Ma première rentrée

Nous sommes rentrés de nos vacances françaises à la mi-août. Le lendemain, le quotidien reprenait déjà le dessus. C’est fou comme il nous rattrape vite celui-ci, même après deux mois de vacances… Mais la routine, après un temps aussi long loin de chez nous, ça fait aussi du bien. 

Le lendemain donc était dédié au repos pour récupérer du décalage horaire, au rangement des valises et à la lessive. Le surlendemain, nous sommes allés faire refaire le passeport de Little Miss Sunshine. Et les démarches sont longues et compliquées quand il faut en plus remettre à jour le nouveau passeport auprès des autorités chinoises et refaire le permis de résident…  Le jour suivant, je faisais ma pré-rentrée. 

C’est donc Ayi qui s’est occupé des enfants à plein temps durant dix jours, alors que je travaillais. J’ai commencé à plein temps pour organiser ma classe et mon programme.

La première semaine était donc consacrée à la préparation de la salle de classe, à la rencontre avec mon équipe (nous sommes trois pour six enfants: une maîtresse française, une maîtresse chinoise et une Ayi – assistante de vie), à l’organisation des premières semaines, au remplissage des papiers administratifs, aux réunions pour organiser l’année scolaire, à la première rencontre avec les parents. Et la semaine a été bien remplie. Je suis rentrée touts les soirs vers 18h.

J’en ai notamment profité pour fabriquer un grand tableau sensoriel, des bouteilles sensorielles aux couleurs de l’arc-en-ciel et aussi créer une cabane dans la salle de classe. J’ai préparé de la pâte à modeler maison non toxique pour les premières semaines.

J’ai créé un coin retour au calme dans la cabane. Un espace où les enfants peuvent lire des livres, s’asseoir et jouer avec les bouteilles sensorielles arc-en-ciel ou encore s’isoler du reste de la classe s’ils en ressentent le besoin.

J’ai également organisé un coin construction: avec des Lego duplo, des cubes en bois et des cubes en mousse géant. Un coin garage en bois et petites voitures en bois. Un coin poupées et cuisinière en bois.

J’ai privilégié des objets en bois aux couleurs douces. Bien que je trouve les Lego inégalables. Je voulais vraiment créer une ambiance douce et chaleureuse, ou tout le monde peut se sentir bien, les enfants comme les adultes.

Enfin, un coin puzzle et jeux de société, ainsi qu’un coin dessin (feuilles de papier brouillon et crayon de couleur) rangés dans les étagères près des tables. Le but étant d’apprendre progressivement aux enfants que ce type de jeux restent sur les tables. J’y ajouterai à terme notre coin manipulation (pâte à modeler, sable magique…) et motricité fine en autonomie (des plateaux avec des jeux de transvasement ou d’enfilage par exemple).

J’ai aimé la coopération qu’il y a pu y avoir durant cette semaine, entre les anciens et les nouveaux, les Chinois et les étrangers, l’émulation autour de projet de décor de portes.

Et puis le 1er septembre, ça a été la première rentrée pour tous. Pour moi, et pour les enfants. Six enfants. Deux filles et quatre garçons.

Une des filles à beaucoup pleuré, pendant plusieurs jours. Au point de se faire vomir au départ de sa maman ou de son Ayi à plusieurs reprises. Malgré notre présence bienveillante. Mais aujourd’hui, deux semaines après la rentrée, c’est une petite fille qui vient avec plaisir à l’école et qui communique autant avec moi qu’avec la maîtresse chinoise. Une belle victoire!

L’autre petite fille est la plus âgée de la classe. Elle a deux ans et demi. C’est presque une grande. Elle avait déjà passé une partir de son été au camp d’été de l’école et elle a tout de suite été à l’aise.

Un des garçons est le plus jeune de la classe. 19 mois à peine. Mais il n’est vraiment pas en retard en terme de motricité, de motricité fine et de concentration. Il me fait un peu penser à Little Smiling Buddha. Et à finalement tout à fait sa place dans cette classe.

L’un des garçons vient d’avoir 2 ans hier. Il a beaucoup pleurniché les premiers jours. Pas vraiment pleuré, mais pleurniché à chaque changement dans la classe (quand quelqu’un sort, quand quelqu’un rentre, quand on passe dans une autre salle..) Il est vraiment dans la découverte de tout. Il va sortir tous les jeux, tout mettre parterre mais dès que cette étape est passée, il ne s’y intéresse plus… c’est assez déroutant! Il a été pas mal absent en deux semaines, il est enrhumé. Il a donc toujours autant de mal quand il revient…

Le dernier garçon va avoir deux ans également. Il est dans une phase où il parle beaucoup avec ses mains… Nous avons eu beaucoup de mal à gérer avec lui la frustration durant les premiers jours. Il nous tapait systématiquement. Il avait également du mal avec les camarades de classe qui s’approchaient de lui et les tapaient systématiquement. C’est pourtant un petit garçon très attachant. Après une réelle collaboration avec ses parents, et la décision de ne le mettre à l’école que jusqu’à 14h dans un premier temps, les journées se passent déja mieux pour lui et pour nous.

Enfin, il y a Little Smiling Buddha. 27 mois. Il est à l’aise. Il évolue dans l’école comme s’il était chez lui ou presque. Il reste proche de moi quand je rassure ses petits copains qui pleurent, mais semble comprendre que je reste sa maman, même si à ce moment-là, je suis la maîtresse. Par contre, c’est plus difficile au moment de notre séparation: le temps de la sieste. C’est à moi de l’endormir, il n’accepte personne d’autres. Il dort une trentaine de minutes – ce qui me laisse le temps de manger – et pleure pour me rejoindre dès qu’il se réveille. Je me retrouve donc à tous les meetings avec lui ou je dois faire mes préparations tout en m’occupant de lui. Je compte sur le fait qu’il va finir par prendre le rythme, comprendre que je reste là pour l’attendre et que je le retrouve à son réveil.

Voilà donc mes six P’tits Loups. Je suis déja très attaché à ses enfants. C’est un bonheur de les voir évoluer de jour en jour et de les aider dans leurs nouvelles acquisitions. De ce côté-là, mon emploi correspond exactement à ce que j’imaginais. Là où je ne m’attendais pas à avoir autant de travail, c’est du côté administratif. Entre la gestion du matériel (quand je commande quoi pour l’avoir au bon moment pour ma programmation), la gestion des meetings (hebdomadaire voire deux fois par semaine), le blog de la classe, la préparation du résumé de la semaine pour le cahier de vie que les enfants ramènent à la maison chaque vendredi, le rangement et l’organisation de la salle de classe (alors que je ne suis présente que de 8h à 14h tous les jours), les programmations hebdomadaire, mensuelle, semestrielle à rendre, les mails aux parents, les préparations journalières pour les activités du lendemain… et le fait que les ordinateurs soient entièrement en Chinois… J’ai l’impression de perdre un temps immense. Mais je suppose qu’une fois que j’aurai pris le rythme, ça sera plus simple…

Encore quelques semaines, et je serai définitivement dans le bain! 

[Sortie] Shanghai Wild Animal Park

Voilà un parc animalier, situé à une quarantaine de kilomètres de Shanghai, que nous avions envie de visiter il y a longtemps déjà avec les enfants. Le problème à Shanghai, c’est le temps et la température. Et je sais par expérience combien il est fatiguant pour toute la famille de se promener dans un parc, même ombragé, par 40 degrés. Nous avions donc prévu d’aller le visiter au printemps ou à l’automne, quand les températures sont encore clémentes et le temps au beau fixe. Finalement, entre nos week-ends et le temps, il aura fallu attendre un bon bout de temps! Mais c’est enfin chose faite!

Il y a deux zoos à Shanghai. Le premier est assez vieux, en partie rénové seulement, mais facilement accessible (30 minutes du centre-ville) près de l’aéroport de HonqQiao. Nous nous y sommes rendus très régulièrement depuis que nous sommes à Shanghai, parce qu’il est facile d’accès, que le tarif est très raisonnable (l’équivalent de 5€ pour un adulte et les enfants ne paient pas jusqu’à 1,20m). Le second – dont je vous parle aujourd’hui – est plus grand, plus neuf et les animaux plus nombreux, mais il est également plus loin de Shanghai (proche de l’aéroport de Pudong, il faut compter quasi 50 minutes de taxi à partir du centre-ville).  

Un samedi matin du début du mois de mai (oui vous remarquez comme je suis à jour dans mes articles!), nous avons donc pris le taxi en famille un peu avant 10h. Nous sommes arrivés au parc un peu avant 11h. Le temps d’acheter les billets (compter 130RMB par adulte – gratuit pour les enfants de moins de 1,30cm), de passer aux toilettes et de faire la queue pour entrer dans le parc, il était presque 11h30.

Le parc se divise en deux parties. Une première partie qui se visite à pied, comme tous les zoos. Et une sorte de safari qu’il faut visiter en bus. Avec le billet d’entrée, un bus de tourisme classique est compris dans le prix pour visiter cette partie du parc. Mais l’attente est longue! Il y en avait au moins pour une heure d’attente le jour où nous y étions et finalement assis dans un bus classique, on ne voit pas grand chose, puisque les animaux sont vraiment au bord de la route au pied du bus (et non au loin).

Après avoir visité une petite partie du zoo qui se visite à pied et avoir déjeuner d’un burger et de frites (pour faire plaisir aux enfants), nous avons choisi, mais un peu par hasard, il faut bien le dire, de payer un billet supplémentaire (20RMB par adulte) pour prendre le bus grillagé qui nourrit les animaux. Et c’était finalement un très bon choix car les enfants ont été émerveillé de voir les animaux juste à leur pied.

Bien installé devant les grilles, les enfants étaient aux premières loges pour observer les animaux. Régulièrement le bus s’arrêtait, le guide lançait quelques morceaux de nourriture au travers de trappes et on pouvait observer les animaux de très très près!

La partie safari est divisée en plusieurs zones. Dans la première, on rencontre entre autres, des paons, des chèvres ou des chameaux. Le bus fait un arrêt pour nourrir les animaux. Là ce sont les chèvres qui sont venus voir ce qu’il y avait à manger…

La seconde partie est la partie « savane », sans les carnivores. Les animaux sont clairement habitué à recevoir de la nourriture, ils attendent le bus le long de la route… Et puis il faut dire que les bus se succèdent et à quelques minutes d’écart à longueur de journée.

Mais c’est tout de même impressionnant de les voir de si près. On pourrait presque les toucher.

Ensuite on passe dans les espaces des grands animaux et des carnivores qui se succèdent les uns les autres: les lions, les ours, les tigres, les léopards… A chaque nouvel enclos, le bus s’arrête et lance de la nourriture aux animaux. Pour augmenter le côté « impressionnant », ils narguent parfois les animaux avec de la nourriture au bout d’une pique. Résultat un ours était accroché aux barreaux du bus pendant toute une partie de notre passage dans l’enclos des ours… Les enfants ont adoré!

Le bus fini par nous ramener à notre point de départ après avoir réaliser une sorte de boucle dans le parc.

Et puis nous avons poursuivi notre promenade à pied à travers le zoo. Les enclos sont beaux et grands. On recroise tous les animaux que l’on a vu durant notre safari. Je suppose que les soigneurs font tourner les animaux entre ceux qui sont dans les enclos à l’intérieur du zoo et ceux qui sont dans le safari.

A chaque enclos ou presque, pour quelques RMB, on peut entrer, toucher, nourrir et se photographier avec les animaux. Que ce soit les kangourous, les aras, les hippopotames ou les singes. Nous avons d’ailleurs essuyé une grosse crise de larmes et d’incompréhension de la part de Little Miss Sunshine quand nous lui avons expliqué que nous ne voulions pas qu’elle caresse les kangourous. Nous lui avons longtemps expliqué nos raisons, en la prenant en point de comparaison, elle, qui ne supporte plus que les Chinois la touchent systématiquement quand ils passent à côté d’elle. Mais il n’empêche que ça a été un moment difficile.

Ici, un soigneur accompagnait un touriste pour nourrir un hippopotame et faire des photos.

Son petit était installé à l’abri dans un plus petit enclos juste à côté de sa maman qui se faisait photographier.

 

Les animaux sont beaux, ils semblent vraiment bien soigné et les enclos sont plutôt bien conçu. 

Il n’empêche que j’ai été très mal à l’aise dans ce zoo durant toute ma visite. Le principe d’accepter qu’on touche les animaux contre rémunération me met particulièrement mal à l’aise. Peut être que si j’avais eu plus d’informations sur ce zoo avant d’y aller, je n’y aurai pas été. Surtout pas avec les enfants.

En Chine, dans les zoos, les Chinois  lancent tout et n’importe quoi à manger aux animaux: carottes, chips, gâteau, paquet plastique… malgré les interdictions. Ils tapent contre les vitres, hurlent ou font des flash avec leurs appareils juste pour réveiller les animaux. Ces comportements m’insupportent particulièrement. Je comprend tout à fait l’intérêt pour ce nouveau zoo d’offrir une solution intermédiaire. Nous n’avons vu personne lancer de la nourriture dans les cages. Les gens ont eu l’air de respecter le fait de ne les toucher, les nourrir que contre rémunération. Mais il n’empêche que ça me gêne.

  

En parallèle, les animaux sont aussi mis en scène avec des spectacles comme celui de la nourriture des fauves où l’on fait délibérément sauter un tigre sur les vitres pour assouvir les envies des spectateurs.

Ou alors on peut faire un tour sur les éléphants…

Et puis il y a un spectacle plusieurs fois par jour, avec de la musique très forte, où de nombreux animaux sont présentés sur scène, mais nous ne sommes pas allés le voir.

Vous comprendrez que je suis mitigée sur ce zoo et que nous n’y retournerons certainement pas. Même si nous avons passé une belle journée. Leurs principes sont trop contraire aux nôtres.

[Atelier] Jouer avec l’automne (2)

Après le grand succès du panier d’automne, voici une autre invitation à jouer avec cette si jolie saison: la pâte à modeler orange maison et des petits objets de la nature.

Voici le plateau que j’ai offert à Little Miss Sunshine:

  • Une belle boule de pâte à modeler
  • Des feuilles mortes
  • Des petits bous de bois
  • Des noix entières et des demi-coquilles de noix
  • Des châtaignes
  • Des coquilles de pistache
  • Des boutons colorés

La seule chose que je lui ai dit en lui offrant le plateau. « On pourrait essayer de créer des choses qui nous font penser à l’automne! »

Et voici ses créations: IMG_8709.JPG IMG_8697.JPG IMG_8708.JPG IMG_8696.JPG IMG_8712.JPG

Je ne sais pas si vous les reconnaissez tous, mais il y a l’escargot, la maman et le bébé tortue et puis le moustique. Le thème n’a pas exactement été respecté, mais l’essentiel est bien qu’elle s’est fait plaisir en créant!

Elle a été très concentré sur ses créations, avant de passer un long moment à s’inventer des histoires avec les personnages ainsi créés.

IMG_8695.JPG

Little Smiling Buddha a également reçu son plateau pour créer. Il contenait des objets un peu plus grand et une boule de pâte à modeler.

  • des noix et des demi-coquilles de noix
  • des feuilles mortes
  • des morceaux de bois
  • des taro

Et contre toute attente, après un moment de flottement face à la texture de la pâte à modeler, il a commencé à patouiller. Il a malaxé la boule de pâte à modeler, il y a piqué des bouts de bois, il a joué avec le taro, et j’ai adoré l’observer…

IMG_8705.JPG

Pour la pâte à modeler, j’ai utilisé la première des trois recettes trouvé là-bas. Mais j »ai remarqué tardivement que ma pâte était légèrement trop collante. Je pense que j’aurai dû la laisser sécher un peu plus longtemps dans la casserole, mais j’avais peur qu’elle n’accroche. Je retenterai cette recette une autre fois! Mais j’en ai également repéré d’autres sans cuisson qui peuvent également être pratique.

Et vous, invitez-vous vos enfants à laisser libre court à leur imagination? 

[Atelier] Jouer avec l’automne

L’automne est ma saison préférée. Depuis toujours. C’est une saison qui permet d’utiliser les ressources de la nature à l’infini pour créer et découvrir. Alors je suis toujours ravie et pleine d’inspiration quand les premiers signes de cette magnifique saison se font ressentir. L’automne est un peu plus tardif ici à Shanghai, mais il nous laisse tout de même l’opportunité d’en profiter…

Cette année, j’ai dû réfléchir à des activités automnales qui conviennent à Little Smiling Buddha, 16 mois, ainsi qu’à Little Miss Sunshine, presque 5 ans. Il me fallait des activités que je puisse proposer aux deux, en parallèle, et quasi-identique pour éviter la frustration de Little Smiling Buddha, qui est en pleine phase « je veux tout faire comme ma soeur ».

J’ai donc commencé par leur proposer une activité indémodable à tous les âges – je l’ai notamment transposé à des élèves de CP qui ont également adoré lors de mes ateliers à l’école – le panier d’automne ou bac sensoriel d’automne. Et cette année, pour ne pas proposer chaque année le même panier avec des feuilles mortes et des fruits d’automne, je suis plutôt partie sur le thème des légumes chinois d’automne. Et ce panier d’automne a eu un énorme succès! 

IMG_8050-0.jpg

J’ai réalisé deux paniers. Un pour chacun des enfants. La seule différence étant que j’ai privilégié des légumes plus gros pour Little Smiling Buddha pour faciliter sa préhension.

La création a donc commencé par une belle promenade au marché avec Little Smiling Buddha. Nous y avons acheté des légumes chinois de saison:

  • des ignames
  • du taro
  • des potirons
  • des patates douces violettes
  • du gingembre

Mais aussi quelques fruits de saison:

  • des noix
  • des châtaignes

Evidement, un panier d’automne ne serait pas un panier d’automne sans quelques belles feuilles mortes que Little Smiling Buddha s’est fait un plaisir de ramasser. Enfin, il me restait des haricots rouges secs dans ma cuisine que j’ai choisi d’utiliser pour servir de « fond ».

La première étape a été le nettoyage des fruits, légumes et feuilles mortes. Et là, c’est Little Smiling Buddha qui est entré en scène. Et il a adoré! Je lui ai donné une bassine d’eau et une brosse à légumes. Je l’ai vu frotter avec beaucoup d’attention. Il y a passé un très long moment sur le balcon. Je l’avais rarement vu aussi concentré…

IMG_8045.JPG

Quand tout a été nettoyé et sec, j’ai préparé mes deux paniers. Je les ai proposé aux enfants dès le retour de l’école de Little Miss Sunshine. Assis côte à côte dans la salle de jeux, ils ont longuement déballé et observé, chacun à leur rythme, les objets de leur panier. Ils ont fait des échanges, empilé les fruits et les légumes. Ils sont allés chercher d’autres jouets pour compléter leur panier: des petites voitures pour Little Smiling Buddha, des figurines d’animaux et de la dînette pour Little Miss Sunshine. Ils ont manipulés pendant un long moment. Quand ils ont eu fini, j’ai refermé les paniers. J’ai acheté de grands bacs qui se referment pour pouvoir être à proximité quand ils manipulent leur panier, surtout pour Little Smiling Buddha qui a quand même encore tendance à porter les choses à la bouche.

Le lendemain, et les jours qui ont suivis, ils ont beaucoup joué avec les objets du panier. Et puis au bout de quelques jours, quand j’ai senti l’intérêt du panier devenait moindre, j’ai sorti les légumes du panier et je les ai proposé tel quel à Little Smiling Buddha, sans panier. Juste au sol avec les jouets environnants. Il a longuement joué avec les légumes et la dînette. Et puis il est allé chercher l’arc en ciel de Grimms. Et c’est là que je vois à quel point ce genre de jouets sont géniaux.

Ils servent à tout, et développent vraiment l’imagination des petits. Et des moins petits, parce que même moi je me prends vite au jeu quand il me demande de jouer avec lui!

Et quand l’intérêt s’est encore essouflé, j’ai mis les légumes dans leur cuisinière. Depuis, j’ai régulièrement du taro à manger. Et c’est Little Smiling Buddha a qui ça plait le plus!

On a passé de nombreux beaux moments de découvertes avec nos fruits et légumes d’automne!

[Recette] Brioches roulées à la cannelle 

Le matin, je n’ai pas beaucoup de temps à consacrer à la préparation du petit-déjeuner. Il faut donc que ça aille vite. Et il n’y a pas de boulangerie française dans mon quartier à Shanghai. Pourtant, je suis très gourmande. Et c’est important pour moi de prendre un bon petit-déjeuner gourmand chaque matin. Vous pouvez d’ailleurs les voir sur le compte Instagram du blog chaque jour ou presque et les retrouver facilement grâce au hashtag #lespetitsdéjeunersdeLoutarwen si ça vous intéresse.

Je suis souvent la seule avec Little Smiling Buddha à prendre un vrai petit déjeuner. Papa Lou se contente d’un verre de jus de pomme avant de partir au travail et Little Miss Sunshine d’un biberon de lait et d’une poignée de céréales. Alors je ne peux pas me permettre d’énormes brioches qui ne se conservent que quelques jours, parce que je mets une semaine à les manger…

Alors j’ai trouvé la solution de ces jolis et délicieux roulés gourmands à la cannelle. Et pour tout vous avouez, je les congèle et j’alterne avec d’autres petits brioches gourmandes que je congèle également: des brioches natures, des boules aux pépites de chocolat, des boules fourrées au chocolat, … Ca me permet d’avoir toujours de quoi me régaler sous la main!

Pour une vingtaine de roulés à la cannelle, voici donc ma recette:

  • 500g de farine
  • un sachet de levure boulangère
  • 100g de sucre + quelques cuillères à café
  • 100g de beurre
  • Un sachet de sucre vanillé
  • 1 oeuf
  • 250 cl de lait
  • une pincée de sel
  • de la cannelle

Dans le bol d’un robot, mettre la farine, le sucre, le sucre vanillé et la levure. Commencer à pétrir vitesse 1.

Pendant ce temps, couper le beurre en petits cubes avant de les verser dans le bol. Y ajouter l’oeuf. Continuer à pétrir.

Verser très progressivement le lait. Puis le sel. Continuer de pétrir.

Quand la pâte fait une belle boule, pétrir pour 10 minutes supplémentaires.

Faire une belle boule avec la pâte, et la laisser reposer à couvert pour au moins 2 heures.

Travailler la pâte pour la dégazer. Il faut la travailler à la main pour au moins 5 minutes.

Couper la pâte en deux. Abaisser chacune des boules de pâte pour un faire un rond d’environ 8mm d’épaisseur de la taille d’une tarte environ.

Dans un récipient, verser 5 ou 6 cuillères à café de sucre et de la cannelle à votre convenance. Mélanger. Verser le mélange sur les abaisses et étaler pour qu’il y en ait partout.

Rouler chacune des abaisses. Les couvrir et les laisser reposer pour qu’elles montent encore une fois, au moins une heure.

Quand les roulés ont bien monté, couper des tronçons d’environ 1cm et les déposer sur une plaque recouverte de papier sulfurisé. Couvrir et laisser monter une trentaine de minutes.

Préchauffer le four à 180°C. Enfourner pour 20 minutes.

A la sortie du four, quand les roulés sont encore chaud, et si vous avez l’intention de les manger tiède, vous pouvez les glacer avec un mélange de sucre glace et d’eau. C’est encore plus gourmand. Mais si vous décidez de les manger froid, ce n’est vraiment pas nécessaire, ils se suffisent à eux-même.

Mes astuces organisationnels:

  • Je prépare la pâte le matin. Elle est prête en 20 minutes environ. Puis je la laisse monter jusque vers 16h.
  • Vers 16h, j’effectue les dernières opérations pour mes roulés à la cannelle. Ils sortent du four tout chaud vers l’heure du dîner. Mais je prends mon temps et je fais plein de choses à la fois à cette heure-ci. Si on veut les déguster tiède pour le dessert, je glace une partie des roulés. Les autres, je les laisse refroidir.
  • Quand ils sont froids, je les mets dans des sacs à congélation et je les congèle. Chaque soir, j’en sors le nombre qu’il me faut pour le petit déjeuner suivant. Je les dépose sur la plaque au four. Ils décongèlent pendant la nuit et le lendemain je les passe 10 minutes au four à 100°C pour leur amener un peu de moelleux. Je les déguste tiède au petit-déjeuner.

Et vous quelles sont vos solutions pour un petit-déjeuner maison? 

Notre soirée Halloween

Le soir du 31 octobre, Papa Lou n’était vraiment pas sûr de rentrer dîner. Alors nous avons choisi d’avancer notre désormais traditionnelle petite fête familiale d’Halloween. Cela nous a notamment servi à commencer notre soirée dès la tombée de la nuit et à en profiter pour organiser quelques petits jeux de saison…

Tout à commencé dans la matinée de dimanche, quand Papa Lou et les enfants ont creusé les citrouilles pour décorer la maison.

Quant à notre soirée, elle a débuté par quelques jeux sur le thème des ombres et de la lumière. Lampes de poche et bougies ont été sorties. Toutes les lumières de la maison ont été éteintes et la magie des ombres à fait son apparition.

J’ai ressorti les marionnettes du théâtre d’ombres que j’avais créé l’an dernier à la même période. Mais aussi des lampes de poches à pochoir reçu ça et là lors de nos achats de magazines.

Nous avons observé les flammes des bougies de nos citrouilles qui dansaient gaiement au rythme des mouvements de l’air.

Nous avons tenté de recréer un monde d’Halloween fait de chauve-souris, de gentils fantômes et de citrouilles en les projetant sur le mur de notre salon.

Nous avons observé les différences de tailles des ombres projetés avec beaucoup d’intérêt. Nous avons joué avec nos doigts et nos mains aussi pour créer des ombres rigolotes.

Little Miss Sunshine a été tout de suite totalement conquise par ces jeux. Dans un premier temps, Little Smiling Buddha a été beaucoup plus dans l’observation, se demandant certainement ce qui nous prenait d’éteindre toutes les lumières. Et puis quand il a commencé à observer les ombres que nous projetions sur le mur, il a lui aussi voulu essayer.

Les jeux se sont terminés avec chaque enfant une lampe de poche sur le canapé, pendant que nous, les parents, nous terminions de préparer le repas dans la cuisine…

Cette année, j’ai repris mon idée de l’an dernier qui avait eu un énorme succès par ici: la citrouille qui vomit du guacamole. Très facile à réaliser, et même Little Smiling Buddha s’est régalé.

Pour l’accompagner, Papa Lou avait envie de tester des nachos cheese au poulet et aux poivrons. C’était donc une première dans la famille Kangourou, les enfants n’ont pas trop accroché, mais nous on a bien aimé.

Enfin, j’avais peur qu’on n’ait pas assez avec ces deux plats – et on en a finalement eu trop! – et j’ai vite fait préparé quelques saucisses momies.

Nous avons dégusté ce grand apéritif dînatoire devant un dessin animé choisi pour l’occasion: Hôtel Transylvania 2. Nous avons bien ri et bien mangé…

Enfin, pour le dessert, j’avais rapidement préparé un fondant au chocolat que Little Miss Sunshine m’a aidé à décoré d’un joli fantôme en sucre glace à l’aide d’un pochoir en papier improvisé. Et évidement, nous avons mangé des bonbons!

Little Miss Sunshine a été très fière de faire trôner sur la table toutes ses créations pour l’occasion: les bouteilles fantômes et les sous-verres en perle à repasser. Et de porter les ailes de chauve-souris que je lui avais créé pour l’occasion et qu’elle a d’ailleurs remis le lendemain pour aller à l’école.

Nous avons passé une belle soirée. Plus les enfants grandissent et plus je trouve que ces soirées à thème sont de vrais cadeaux à leur faire. Une manière de sortir du train-train du quotidien, de s’investir dans un petit projet simple en famille, de leur faire plaisir très facilement, de se créer facilement de beaux souvenirs en famille.

 

 

 

 

[DIY] Bouteille en verre fantôme

Voici un bricolage facile qui m’a été soufflé par Little Miss Sunshine. Elle aime boire chaque jour un verre de « pomme qui pique », comprendre de jus de pomme pétillant ou appfelshorle, à l’apéro. On ne trouve que peu d’eau gazeuse en Chine et les bouteilles de Perrier de 33cl sont juste parfaite pour sa consommation. On en a donc régulièrement à la maison.

Et pour réaliser ces jolis fantômes, le matériel est minimal: 

  • Une bouteille en verre de 33cl vide
  • Peinture blanche 
  • Un pinceau 
  • Un feutre noir

  IMG_8282.JPG

Il faut donc commencer par nettoyer les bouteilles et ôter toutes les étiquettes. Ensuite, il faut veiller à bien les sécher. Ensuite, il suffit de peindre la bouteille avec de la peinture blanche en veillant à ce que en mettre une couche assez épaisse.

Le plus long, dans ce petit bricolage, est le séchage de la peinture. Le but étant de rendre la bouteille totalement opaque et blanche. Little Miss  a réalisé deux couches de peinture blanche, mais je pense qu’à avec une troisième couche le résultat aurait été encore meilleur.

Enfin, et c’est là ma seule intervention, elle m’a demandé de lui dessiner des yeux et une bouche sur chaque bouteille à l’aide d’un feutre. Elle alors colorié l’intérieur au feutre noir.

Et le résultat est très sympa! Je pense même qu’en temps que bougeoir, ces petits fantômes peuvent faire leur effet sur une table d’Halloween!  IMG_8489-0.jpg 
Et Little Miss Sunshine a été très fière de les réaliser en toute autonomie! 

Et vous, qu’est-ce que vous en pensez de nos petits fantômes? 

[DIY] Araignée colorée 

Quand Little Smiling Buddha voit Little Miss Sunshine faire du bricolage, il devient infernal. Il grimpe sur la chaise à côté d’elle, lui arrache le matériel des mains, hurle si on ne le laisse pas toucher, mais ce n’est pas toujours possible en fonction de l’activité proposée.

Alors ce week-end dernier, je me suis décidé à lui proposer un bricolage rien que pour lui pendant que Little Miss Sunshine réalisait le sien.

Je n’aime pas tellement le principe d’imposer une création à un enfant, surtout aussi jeune. Little Miss Sunshine décide toujours de ce qu’elle veut réaliser et ne se gêne pas pour refuser un bricolage ou le modifier si ça ne lui convient pas. En général, je préfère proposer du matériel et voir ce qu’ils en font, les laisser créer et imaginer. Mais Little Smiling Buddha est encore trop jeune pour réaliser pleinement un bricolage et il semblait tellement envier sa sœur…

Alors pour la première fois, je lui ai proposer de la peinture. Ce n’était pas prévu, et j’avais l’intention de lui proposer de la peinture maison non toxique pour sa première fois, de le laisser patouiller comme bon lui semble, mais finalement face à son insistance, j’ai choisi de lui proposer un bricolage totalement guidé.

J’ai donc utilisé de la peinture jaune de chez Ikea. Et un pinceau à bout rond pour qu’il puisse mieux le tenir. Mais s’il avait choisi d’y mettre les mains, je l’aurai laissé faire.

Je lui ai donné une assiette en carton et lui ai expliqué qu’on allait la recouvrir de peinture. J’ai guidé sa main avec le pinceau dans un premier temps, puis je l’ai laissé faire. Il n’était pas très à l’aise au départ, puis il s’est pris au jeu. Il a agité son pinceau sur l’assiette pendant quelques minutes. Et puis il a porté le pinceau à la bouche. C’était pour moi le signe de stopper l’activité. Mais finalement, à quatre mains, on l’avait plus ou moins recouverte de peinture jaune notre assiette.

Après l’avoir laissé sécher 24h, j’ai découpé deux filins chenille en quatre morceaux chacun pour faire les pattes et je les ai agrafer. Enfin, j’ai collé dix yeux de toutes formes et toutes tailles.

Au réveil de sa sieste, Little Smiling Buddha était content de découvrir son œuvre. Je ne suis pas bien sûre qu’il ait bien fait le lien entre la peinture de la veille et l’araignée, mais il était ravi de l’avoir dans les mains et de lui parler.

Et puis ça nous a permis de créer quelque chose ensemble pour la première fois et ça m’a rappelé mes premiers bricolages avec Little Miss Sunshine… Et ça, ça vaut tout l’or du monde!

Durée de l’activité pour Little Smiling Buddha 16 mois: 10 minutes.  

Et vous, quelle type d’activité créative présentez-vous à vos tout-petits?