir être à proximité quand ils manipulent leur panier, surtout pour Little Smiling Buddha qui a quand même encore tendance à porter les choses à la bouche.

Le lendemain, et les jours qui ont suivis, ils ont beaucoup joué avec les objets du panier. Et puis au bout de quelques jours, quand j’ai senti l’intérêt du panier devenait moindre, j’ai sorti les légumes du panier et je les ai proposé tel quel à Little Smiling Buddha, sans panier. Juste au sol avec les jouets environnants. Il a longuement joué avec les légumes et la dînette. Et puis il est allé chercher l’arc en ciel de Grimms. Et c’est là que je vois à quel point ce genre de jouets sont géniaux.

Ils servent à tout, et développent vraiment l’imagination des petits. Et des moins petits, parce que même moi je me prends vite au jeu quand il me demande de jouer avec lui!

Et quand l’intérêt s’est encore essouflé, j’ai mis les légumes dans leur cuisinière. Depuis, j’ai régulièrement du taro à manger. Et c’est Little Smiling Buddha a qui ça plait le plus!

On a passé de nombreux beaux moments de découvertes avec nos fruits et légumes d’automne!

[DIY] Squelette géant

Par un doux vendredi soir du mois d’octobre, alors que ça n’était plus arrivé depuis la rentrée de septembre, Little Miss Sunshine m’a réclamé une activité. Je n’avais rien prévu de particulier, et en farfouillant dans nos jeux, on y a trouvé le nouveau jeu « Apprenons le corps humain » d’Educa offert il y a peu par Nonna.

 

Ce jeu est composé de quatre puzzles. Pour notre première approche, nous nous sommes juste contentées de faire les puzzles. Mais il y a également plusieurs manières de jouer seul ou à plusieurs sur la notice d’utilisation. Et pour toutes les deux, ce jeu a été un beau coup de cœur. Il est ludique, éducatif, les dessins sont jolis, les puzzles ne sont ni trop simples, ni trop compliqués et il permet des discussions à n’en plus finir sur le corps humain et tout un tas d’autres sujets liés. On a passé un vrai beau moment d’apprentissage sans en avoir l’air avec un réel intérêt passionné de la part de Little Miss Sunshine.

Le lendemain, la météo a été terrible. Un typhon passait dans le Sud de la Chine, et comme d’habitude, Shanghai a eu les restes. C’est à dire 48h de pluie diluvienne. Enfermés à l’intérieur, après la sortie obligatoire pour faire les courses durant laquelle nous nous sommes fait trempés, Little Miss Sunshine m’a encore réclamé une activité. Quel bonheur de retrouver ces moments à deux!!! 

Alors cette fois-ci, je lui ai proposé une activité d’Halloween directement en lien avec nos puzzles de la veille. Nous avons fabriqué un squelette géant avec des assiettes en carton, selon une idée que j’avais repéré l’an dernier quelque part sur Pinterest.

Nous l’avons réalisé à quatre mains. J’ai dessiné les différents os sur des assiettes en papier. Pendant ce temps, Little Miss Sunshine a dessiné ses mains et ses pieds sur du papier blanc cartonné et les a découpé. En parallèle, nous avons repris notre conversation de la veille sur le nom des différents os du corps humain.

Puis j’ai découpé les différentes parties du squelette et fait des trous à l’aide d’une épingle – il faut que j’achète une perforatrice! Pendant ce temps, Little Miss Sunshine a découpé des morceaux de fil de laine noire.

Enfin pour terminer, j’ai relié les différents os du squelette ensemble à l’aide des fils de laine pendant que Little Miss Sunshine lui dessinait un visage.
 Enfin, nous avons choisi de l’accrocher sur notre porte d’entrée. Notre voisin de palier chinois a dû beaucoup rire en sortant de chez lui!

Et vous, avez-vous déja réalisé quelques bricolages pour Halloween? 

[Expatriation] Avoir une gouvernante à la maison – Bilan des 1 an

Cela fait déja un peu plus d’un an, qu’Ayi partage notre vie, s’occupe de nous et nous aide au quotidien. Je parlais d’elle dans un article quelque trois semaines après son arrivée si vous voulez savoir comment ça se passait alors… Aujourd’hui, j’ai envie de faire un bilan de cette expérience si particulière. Un an après son arrivée, et depuis la naissance de Little Smiling Buddha.

Je dois bien me l’avouer avec le recul, mais j’étais plutôt angoissée par l’arrivée de quelqu’un d’inconnu dans notre famille, d’une culture qu’on ne maitrisait alors que très peu, et qui parlait une langue que je commençais alors tout juste à découvrir. Sans parler du fait que j’avais peur que l’on se « marche dessus » dans l’appartement, de ne plus avoir d’intimité, d’être observé en permanence. Je me suis rassurée comme je pouvais en me disant que c’était son boulot, qu’elle avait l’habitude et qu’elle devait être assez discrète pour qu’on l’oubli plus ou moins quand elle était là.

Les premiers jours ont été difficile pour toutes les deux. Elle était très stressée de ne pas pouvoir communiquer avec moi et de ne pas savoir ce que j’attendais d’elle. Personnellement, je ne savais pas vraiment ce que j’attendais d’elle, rien qu’en me faisant la vaisselle, le repas de midi et le repassage des chemises de Papa Lou, j’avais déja une tonne de temps de libéré pour moi dont je ne savais pas quoi faire! Puis une routine c’est mise en place, d’elle-même.

IMG_0044

La communication a été vraiment difficile le premier mois. Il faut dire que je ne parlais alors pas Chinois et que je ne comprenais que quelques mots. Et puis au fil du temps, avec la routine, on a toutes les deux su mieux communiquer, le plus souvent dans le quasi-silence, ou à demi-mots, encore qu’Ayi est une grande bavarde et que ça ne la gênait pas de papoter toute seule, à me raconter sa vie et celle du quartier tout entier alors que je ne comprenais absolument rien… Mais la confiance s’est tout de suite installée entre nous deux. Je savais que je pouvais compter sur elle. Elle essayait par tous les moyens de comprendre ce que j’essayais de lui demander. Elle essayait de faire comme nous – et non pas à la Chinoise – et ne s’est jamais plaint des dizaines de chocs culturels qu’elle avait par jour à vivre chez nous. Et puis surtout, elle est tout de suite entrée en relation avec Little Miss Sunshine – qui faisait alors un réel blocage avec le Chinois – au travers de chansons notamment, et j’ai vu, petit à petit, ma fille commencer à communiquer dans cette langue qu’elle rejetait jusqu’alors, et surtout chanter avec plaisir en Chinois…

Ayi nous est d’une grande aide pour parler chinois. C’est elle qui m’apprend finalement le plus de vocabulaire. C’est grâce à elle que je comprend aussi bien le Chinois aujourd’hui. Il ne me reste plus qu’à continuer à faire des efforts pour parler… Depuis peu, je lui ai même demandé de me corriger quand je raconte des âneries pour me forcer à progresser. Pour Little Miss Sunshine, c’est pareil. Au travers des chansons et de la lecture d’histoires en Chinois – qu’elle ramène de l’école ou que nous lui avons acheté – elle approfondi sa compréhension et son vocabulaire.

Aujourd’hui, on a notre rythme dans les tâches que l’on effectue toutes les deux. Je sais qu’elle déteste nettoyer les vitres, je ne lui demande que rarement et me débrouille pour le faire moi-même quand elle n’est pas là. Elle adore faire à manger, donc de temps à autre je lui demande de faire un repas de plus qu’à l’habitude. Elle a une technique de rangement plutôt particulière – je prends ce qui traîne et je le mets dans le premier tiroir/armoire/panier qui me tombe sous la main – et je m’organise donc pour ranger avant son arrivée. Elle n’a pas l’habitude d’utiliser une machine à laver et ne connait que très peu le sèche-linge, c’est donc moi qui me charge des lessives. Et ces arrangements nous conviennent bien à toutes les deux…

Les lundis, mercredis et vendredi, Ayi arrive à 10h. Avant son arrivée, j’ai déja rangé l’appartement et fait tourner une machine. A son arrivée, elle se charge de la vaisselle, de la préparation du repas et commence à nettoyer la pièce principale. Après le repas, je couche Little Smiling Buddha et me pose sur le canapé pour me reposer, bloguer ou faire ce que j’ai à faire à ce moment-là. Pendant ce temps, Ayi nettoie la cuisine, la chambre de Little Miss Sunshine, la pièce principale, le bureau et la salle de bain. Quand Little Smiling Buddha se réveille, il crapahute jusqu’au retour de sa soeur à 16h ou alors on sort ensemble pour aller jouer dans le parc avec ses petits copains chinois. Ayi se charge alors de faire les lits, nettoyer la chambre et la salle de bain parentale. Au retour de Little Miss Sunshine, on prend le goûter puis on dispose d’environ 1h pour faire des activités ou sortir dans le parc. Pendant ce temps Ayi termine sa journée en repassant nos vêtements. Vers 17h30, elle prend le relais et se charge des enfants pour une bonne demi-heure, le temps pour moi de préparer le repas du soir. Elle dîne chez nous vers 18h15 et nous quitte. Papa Lou rentre vers 18h30 – 19h, juste à l’heure pour que l’on dîne ensemble en famille.

IMG_0062

Les mardis et jeudis, l’organisation est un peu différente. Ayi arrive à 11h. Comme les autres jours, le rangement et la lessive sont faits. Elle prépare le repas de midi. Nous déjeunons et le mardi juste après le coucher de Little Smiling Buddha, je file à l’école pour m’occuper de la bibliothèque. Ayi se charge de Little Smiling Buddha toute l’après-midi. Elle fait un rapide nettoyage superficiel tant qu’il dort, un peu de repassage si elle a le temps, mais surtout elle sort avec Little Smiling Buddha quand il est réveillé. Je ne rentre qu’à 18h le mardi avec Little Miss Sunshine. Ayi prépare à ce moment à manger alors que je donne le bain aux enfants. Nous dînons tous ensemble avec Ayi vers 19h. Elle nous quitte vers 19h30. Le jeudi, l’après-midi reste le même que les autres jours de la semaine. J’ai donc plus de temps au retour de l’école de Little Miss Sunshine, on en profite donc pour faire des activités et prendre le bain.

Mais Ayi peut également m’aider pour les sorties avec les deux enfants – on peut aller faire du manège avec Little Miss Sunshine  puisqu’en Chine, il faut accompagner les petits sur les manèges – pendant qu’Ayi s’amuse avec Little Smiling Buddha, je peux facilement passer une journée au zoo avec les deux enfants quand elle nous accompagne, ou même aller à la piscine avec les deux en même temps! C’est très pratique lorsque Little Miss Sunshine est en vacances…

Plus exceptionnellement, si Papa Lou est en déplacement et que j’ai des contraintes horaires qui ne me permettent pas d’être assez disponible, je peux lui demander de rester vivre quelques jours à la maison avec nous – comme c’est arrivé pendant que je faisais ma formation de médecine traditionnelle chinoise. Enfin, elle peut rester après ses heures de travail le temps pour nous deux d’aller dîner au restaurant en tête à tête. C’est arrivé une seule fois depuis un an, mais nous pensons que nous allons mettre en place une soirée par mois en tête à tête avec Papa Lou à partir du mois de septembre. Avoir quelqu’un de confiance auquel confier ses enfants est un luxe!

Ayi nous permet également d’entrer dans le monde chinois. Maintenant que j’arrive assez facilement à communiquer avec elle, elle m’explique beaucoup de choses sur la culture chinoise. Je peux lui poser des questions. Et nous sommes maintenant toutes les deux capables de débattre des différences culturelles entre les Français et les Chinois. C’est une expérience particulièrement riche pour moi! Sans parler du fait que grâce à sa délicieuse cuisine, nous découvrons également avec le plus grand plaisir la gastronomie chinoise. Et puis plus récemment, quand elle a vu que je m’intéressais à la Médecine Traditionnelle Chinoise, elle s’est fait un plaisir de m’expliquer certains de leur « remède de grand-mère » pour les petits bobos du quotidien!

Vous l’aurez compris, Ayi me permet de mettre un pied dans la culture chinoise et de profiter de temps de qualité avec mes enfants. Du temps durant lequel je n’ai pas besoin de penser au déjeuner, au dîner ou à la vaisselle. Et c’est un luxe immense dont je mesure bien l’ampleur!

Mais avoir quelqu’un à la maison toute la journée, tous les jours de la semaine, ce n’est pas non plus que du positif! Avec la technique de rangement biscornu d’Ayi, je me retrouve à devoir régulièrement chercher des choses pendant des heures! Moi qui ai toujours eu un bordel organisé, je ne retrouve plus rien si ce n’est pas moi qui range… De plus, comme elle met simplement les choses dans les armoires sans se soucier de ce que c’est, je me retrouve avec des armoires surchargé d’un côté, vide de l’autre et plus du tout organisé. Je suis contrainte de ranger mes armoires toutes les deux-trois semaines si je veux m’y retrouver! Alors que c’est quelque chose que je faisais auparavant deux fois par an… J’ai installé des petites étiquettes avec des dessins et des mots en chinois, ça l’a fait sourire, elle a essayé de s’y tenir une semaine et puis c’était reparti le bordel. Je vais tenter des photos, mais je suis quasiment persuadé que je vais me retrouver avec le même souci dans une semaine 😉

Un autre inconvénient, c’est que parfois, lorsque je suis en pleine période chargée, avec le retour de Little Miss Sunshine de l’école par exemple, la proposition d’activités pour Little Miss Sunshine, et que c’est l’horaire où Little Smiling Buddha commence à être grincheux car la fatigue s’installe, elle se met à me parler sans arrêt, de tout de rien ou de choses sérieuses parfois – je vous le disais plus haut, elle adore parler. Et je n’arrive pas à me concentrer sur plusieurs choses, surtout quand on me parle en Chinois et j’ai alors du mal à profiter pleinement de mon moment avec Little Miss Sunshine, alors même qu’ Ayi me parle et que Little Smiling Buddha pleurniche sur mon dos… C’est pareil quand je prépare les valises pour des vacances, elle ne peut s’empêcher de me parler sans arrêt, de me demander à chaque chose que je prends en main ce que c’est et je n’arrive plus à me concentrer sur ce que je fais 😉 Bref…

Finalement, rien n’est jamais parfait. Alors c’est avec les yeux de l’indulgence et avec en tête tout le travail qu’elle abat et le temps qu’elle me permet de passer avec mes enfants que je la regarde. J’apprécie grandement son aide. Et je l’apprécie encore plus après qu’elle ait passé dix jours dans sa famille loin de nous récemment…

C’est une expérience hors du commun que je suis absolument ravie de vivre! 

[Education bienveillante]  Je ne veux pas aller à l’école

Vous vous en souvenez peut-être, à la fin de ma grossesse, je vous demandais conseil pour m’aider avec Little Miss Sunshine qui refusait de partir à l’école sur Facebook et Instagram. Depuis la fin de ma grossesse, Little Miss Sunshine n’a plus jamais refusé d’aller à l’école. Sa volonté de rester avec moi à cette période était donc principalement liée à sa peur de me voir partir pour l’hôpital.

Par contre, encore aujourd’hui, si vous lui demander ce qu’elle préfère, elle répondra invariablement que c’est mieux de passer ses journées avec maman… Si ça ne tenait qu’à moi, je pense que je me lancerai dans l’instruction en famille. Mais pour plusieurs raisons, notamment le besoin de socialisation intense de Little Miss Sunshine et la peur de Papa Lou en ce qui concerne ce même sujet, ça n’est pas une option pour le moment.   Dans un même temps, Little Miss Sunshine s’épanouit à l’école. Elle aide ses petits camarades à apprendre le Français. Elle puise des nouvelles idées pour des apprentissages qu’elle me réclame ensuite à la maison. Elle a des camarades pour jouer et s’amuser et nourrie ainsi sa forte envie de socialisation. Elle adore son maître français tout comme elle adorait sa maitresse française l’an dernier…

Alors quand récemment elle m’a fait savoir qu’elle ne voulait plus aller à l’école, je me suis posée des questions. J’ai vite découvert que Little Miss Sunshine était l’objet de moqueries dans le bus. J’ai contacté la directrice de l’école et son maître français qui ont rapidement résolu le problème. Et depuis, plus rien.

Mais la semaine dernière, j’ai eu droit à une grosse crise de larmes. Little Miss Sunshine n’a pas voulu aller à l’école. Nous en avons parlé et je n’ai pas trouvé de raisons apparentes. Elle est juste fatiguée par un rhume qu’elle traîne depuis notre retour de France et diverses petites maladies dont nous n’arrivons plus à nous sortir (otite, infection oculaire, crampes abdominales, mal de gorge,…) Et puis, elle a aussi besoin de savoir qu’elle a une certaine marge de manœuvre sur les événements actuellement.

N’ayant rien de particulier de prévu ce jour-là, j’ai accepté de la garder à la maison. Au courant de la matinée, j’ai essayé de la faire parler pour savoir ce qui lui avait donné envie de rester avec moi, ce qui avait provoqué cette crise de larmes. Mais je n’ai pas eu de réponse précise. Plus tard dans la journée, je lui ai parlé d’une nouvelle règle que je voulais lui soumettre.

Les cartes Joker.

Dorénavant, chaque mois, nous lui autoriserons une journée d’absence:

  •  Si elle y pense et qu’elle me la demande, elle pourra rester à la maison avec moi. Si elle l’oublie, on laisse tomber.
  • Si elle l’utilise le premier jour du mois, elle devra patienter jusqu’au mois suivant.
  • Le mois est symbolisé chez nous par un calendrier avec une photo de famille. A chaque fois que nous changeons de photos – et donc que nous changeons de mois – je lui donnerai une carte Joker. Elle l’a range dans un endroit précis dans sa chambre. Le jour où elle veut l’utiliser, elle me la donne.
  • Une fois utilisé, et pour qu’on s’en souvienne tous, la carte est épinglée sur le réfrigérateur. Jusqu’au mois suivant…

Avec cette méthode, je souhaite lui montrer que je l’écoute, que je lui laisse une marge de manœuvre. Je veux lui prouver qu’elle a une influence sur les choses, que son avis compte. J’espère également que grâce à cette marge de manœuvre, elle se sente à nouveau plus sécurisé. Et qu’en parallèle, le simple fait de savoir que cette marge de manoeuvre existe, lui fasse oublier cette journée d’absence. Une journée par mois n’engage, pour nous, pas grand chose. Elle est encore en maternelle et je veux qu’elle ait confiance en nous, qu’elle sache qu’elle peut compter sur nous.

Je reviendrai sur cette méthode d’ici quelques mois, pour vous faire un bilan. Pour l’instant, tout ce que je peux dire, c’est qu’elle a bien intégré le principe. Elle a utilisé son Joker du mois de janvier au milieu du mois et j’ai déja plusieurs fois eu droit à: « Quand est-ce qu’on tourne la page du calendrier? ».  Mais plus de demande quant à rester avec moi à la maison…

Et vous, avez-vous été confronté à cette situation? Qu’avez-vous mis en place?