Ma première rentrée

Nous sommes rentrés de nos vacances françaises à la mi-août. Le lendemain, le quotidien reprenait déjà le dessus. C’est fou comme il nous rattrape vite celui-ci, même après deux mois de vacances… Mais la routine, après un temps aussi long loin de chez nous, ça fait aussi du bien. 

Le lendemain donc était dédié au repos pour récupérer du décalage horaire, au rangement des valises et à la lessive. Le surlendemain, nous sommes allés faire refaire le passeport de Little Miss Sunshine. Et les démarches sont longues et compliquées quand il faut en plus remettre à jour le nouveau passeport auprès des autorités chinoises et refaire le permis de résident…  Le jour suivant, je faisais ma pré-rentrée. 

C’est donc Ayi qui s’est occupé des enfants à plein temps durant dix jours, alors que je travaillais. J’ai commencé à plein temps pour organiser ma classe et mon programme.

La première semaine était donc consacrée à la préparation de la salle de classe, à la rencontre avec mon équipe (nous sommes trois pour six enfants: une maîtresse française, une maîtresse chinoise et une Ayi – assistante de vie), à l’organisation des premières semaines, au remplissage des papiers administratifs, aux réunions pour organiser l’année scolaire, à la première rencontre avec les parents. Et la semaine a été bien remplie. Je suis rentrée touts les soirs vers 18h.

J’en ai notamment profité pour fabriquer un grand tableau sensoriel, des bouteilles sensorielles aux couleurs de l’arc-en-ciel et aussi créer une cabane dans la salle de classe. J’ai préparé de la pâte à modeler maison non toxique pour les premières semaines.

J’ai créé un coin retour au calme dans la cabane. Un espace où les enfants peuvent lire des livres, s’asseoir et jouer avec les bouteilles sensorielles arc-en-ciel ou encore s’isoler du reste de la classe s’ils en ressentent le besoin.

J’ai également organisé un coin construction: avec des Lego duplo, des cubes en bois et des cubes en mousse géant. Un coin garage en bois et petites voitures en bois. Un coin poupées et cuisinière en bois.

J’ai privilégié des objets en bois aux couleurs douces. Bien que je trouve les Lego inégalables. Je voulais vraiment créer une ambiance douce et chaleureuse, ou tout le monde peut se sentir bien, les enfants comme les adultes.

Enfin, un coin puzzle et jeux de société, ainsi qu’un coin dessin (feuilles de papier brouillon et crayon de couleur) rangés dans les étagères près des tables. Le but étant d’apprendre progressivement aux enfants que ce type de jeux restent sur les tables. J’y ajouterai à terme notre coin manipulation (pâte à modeler, sable magique…) et motricité fine en autonomie (des plateaux avec des jeux de transvasement ou d’enfilage par exemple).

J’ai aimé la coopération qu’il y a pu y avoir durant cette semaine, entre les anciens et les nouveaux, les Chinois et les étrangers, l’émulation autour de projet de décor de portes.

Et puis le 1er septembre, ça a été la première rentrée pour tous. Pour moi, et pour les enfants. Six enfants. Deux filles et quatre garçons.

Une des filles à beaucoup pleuré, pendant plusieurs jours. Au point de se faire vomir au départ de sa maman ou de son Ayi à plusieurs reprises. Malgré notre présence bienveillante. Mais aujourd’hui, deux semaines après la rentrée, c’est une petite fille qui vient avec plaisir à l’école et qui communique autant avec moi qu’avec la maîtresse chinoise. Une belle victoire!

L’autre petite fille est la plus âgée de la classe. Elle a deux ans et demi. C’est presque une grande. Elle avait déjà passé une partir de son été au camp d’été de l’école et elle a tout de suite été à l’aise.

Un des garçons est le plus jeune de la classe. 19 mois à peine. Mais il n’est vraiment pas en retard en terme de motricité, de motricité fine et de concentration. Il me fait un peu penser à Little Smiling Buddha. Et à finalement tout à fait sa place dans cette classe.

L’un des garçons vient d’avoir 2 ans hier. Il a beaucoup pleurniché les premiers jours. Pas vraiment pleuré, mais pleurniché à chaque changement dans la classe (quand quelqu’un sort, quand quelqu’un rentre, quand on passe dans une autre salle..) Il est vraiment dans la découverte de tout. Il va sortir tous les jeux, tout mettre parterre mais dès que cette étape est passée, il ne s’y intéresse plus… c’est assez déroutant! Il a été pas mal absent en deux semaines, il est enrhumé. Il a donc toujours autant de mal quand il revient…

Le dernier garçon va avoir deux ans également. Il est dans une phase où il parle beaucoup avec ses mains… Nous avons eu beaucoup de mal à gérer avec lui la frustration durant les premiers jours. Il nous tapait systématiquement. Il avait également du mal avec les camarades de classe qui s’approchaient de lui et les tapaient systématiquement. C’est pourtant un petit garçon très attachant. Après une réelle collaboration avec ses parents, et la décision de ne le mettre à l’école que jusqu’à 14h dans un premier temps, les journées se passent déja mieux pour lui et pour nous.

Enfin, il y a Little Smiling Buddha. 27 mois. Il est à l’aise. Il évolue dans l’école comme s’il était chez lui ou presque. Il reste proche de moi quand je rassure ses petits copains qui pleurent, mais semble comprendre que je reste sa maman, même si à ce moment-là, je suis la maîtresse. Par contre, c’est plus difficile au moment de notre séparation: le temps de la sieste. C’est à moi de l’endormir, il n’accepte personne d’autres. Il dort une trentaine de minutes – ce qui me laisse le temps de manger – et pleure pour me rejoindre dès qu’il se réveille. Je me retrouve donc à tous les meetings avec lui ou je dois faire mes préparations tout en m’occupant de lui. Je compte sur le fait qu’il va finir par prendre le rythme, comprendre que je reste là pour l’attendre et que je le retrouve à son réveil.

Voilà donc mes six P’tits Loups. Je suis déja très attaché à ses enfants. C’est un bonheur de les voir évoluer de jour en jour et de les aider dans leurs nouvelles acquisitions. De ce côté-là, mon emploi correspond exactement à ce que j’imaginais. Là où je ne m’attendais pas à avoir autant de travail, c’est du côté administratif. Entre la gestion du matériel (quand je commande quoi pour l’avoir au bon moment pour ma programmation), la gestion des meetings (hebdomadaire voire deux fois par semaine), le blog de la classe, la préparation du résumé de la semaine pour le cahier de vie que les enfants ramènent à la maison chaque vendredi, le rangement et l’organisation de la salle de classe (alors que je ne suis présente que de 8h à 14h tous les jours), les programmations hebdomadaire, mensuelle, semestrielle à rendre, les mails aux parents, les préparations journalières pour les activités du lendemain… et le fait que les ordinateurs soient entièrement en Chinois… J’ai l’impression de perdre un temps immense. Mais je suppose qu’une fois que j’aurai pris le rythme, ça sera plus simple…

Encore quelques semaines, et je serai définitivement dans le bain! 

[Sortie] Kindergarten Handmade Game Exhibition

Au début de la semaine dernière, comme souvent, l’école de Little Miss Sunshine nous informait d’une nouvelle exposition à Shanghai qui se tenait le week-end suivant et dont les principales invitées étaient une soixantaine d’écoles maternelles de la ville. Le but de la rencontre étant pour chaque école de fabriquer un jeu par leur propre moyen, ce qui nous a incité à prendre des billets.

Et nous avons eu raison. Nous nous sommes beaucoup amusé tout l’après-midi. Enfin surtout Little Miss Sunshine! Chaque école sélectionnée avait son stand où les enfants pouvaient réaliser le (ou les) jeu(x) fabriqué(s) par l’école. C’était donc au sens premier du terme, un immense terrain de jeu pour les enfants!

Et il y en avait pour tous les goûts! Des jeux de construction… plutôt classique…

 

… aux jeux de construction, version « gros oeuvre »…

Des casses-tête aux labyrinthes plus ou moins grand…

…aux jeux plus ou moins connus…

… en passant par les jeux éducatifs…

Ou les jeux de motricité…

Vous vous en doutez, je n’ai pas pu tout photographier! Et je vous avoue que je n’ai pas tout compris au pourquoi et comment de cette exposition, mais que je suppose qu’un prix était remis à l’école la plus créative.

On y  trouvait également toutes sortes d' »école du soir » pour les enfants. En Chine, l’école maternelle n’est pas obligatoire. Les enfants entrent donc souvent à l’école vers 6 ou 7 ans, l’équivalent de notre CP. Par contre, ils sont très friands de ces écoles du soir et du week-end pour occuper leurs enfants et n’hésitent pas à les inscrire à des cours d’anglais, d’informatique ou autres dès le plus jeune âge.

Avec les entrées, nous avons reçu un petit carnet que nous avons pu tamponner à chaque activité réalisée par Little Miss Sunshine. Quand nous avons eu réalisé toutes les activités, elle a eu le droit d’aller chercher son cadeau.

Et elle a reçu une jolie boite de Légo. C’est avec beaucoup de plaisir que je l’ai regardé monter son sous-marin une fois de retour à la maison. Encore une fois, je m’émerveille des aptitudes nouvelles qu’elles acquiert de jour en jour, de mois en mois. C’est un vrai plaisir de voir ainsi évoluer et grandir ses enfants!

Nous n’avons pas rencontré beaucoup d’autres étrangers durant cette jolie rencontre. Mais nous avons donc passé un superbe après-midi de jeux en famille! 

[Education] Parler de sa journée

Avec le retour à l’école, j’entends à nouveau tout un tas de parents se plaindre du fait que leurs enfants ne leur racontent pas ce qu’il se passe à l’école. J’avoue, avec Little Miss Sunshine, je n’ai pas trop de problème. Elle papote énormément, du matin au soir et ça en devient même parfois fatiguant – vous savez, quand à minuit on est tous dans la même chambre et qu’elle n’arrive plus à arrêter de raconter tout ce qui lui passe par la tête! Je l’ai vécu tout l’été! 😉

Little Miss Sunshine, dès son entrée à l’école maternelle, à 33 mois, parlait très bien et elle nous a toujours raconté ce qui se passait à l’école. Surtout les moments marquants de sa journée évidement, mais c’était déja beaucoup! Evidement, à certaines périodes, la fatigue aidant, elle parle moins, est plus évasive… Mais ce qui est sûr, c’est que si je lui demande: « Qu’est-ce que tu as fait aujourd’hui à l’école? ». J’ai invariablement droit à la même réponse: « Je ne sais pas. »

Tout d’abord, je pense qu’il faut qu’on garde en tête que nous, parents, et nos enfants, n’avons pas les priorités. Si nous cherchons à savoir ce que nos enfants ont mangé à midi ou quelles leçons ils ont apprises / quels activités ils ont réalisées, ils retiennent surtout les anecdotes rigolotes avec les copains ou les moments marquants pour eux (ceux qui sortent de l’ordinaire: les pleurs d’un enfant, les disputes entre deux autres, le maître qui gronde quelqu’un…) Ce qui est vraiment important, c’est d’accorder la même importance à ce que l’on pense être des anecdotes qu’à ce qu’on cherche effectivement à savoir. Ce n’est que si l’enfant se sent écouté qu’il va parler. Et ces anecdotes sont le meilleur moyen de rentrer en communication.

Ensuite, il faut également garder en tête que pour un enfant de maternelle ou de début de l’école primaire, il est vraiment difficile de reparler de quelque chose de passé, sans n’avoir rien qui leur rappelle ce moment (photos, mots clefs, …) Pour faciliter les échanges à la maison, c’est aussi à l’école que ça se prépare. L’an dernier, nous avons eu la chance d’avoir chaque jour des photos de nos enfants à différents moments de la journée. Il était alors beaucoup plus facile d’entrer en communication avec Little Miss Sunshine. Il suffisait de lui montrer la photo pour qu’elle nous raconte la moitié de sa journée! Malheureusement, ce n’est pas toujours possible d’avoir des photos de l’école, et c’est bien dommage. Cette année, nous aurons des photos à chaque fin de semaine normalement. Mais c’est également aux maîtres et maîtresses de prendre le temps de créer des moments-clefs de regroupement pour faire le bilan de leurs activités. Cela permet aux enfants de reconstruire mentalement leur journée et donc facilite les échanges avec les parents le soir venu. Je l’ai remarqué l’an dernier, avec son maître français les regroupements étaient systématique à la fin de leur journée et elle me parlait toujours de ces journées avec une grande facilité. Alors qu’avec sa maîtresse chinoise, les rassemblements étaient loin d’être systématique et elle m’en parlait avec beaucoup plus de mal. Bien qu’il faut également prendre en compte la différence de langues dans ce cas-là (vécu en Chinois et expliqué en Français).

Il faut également garder en tête que poser une question trop généraliste ne mène à rien. Au mieux, on obtient la réponse qu’ils pensent que nous attendons. Au pire, on a droit à l’éternel « Je ne sais pas. » Il vaut donc mieux cibler précisément les questions. Poser des questions sur des moments précis de la journée, sur des ressentis bien particuliers, aident l’enfant à s’y retrouver. Si je demande à Little Miss Sunshine quel a été son moment préféré de la journée ou quel a été le moment où elle a le plus rigolé dans sa journée, elle me répond très facilement. En cas d’échec, c’est moi qui commence par répondre à ma question en lui racontant mon moment préféré. Et c’est là l’astuce qui fonctionne le mieux. Parler de sa journée à soi. On ne s’aidera jamais assez du pouvoir d’imitation des enfants pour se faciliter la tâche!Si quand elle rentre, je commence par lui raconter les chouettes moments de ma journée, assez facilement elle va prendre la suite pour me raconter la sienne, sans que je ne lui pose aucune question…

Il faut enfin relativiser! On n’a jamais accès à toutes les informations qui nous intéressent, mais il faut aussi savoir laisser une part d’intimité à l’enfant et accepter que certains enfants raconteront plus de choses que d’autres.

Et chez vous, ça se passe comment au retour de l’école? Ils vous racontent beaucoup de choses ou vous nagez dans le mystère? 

La rentrée 2016 de Little Miss Sunshine

Hier, nous avons vécu là troisième rentrée scolaire de Little Miss Sunshine. C’était également sa troisième rentrée scolaire en Chine. Et la dernière à l’école maternelle… Comme l’an dernier, je m’attendais à ce que ce ne soit qu’une formalité. Et ça l’a presque été…

Nous avons commencé à préparer la rentrée, dès nos derniers jours en France. Les grands-parents se sont fait plaisir en achetant de jolis vêtements pour la rentrée (parfois d’ailleurs un peu trop chaud pour les 32° du 1er septembre!). Nous en avons aussi profité pour passer chez le coiffeur entre filles – car oui, je n’ose pas tester le coiffeur en Chine!

IMG_5719.JPG

Et depuis notre retour à Shanghai, on s’y est mis un peu plus sérieusement! Il a fallu laver et préparer son sac d’école. Acheter et préparer ses affaires: sa brosse à dent, son dentifrice, son gobelet, ses vêtements de rechange, sa gourde… Il a fallu ré-étiqueté une partie de ses affaires à son nom. Et surtout, il a fallu combattre le décalage horaire et retrouver un rythme plus propice à l’école. On en a d’ailleurs profité pour ré-installer la chambre des enfants, mais ça je vous en parlerai plus précisément bientôt. Enfin, nous en avons profité pour rediscuter avec Little Miss Sunshine des règles de la maison, des nouveaux horaires et des activités que nous allions mettre en place cette année.

IMG_5655.JPG

Le dernier jour du mois d’août, j’ai assisté à la réunion de pré-rentrée. Cette année, contrairement à l’année précédente, les enfants n’étaient pas les bienvenus et j’ai trouvé ça dommage. Je comprends tout à fait le point de vue du maître et des maîtresses qui voulaient pouvoir nous parler tous ensemble et sans interruption, mais Little Miss Sunshine a été très déçue de ne pas pouvoir se joindre à moi…

IMG_5697.JPG

Pour cette nouvelle année scolaire, chez les Grands, Little Miss Sunshine a donc un nouveau maître français. Elle a également deux maîtresses chinoises et une Ayi – qui serait l’équivalent d’une ATSEM. Elle est cette année dans une classe double: Moyenne Section/Grande Section. Ils sont 18 enfants dans sa classe: 9 en Moyenne Section et 9 en Grande Section. Chez les grands, Little Miss Sunshine connaît tout le monde. Quatre de ses camarades de l’an dernier, ont quitté l’école pour le lycée français et un autre – qui était jusqu’à présent dans la section anglais/chinois – les a rejoint. Chez les Moyens, en dehors d’une nouvelle petite fille, tous étaient présent l’an dernier et une bonne partie prenaient déja le bus avec Little Miss Sunshine.

Les journées de Little Miss Sunshine seront partagés entre le Français (les lundi, mercredi et vendredi matin) et le Chinois (les mardi, jeudi et vendredi après-midi). Il y aura toujours au moins trois adultes pour superviser les enfants. Le maître français aidera la maîtresse de chinois les jours de chinois, et ce sera l’inverse les jours de français. Les Grands et les Moyens travailleront l’essentiel du temps ensemble, mais lors du temps de sieste (de 12h à 14h) les Grands auront leur temps d’apprentissage spécifique (lecture et écriture). Je doute que l’horaire soit particulièrement adapté, mais nous verrons bien à l’usage!

IMG_5712.JPG

Cette année encore, Little Miss Sunshine s’initiera à la danse de ballet tous les mardis soirs. Et nous avons décidé de nous prendre une heure ou deux chaque jeudi soir à son retour de l’école, alors qu’Ayi s’occupera de Little Smiling Buddha, pour aller à la piscine ensemble et lui apprendre à nager.

En ce qui concerne spécifiquement le jour de la rentrée, tout ne s’est pas passé comme prévu. Le 1er septembre à 7h40, nous attendions le bus. En effet, Little Miss Sunshine m’avait demandé de prendre le bus dès le premier jour pour retrouver tous ses copains et copines dès ce moment-là. Ce que j’ai respecté, même quand j’ai entendu la plupart des parents dire qu’ils apporteraient eux-même leurs enfants à l’école ce matin-là…

Avec Papa Lou, nous avons donc décidé de l’emmener ensemble attendre le bus et lui souhaiter une bonne première journée d’école. Sauf que le bus est passé devant nous sans s’arrêter! J’ai donc appelé la directrice chinoise – qui parle anglais! , qui m’a certifié que nous avions demandé à ne pas prendre le bus ce matin là. Pourtant, j’avais répondu la veille à son message en lui rappelant bien que Little Miss Sunshine prendrait le bus. Grosse incompréhension! Elle me demande d’emmener Little Miss Sunshine par mes propres moyens, ce que je refuse compte tenu du fait que je n’ai ni mes papiers, ni d’argent sur moi, que Little Smiling Buddha qui s’est réveillé quelques minutes plus tôt n’est ni changé, ni habillé, et que trouver un taxi à cette heure à Shanghai relève d’une mission quasi-impossible. Après négociation, elle me promet de demander au-dit bus de faire demi tour et de venir récupérer Little Miss Sunshine.

Il est 8h10. Cela fait une demi-heure que nous patientons tous au bord de la route sous un soleil de plomb. Papa Lou doit nous quitter pour aller travailler. Moi, Little Smiling Buddha et Little Miss Sunshine attendons 40 minutes supplémentaires. Sans quitter notre arrêt de bus, pour être certain d’attraper notre fameux bus… Qui ne viendra pas. Peut avant 9h, heure de début des cours, je rappelle sans succès la directrice chinoise. J’essaie alors la directrice française, qui se confond en excuse en m’annonçant que le bus n’ayant pas réussi à me joindre est revenu à l’école depuis longtemps! Il est 9h. Les enfants pleurent tous les deux. Ils en ont marre d’attendre. Little Smiling Buddha a la couche pleine et Little Miss Sunshine est horriblement déçue. Et moi je suis en colère!

Je n’ai d’autres solutions que de trouver un taxi pour emmener moi-même Little Miss Sunshine à l’école. Mais avant, il faut qu’on se calme, qu’on recharge les batteries et qu’on change Little Smiling Buddha. Nous sommes donc rentrés chez nous, nous avons changé et habillés Little Smiling Buddha, nous nous sommes assis pour boire un grand verre d’eau et grignoter quelques céréales et nous avons joué quelques minutes pour nous changer les idées.

A 9h20, nous sommes à nouveau debout sur le trottoir. Mais cette fois-ci pour attraper un taxi. Nous aurons de la chance, en 20 minutes, nous en trouvons un! Nous arrivons à l’école peu après 10h. Little Miss Sunshine m’a impressionnée. Autant elle a été grognon jusqu’à ce qu’on soit assis dans le taxi, autant par la suite, elle n’avait plus qu’une idée en tête, rencontrer enfin ses nouveaux maître et maîtresses et retrouver ses camarades. La directrice française nous attendait devant la grille. Les maitre et maitresses de Little Miss Sunshine avaient été prévenu. Les camarades de classe de Little Miss Sunshine lui font la fête à son arrivée!

J’ai revu les numéros de téléphone (qu’ils avaient mal noté) et adresse d’arrêt de bus avant de quitter l’école, toujours bien en colère, mais heureuse d’avoir vu Little Miss Sunshine aussi attendue et joyeuse! Finalement, j’ai choisi de passer mes nerfs en marchant, Little Smiling Buddha étant endormi dans le Boba. Et ça m’a fait du bien!

Le retour de l’école en bus est à 16h40. C’est relativement tard, mais les horaires devraient s’avancer dans la fin d’après-midi avec le temps. Little Miss Sunshine est rentrée heureuse. Elle avait des tonnes de choses à raconter! Et Papa Lou nous a fait la surprise d’arriver en même temps qu’elle! Elle avait pratiquement oublié notre mésaventure du matin, si ce n’est le fait qu’elle ait été mise un peu devant le fait accompli pour la rencontre avec son nouveau maître, qui l’a un peu impressionné.

IMG_5732.JPG

Ce matin, elle es repartie le sourire aux lèvres… Et le bus est arrivé à l’heure et au bon endroit…

Et chez vous, comment s’est passé la rentrée? 

Dernier jour d’école 

Ce n’est pas sa première année d’école. Ce n’est donc pas son premier dernier jour d’école. Et pourtant, ce matin, je suis émue.

Je la vois monter dans le bus, avec sa jolie jupe bleue à froufrou, son t-shirt noir et argent, son serre-tête bleu de princesse auréolé d’une petite couronne, son sac d’école en bandoulière… Elle a grandit.

Elle est sereine, heureuse de partir à l’école, contente d’aller dire au-revoir à ses amis, ses maîtres et maîtresses. Elle sait que pour certains, elle ne les reverra plus. Elle sait que l’an prochain, elle aura un nouveau maître et une nouvelle maîtresse. Et elle est confiante.

IMG_2874-0.jpg

Elle sait que demain nous prenons l’avion pour la France. Elle trépigne d’impatience de retrouver ses grands-parents.

Elle a déjà tout un programme dans sa tête pour cet été: regarder les étoiles, jouer dans la boue, planter des graines, faire une cabane, courir dans l’herbe pieds nus, se baigner… Et puis aussi aller voir la Tour Eiffel, retourner visiter le château du Haut-Koenigsbourg, faire des manèges à sensation à Europa-Park. Elle m’en parle depuis plusieurs semaines.

Elle a grandit cette année. En taille (7cm en 6 mois!). Mais aussi en maturité aussi. Elle est plus posée. Et puis plus aventureuse aussi. Elle est bien plus indépendante et puis plus autonome. Le plus souvent, elle coopère volontiers. Parfois, elle n’a pas envie et nous le fait bruyamment savoir. Elle m’épate.

IMG_3201.JPG

C’est aujourd’hui que je m’en aperçois. En la voyant monter dans le bus pour son dernier jour d’école. J’ai eu un flash. Je l’ai revu montant dans le bus le jour de la rentrée scolaire. Et je l’ai trouvé si grandit, si belle, si épanouie. Ma magnifique petite fille.

Les deux mois d’été que nous allons passer en France la changeront encore. Je n’en doute pas. Nos voyages, notre vie par monts et par vaux, parfois loin de Papa Lou, la font grandir encore plus vite…

Et j’aime tellement l’observer. Dans ses nouvelles acquisitions. Dans ses nouvelles passions. Dans ses nouvelles compétences.

Je suis tellement heureuse d’avoir le temps de noter tous ses changements… 

[Education bienveillante]  Je ne veux pas aller à l’école

Vous vous en souvenez peut-être, à la fin de ma grossesse, je vous demandais conseil pour m’aider avec Little Miss Sunshine qui refusait de partir à l’école sur Facebook et Instagram. Depuis la fin de ma grossesse, Little Miss Sunshine n’a plus jamais refusé d’aller à l’école. Sa volonté de rester avec moi à cette période était donc principalement liée à sa peur de me voir partir pour l’hôpital.

Par contre, encore aujourd’hui, si vous lui demander ce qu’elle préfère, elle répondra invariablement que c’est mieux de passer ses journées avec maman… Si ça ne tenait qu’à moi, je pense que je me lancerai dans l’instruction en famille. Mais pour plusieurs raisons, notamment le besoin de socialisation intense de Little Miss Sunshine et la peur de Papa Lou en ce qui concerne ce même sujet, ça n’est pas une option pour le moment.   Dans un même temps, Little Miss Sunshine s’épanouit à l’école. Elle aide ses petits camarades à apprendre le Français. Elle puise des nouvelles idées pour des apprentissages qu’elle me réclame ensuite à la maison. Elle a des camarades pour jouer et s’amuser et nourrie ainsi sa forte envie de socialisation. Elle adore son maître français tout comme elle adorait sa maitresse française l’an dernier…

Alors quand récemment elle m’a fait savoir qu’elle ne voulait plus aller à l’école, je me suis posée des questions. J’ai vite découvert que Little Miss Sunshine était l’objet de moqueries dans le bus. J’ai contacté la directrice de l’école et son maître français qui ont rapidement résolu le problème. Et depuis, plus rien.

Mais la semaine dernière, j’ai eu droit à une grosse crise de larmes. Little Miss Sunshine n’a pas voulu aller à l’école. Nous en avons parlé et je n’ai pas trouvé de raisons apparentes. Elle est juste fatiguée par un rhume qu’elle traîne depuis notre retour de France et diverses petites maladies dont nous n’arrivons plus à nous sortir (otite, infection oculaire, crampes abdominales, mal de gorge,…) Et puis, elle a aussi besoin de savoir qu’elle a une certaine marge de manœuvre sur les événements actuellement.

N’ayant rien de particulier de prévu ce jour-là, j’ai accepté de la garder à la maison. Au courant de la matinée, j’ai essayé de la faire parler pour savoir ce qui lui avait donné envie de rester avec moi, ce qui avait provoqué cette crise de larmes. Mais je n’ai pas eu de réponse précise. Plus tard dans la journée, je lui ai parlé d’une nouvelle règle que je voulais lui soumettre.

Les cartes Joker.

Dorénavant, chaque mois, nous lui autoriserons une journée d’absence:

  •  Si elle y pense et qu’elle me la demande, elle pourra rester à la maison avec moi. Si elle l’oublie, on laisse tomber.
  • Si elle l’utilise le premier jour du mois, elle devra patienter jusqu’au mois suivant.
  • Le mois est symbolisé chez nous par un calendrier avec une photo de famille. A chaque fois que nous changeons de photos – et donc que nous changeons de mois – je lui donnerai une carte Joker. Elle l’a range dans un endroit précis dans sa chambre. Le jour où elle veut l’utiliser, elle me la donne.
  • Une fois utilisé, et pour qu’on s’en souvienne tous, la carte est épinglée sur le réfrigérateur. Jusqu’au mois suivant…

Avec cette méthode, je souhaite lui montrer que je l’écoute, que je lui laisse une marge de manœuvre. Je veux lui prouver qu’elle a une influence sur les choses, que son avis compte. J’espère également que grâce à cette marge de manœuvre, elle se sente à nouveau plus sécurisé. Et qu’en parallèle, le simple fait de savoir que cette marge de manoeuvre existe, lui fasse oublier cette journée d’absence. Une journée par mois n’engage, pour nous, pas grand chose. Elle est encore en maternelle et je veux qu’elle ait confiance en nous, qu’elle sache qu’elle peut compter sur nous.

Je reviendrai sur cette méthode d’ici quelques mois, pour vous faire un bilan. Pour l’instant, tout ce que je peux dire, c’est qu’elle a bien intégré le principe. Elle a utilisé son Joker du mois de janvier au milieu du mois et j’ai déja plusieurs fois eu droit à: « Quand est-ce qu’on tourne la page du calendrier? ».  Mais plus de demande quant à rester avec moi à la maison…

Et vous, avez-vous été confronté à cette situation? Qu’avez-vous mis en place? 

Belle année 2016!

La famille Kangourou vous souhaite une belle et douce année 2016, riche en découvertes et en petits plaisirs, dans l’amour et la bienveillance…

P1110330

Une année se termine, une autre s’ouvre. Les jours, les semaines et les mois s’enchaînent à une vitesse époustouflante depuis que nous sommes arrivé en Chine.

Little Miss Sunshine vient d’avoir 4 ans, Little Smiling Buddha a déja 6 mois révolu. C’est bien la vie des enfants qui a rythmé nos vies en 2015. Je savoure avec toujours autant de délice le fait d’être maman au foyer et de pouvoir m’occuper de Little Miss Sunshine autant qu’elle le demande. Je peux vivre à son rythme à chaque fois que c’est nécessaire, à chaque fois qu’elle le demande. Elle a adoré retourner à l’école et intégrer la classe des moyens après des grandes vacances shanghaiennes… Et puis depuis le solstice d’été, c’est au rythme de Little Smiling Buddha que je vis. Les nuits entrecoupées, les tétées, les changes, les câlins, ont largement rythmé la seconde partie de cette année. Heureusement, nous avons Ayi qui est là pour m’aider. Et c’est un luxe! Un luxe que je mesure chaque jour qu’elle passe auprès de nous…

Côté voyage, nous ne nous sommes pas promené autant que j’aurai eu envie de le faire. Un seul grand et beau voyage au Japon en février cette année. Enceinte de presque 6 mois, ça a été une merveilleuse manière de clôturer notre vie à trois avant de prendre un nouveau départ à quatre. Nous sommes tout de même rentré en France deux fois cette année: en octobre et pour Noël. Little Smiling Buddha du haut de ses 6 mois à deja parcouru quatre fois 10 000km en avion! Et j’ai eu largement l’occasion de me promener dans Shanghai et ses environs et de découvrir cette ville dans laquelle je vis depuis près de 18 mois maintenant.

Cette année, la priorité sera donc donnée aux voyages. Papa Lou et moi rêvons d’au moins un week-end par mois pour découvrir la Chine. Maintenant que la période la plus difficile des tout-petits est passée et que Little Smiling Buddha et moi avons commencé à prendre notre rythme, plus rien ne nous empêche de voyager! Pour le Nouvel An chinois, nous avons déja deux voyages au programme: un week-end à Harbin, dans le Nord de la Chine pour profiter de la neige et de la glace puis une semaine dans le Fujian, pour découvrir le berceau d’une somptueuse famille de thés chinois, les Yan Cha, et nous réchauffer au soleil…

Un autre point important à mon sens, qui marquera surtout le début de cette année, sera la diversification de Little Smiling Buddha. Je m’efforce actuellement de trouver un moyen pour m’approvisionner en produits biologiques. Nous avons trouvé quelques options, je vous en reparlerai donc certainement dans les semaines à venir. En parallèle, j’ai décidé de re-préparer tous les goûters de Little Miss Sunshine moi-même. L’achat d’un robot KitchenAid devrait grandement m’aider dans ce défi!

Cette année s’annonce donc comme une nouvelle année de découvertes et de dépaysement pour nous!

La rentrée 2015 de Little Miss Sunshine

Cette rentrée n’aura été qu’une formalité pour Little Miss Sunshine, presque un jour ordinaire.

Little Miss Sunshine aime l’école. C’est une petite fille très sociable qui aime être en interaction régulière avec d’autres enfants et d’autres adultes. Elle aime beaucoup parler, raconter sa manière de vivre et de voir le monde. Les difficultés que nous avons pu rencontrer à la fin de l’année dernière pour la mettre à l’école n’étaient que le reflet de son inquiétude face à mon accouchement et à l’arrivée d’un bébé dans la famille. Depuis la naissance de Petit Poisson, tout se passe de nouveau beaucoup mieux.

Le lundi 31 août, nous avions donc rendez-vous à l’école en milieu de matinée pour la pré-rentrée. Nous avons rencontré son maître – qu’elle connait déja puisque c’est lui qui s’est occupé de la partie française du camp d’été -, sa maîtresse chinoise et son Ayi – les mêmes que l’an dernier. Cette année, ils sont 13 enfants dans sa classe. Une classe au complet (ils étaient 8 l’an dernier, puis 10 en janvier et 12 à la fin de l’année) Une seule petite camarade a quitté le groupe, et deux nouveaux copains sont venus s’ajouter à cette petite classe déja bien soudée.

IMG_5308.JPG

Le lendemain, c’était la rentrée. La vraie. Le retour du bus scolaire, de la cantine et des longues journées. Dorénavant, Little Miss Sunshine prend le bus dès 7h30 le matin. Le réveil est matinal, à 6h30. Notre rituel du matin n’est pas encore complètement au point cette année, mais ce qui est sûr c’est que nous prenons le petit-déjeuner tous ensemble et que Papa Lou quitte la maison en même temps que Little Miss Sunshine, ce qui nous laisse un peu plus de temps pour profiter de lui. Malheureusement, il n’y a plus le temps pour des jeux libres, mais on continue d’écouter de la musique et de chanter.

IMG_5312.JPG

Le soir, Little Miss Sunshine rentre à 17h avec le bus. Sauf le jeudi soir où c’est moi qui me déplace pour la chercher à cette même heure après sa classe d’initiation au ballet. Il nous reste donc à goûter et à organiser un jeu ou une ou deux petites activités, à regarder un dessin animé ou à lire des livres suivant l’envie de Little Miss Sunshine. Puis vient l’heure du bain ou de la douche. Et l’heure du retour de Papa Lou que nous aimons beaucoup attendre à l’extérieur actuellement. Les temps de jeux en semaine sont donc écourtés suite à cette nouvelle rentrée. Je ne sais pas comment Little Miss Sunshine va le vivre à long terme. Mais normalement, après une période d’adaptation, les horaires du bus devraient s’avancer dans la soirée. Je l’espère.

En attendant, je me dis que nous profiterons au maximum des vacances françaises pour garder Little Miss Sunshine à la maison (les Chinois n’ayant que deux semaines de vacances, la première semaine d’octobre et la semaine du nouvel an chinois). Et que je ne me priverai pas de la sortir de l’école un jour ou l’autre pour profiter de sa présence…

Et chez vous, comment s’est passée la rentrée?