Notre 25 décembre 2016

Comme souvent, mais c’est un peu un hasard, – ou non, c’est du au fait que Parrain, Tata et Petit A étaient aussi parmi nous – nous avons passé cette journée de Noël chez Mamama et Papapa. Nous avons pu profiter de la présence de Parrain, Tata, Petit A, Nonna et GrandPapa, mais aussi de ma propre grand-mère, d’une de mes tantes, du père et de la soeur de ma belle-sœur. Nous étions une grande tablée, joyeuse et vivante, heureuse d’être tous rassemblés pour ce jour de fête autour des enfants

La fête a commencé par l’ouverture des paquets cadeaux. J’aime ce rituel d’ouverture des cadeaux avant toute autre chose. C’est vraiment idéal pour les enfants. Ils peuvent profiter au maximum de leur cadeau, nous,  les parents, pouvons mieux profiter de papoter avec toute la famille car nous sommes aussi moins sollicité, si ce n’est pour ouvrir les boites 😉 Et les enfants ont encore une fois été gâté.

Puis nous avons trinquer tous ensemble. Et pris l’apéritif.

Pour le déjeuner, Mamama s’était surpassée. Cuisiner pour une quinzaine de personnes tout en arrivant à profiter un minimum des invités, ce n’est vraiment pas évident. Elle nous avait concocter en entrée de la sole et du saumon avec une délicieuse sauce, un fleuron et du riz sauvage, en plat de la biche marinée, avec des spaetzle maison et une poire aux airelles et en dessert une buche glacée.

La journée s’est passée tout en douceur, entre papotage et jeux avec les enfants. Little Miss Sunshine en a profité pour fabriquer son magnifique château d’Ariel la petite sirène en légo. La présence de nombreux adultes lui garantissait une aide si nécessaire, qu’elle n’a pourtant presque pas utilisée. J’ai d’ailleurs été impressionné puisqu’elle a construit son château toute seule, comprenant les plans, assemblant les pièces avec dextérité, logique et rapidité. Que d’évolution depuis l’an dernier où GrandPapa devait encore lui expliquer le plan!

Une partie des invités, nous a quitté vers 18h. Mais Nonna et GrandPapa sont restés avec nous, pour le plus grand bonheur des enfants. La journée s’est donc prolongée par un dîner…

Nous avons pu faire le plein de jolis souvenris à ramener dans nos bagages… Et ces doux moments qui font la magie de notre Noël resteront à jamais gravé dans la mémoire des enfants…  

Notre réveillon de Noël 2016

Passer les fêtes de Noël en France est une chose pour laquelle je suis vraiment reconnaissante. Grâce à l’entreprise de mon mari – qui nous offre deux allers-retours par an -, grâce à mon mari – qui malgré ses réticences à cause du caractère « chargé » de la période -, grâce à mes enfants – qui sont toujours extrêmement calme et coopératif durant nos longs voyages – et puis grâce au fait que pour l’instant je suis toujours mère au foyer et que je n’ai pas d’impératif autre que ma famille. Je mesure notre chance. Et je la mesure d’autant plus que l’an prochain, je ne suis vraiment pas sûre que nous puissions rentrer à cette période, alors que j’aurai repris le travail depuis début septembre et que je n’aurai que deux petites semaines de congés – qui se ramènerait à maximum 10 jours en France.

Mais en attendant, laissez-moi enfin vous raconter nos jolies vacances d’hiver en France et surtout notre fête familiale de Noël.

Cette année, pour le Réveillon de Noël, nous étions impatient de voir arriver Parrain, Tata et petit A. Nous ne les avions pas revu depuis notre séjour estival dans la région parisienne au mois d’août. Et quelle joie de pouvoir observer les deux cousins, de même pas deux mois d’écart, dans leurs acquisitions respectives. Les voir évoluer côte à côte d’abord et puis finalement ensemble, les voir interagir, et puis s’entrainer l’un l’autre à s’imiter. Rien que pour ces moments bénis, les fêtes de Noël valent la peine d’être fêter en famille! C’est donc avec leur arrivée dans l’après-midi du 24 décembre que la fête a débuté pour nous!

Après de douces retrouvailles, autour d’un café, d’un thé et de délicieux petits gâteaux de Noël préparés par ma Maman, nous sommes allés nous préparer pour aller à la messe. Nous sommes allés rejoindre Nonna et GrandPapa pour la messe des enfants dans l’église dans laquelle nous avons fait baptiser Little Smiling Buddha cet été. Nonna s’occupant des Confirmants, elle était bien occupée durant la messe, mais Little Miss Sunshine a insisté pour participer avec elle. C’est donc plutôt ému que nous l’avons vu participer aux diverses étapes de la messe de Noël – défilé avec des bougies, chants en groupe dans le choeur de l’église…- avec beaucoup d’entrain. Je pense même que c’est elle que nous avons le plus entendu chanter « Les anges dans nos campagnes » alors que c’était de loin la plus jeune!

Little Smiling Buddha, comme à son habitude, a été relativement coopératif pendant la messe. Lui aussi a entonné plus d’une chanson et a beaucoup fait rire les gens autour de nous, par ses jeux et ses mimiques. Et je ne sais pas si il se rappelait du lieu de son baptême ou si c’est un hasard, mais il a été étonnement coopératif pour réaliser une petite séance photo improvisé dans le choeur de l’église à la fin de la messe!

Et puis, Noël dans la famille Kangourou, ça débute bel et bien le 24 au soir. Comme chaque année au retour de la messe des enfants, nous avons commencé par nous rassembler toute la famille autour du sapin de Noël pour s’offrir nos cadeaux. C’est chez Mamama et Papapa, en compagnie de Parrain, Tata et petit A, que nous avons eu la joie de commencer les festivités.

C’est quand on voit les montagnes de cadeaux au pied du sapin que l’on se dit que finalement ce n’est pas si mal de demander un minimum de cadeaux pour les enfants (un par famille et par enfant) parce que sinon ça serait vraiment trop! Mais quel bonheur de voir les étioles dans les yeux des enfants rassemblés autour du sapin de Noël juste avant l’ouverture des paquets. Ce petit moment où on les sent plein de gratitude et d’impatience, ébahis devant les lumières de Noël dans l’ambiance chaleureuse de cette fête…

Evidement les enfants ont été gâtés! Evidement nous avons été gâtés et nous avons gâtés nos familles. Je vous montrerai progressivement les chouettes cadeaux reçus par les enfants, au fur et à mesure de leur réutilisation, ici à Shanghai. La plupart ont été ouvert en Alsace et déjà utilisé par nos petits Loups impatients! Quel bonheur de se sentir ainsi aimé et important. Et que de beaux souvenirs à ramener dans nos têtes pour les périodes plus difficiles, loin de la famille, à l’autre bout du monde… 

Après la loongue ouverture des paquets cadeaux vient invariablement le temps de l’apéritif! Trinquer à un nouveau Noël, au bonheur d’avoir des enfants, des petits-enfants, à la douceur d’être tous ensemble, à l’amour, …

Mamama avait passé son après-midi en cuisine afin de nous concocter un délicieux repas de Réveillon. Le dîner a été classique – à notre demande, parce que Mamama voulait nous faire des choses plus originales!

Foie gras, pommes rôties et brioche.

Tournedos sur une tranche de pain grillé, sauce aux morilles, purée de céleri et pommes dauphines.

Bûche glacée et bredala.

Les enfants ont joué tard. Nous avons pu profiter de la soirée entre adulte – ou presque – à papoter, refaire le monde, prendre des nouvelles de tout le monde.

Cette soirée de Réveillon a été douce et chaleureuse. Comme je les aime… 

Et chez vous, c’est comment le Réveillon de Noël?

La question du Père Noël

C’est la bonne période pour se poser la question. Faire croire ses enfants au gros barbu qui rentre dans la maison par la cheminée alors que tout le monde dort ou pas? 

Nous nous sommes posé la question pour le premier Noël de Little Miss Sunshine. Mais pas très longtemps. Nous savions déjà ce que nous voulions pour nos enfants.

J’ai un très beau souvenir de ce mythe du Père Noël. J’y ai cru, j’ai voulu y croire, très longtemps. Bien après que tous mes camarades aient cessé d’y croire. Je n’ai pas vraiment été déçu quand j’ai enfin cessé d’y croire. Je ne me suis pas sentie trahi, contrairement à ce que l’on peut parfois lire. J’ai aimé cette période, cette légende, cette petite boule dans mon ventre quand on nous disait qu’on pouvait aller voir sous le sapin si le Père Noel était passé.

Je ne me souviens pas que mes parents aient jamais utilisé le chantage au Père Noël. Bien sur, j’ai dû l’entendre, parce que j’ai déjà entendu ma grand-mère le dire à son arrière-petite-fille. Mais rien qui m’ait marqué. Alors pourquoi choisir de ne pas y faire croire mes enfants? 

Pour plusieurs raisons.

La première est toute simple, et tient aux choix éducatifs que nous avons fait pour nos enfants. Je me vois mal mettre un point d’honneur à ne pas utiliser le chantage, à expliquer, à élever mes enfants vers plus d’empathie et d’humanité, à ne pas leur mentir, et leur raconter cette histoire comme s’il s’agissait de la réalité.

La seconde tient à nos croyances religieuse. Noël est, et reste avant tout, une fête religieuse. La naissance d’un enfant. La fête des lumières. Le partage. Le pardon. Et le Père Noël n’a absolument rien à voir avec la magie de Noël. Bien au contraire.

Une autre raison, qui est finalement très liée aux deux précédentes, est que je ne veux pas faire entrer cette fête, qui me donne encore aujourd’hui des étoiles dans les yeux, dans la surconsommation. Chez nous, c’est un cadeau par enfant. On peut y ajouter un livre ou un habit, mais c’est largement suffisant, voire trop à mes yeux. Cette année, comme l’année dernière, Little Miss Sunshine recevra trois robes chinoises, des qipiao, faites sur mesure d’après ses propres choix de tissu. Un cadeau absolument magnifique à nos yeux et aux siens. Elle porte encore fièrement ceux de la saison passée en précisant à qui veut l’entendre que c’est elle qui a choisi les tissus. Little Smiling Buddha quand à lui aura un robot ménager en bois pour m’imiter lorsque je prépare mes brioches et je suis certaine que ça lui plaira. Par contre, si quelque chose leur fait envie au courant de l’année, je suis tout à fait du genre à leur acheter assez facilement sans aucune raison.

Tant que les enfants n’entrent pas à l’école, qu’ils ne sont pas trop confrontés à l’extérieur, aux publicités et autres histoires de leurs petits héros, c’est assez facile d’évincer la question du Père Noël. Quand ils sont plus grand, c’est plus difficile. Les adultes leur posent spontanément la question avant Noël: « Qu’est ce que tu as commandé au Père Noël? ». On n’en voit partout, sur tous les panneaux, toutes les publicités, dans tous les livres de Noël. Alors à ce moment-là, il est temps de faire un choix réel. Et avec Little Miss Sunshine, ça a été assez rapidement réglée. A sa manière comme d’habitude. Un jour, elle a fait le parallèle entre son héro, Totoro et le Père Noël. Et elle m’a demandé si ils existaient réellement tous les deux. Elle devait avoir un peu moins de deux ans et demi. Je lui ai retourné la question. Elle m’a répondu qu’elle ne pensait pas qu’un homme pouvait rentrer dans la maison par la cheminée avec une hotte pleine de cadeaux. Et puis nous avons parlé de NOTRE Noël, le partage d’un bon repas en famille, l’échange de cadeaux – quand on se dit ça vient de telle ou telle personne -, toute la magie autour de la préparation du sapin, des gâteaux de Noël, des petites attentions que l’on a les uns pour les autres… Nous en avons ensemble conclu qu’à Noël, nous aimions mutuellement nous offrir des cadeaux pour fêter tous ensemble la naissance d’un extraordinaire bébé. Et puis la conversation a été close jusqu’à l’année suivante. Pour la question de Totoro par contre, la question est restée en suspens, d’autant que nous avons visité sa maison au Japon… Mais depuis elle a compris que c’était également un personnage de fiction.

Cette année-là, lors de notre retour en Alsace, j’ai entendu ma grand-mère de 90 ans menacer Little Miss Sunshine. « Si tu ne me fais pas de bisous, le Père Noël ne t’apportera pas de cadeaux. » Je ne suis pas intervenue, parce que je n’en veux pas à ma vieille grand-mère. Nous ne sommes pas de la même génération! Mais Little Miss Sunshine est venue me voir discrètement en me disant: « Maman, tu sais, je crois que Mamama Pendule, elle ne sait pas que le Père Noël, c’est juste une jolie histoire ». Je lui ai juste répondu qu’il fallait laissé croire ceux qui y croyait, que ce n’était pas bien grave.

Cette année, je sais qu’il y a eu débat sur la question dans le bus avec un camarade plus âgé. Et que Little Miss Sunshine lui a dit que le Père Noël n’était que dans les histoires. Certains parents doivent me haïr! Mais elle m’en a parlé et je lui ai re-expliqué l’importance de laisser croire ceux qui y croyait pour ne pas les blesser.

Little Smiling Buddha est encore petit. Mais je suppose que le jour venu nous aurons le même type de conversation ou alors il l’aura avec sa soeur. De toute façon, aux yeux des enfants le Père Noël n’a aucune importance. La preuve en est, la plupart du temps, il leur fait peur quand ils en voient un, ils n’ont aucune envie d’être photographier à côté de lui – ce n’est qu’un plaisir d’adultes. Qu’y a-t-il de plus beau que de s’offrir un cadeau sans rien attendre en retour? Ni bisous, ni autre cadeau, ni merci? Juste le plaisir de chercher la bonne idée cadeau et le plaisir d’offrir. C’est ce que je veux transmettre à mes enfant. Le plaisir d’offrir autant que de recevoir.

Depuis cette fameuse conversation, nous discutons d’ailleurs souvent de la réalité des choses. Quand elle lit une histoire, elle me demande parfois si c’est une vraie histoire ou une légende. Ou quand elle voit quelque chose dans un dessin animé ou dans un film. Nous avons d’ailleurs récemment expliqué le travail d’acteurs. Qu’il y a une personne réelle derrière un personnage de fiction. Que c’est son métier de faire croire à des histoires et que la télévision, c’est comme un grand spectacle où on ne voit pas la scène. Et elle a très bien compris. Ce que j’étais loin d’imaginer. Il y a tant de choses à apprendre de nos enfants!

Et vous, quels sont vos choix et vos raisons? Vos enfants croient-ils au Père Noël? 

[DIY] Couronne en boules de Noël 

Voilà encore un joli bricolage facile et simple à mettre en place. Ici, c’est Little Miss Sunshine qui l’a réalisé en quasi-autonomie.

Nous avions l’intention de l’accrocher sur notre porte d’entrée pour accueillir nos invités – non pas qu’ils soient nombreux 😅 – mais finalement, elle était trop lourde. Elle a donc fini dans notre salon pour notre plus grand bonheur, puisque nous pouvons observer ses jolies couleurs…

 
Vous trouverez tout un tas de vidéo explicative sur YouTube, mais il suffit de peu de matériel pour la réaliser.

Pour une couronne, il nous a fallu: 

  • Un cintre métallique 
  • beaucoup de boules de Noël de différentes tailles 
  • Deux filins chenille (mais ça peut aussi être un joli ruban)

J’ai commencé par ouvrir le cintre métallique et lui donner une forme plus ou moins ronde. J’ai enfilé les premières boules de Noël pour montrer comment faire à Little Miss Sunshine. puis je l’ai laissé continué. En fait, il n’y a rien de plus simple, il suffit d’un peu de patience par ce que les boules à enfiler sont vraiment nombreuses!

IMG_9049.JPG
C’est Little Smiling Buddha qui a passé les boules de Noël à enfiler à Little Miss Sunshine. Ils ont travaillé ensemble, et j’ai trouvé ça magnifique! 

Pour terminer, c’est moi qui ait refermé le cintre. Et j’ai enroulé deux filons chenille autour de la anse pour cacher le haut du cintre.

Little Miss Sunshine et Little Smiling Buddha peuvent être fière de leur travail et de leur coopération sur ce joli bricolage! 

[Bac sensoriel] Noël

L’année dernière, devant l’intérêt éprouvé par Little Miss Sunshine lors du montage du sapin de Noël, pour les décorations, j’avais décidé de lui créer un bac sensoriel pour épargner le sapin.

Cette année, avec Little Smiling Buddha, petit cascadeur de 18 mois, et qui en plus adore les bacs sensoriels que je lui propose, il était évident que je leur créé un bac sensoriel pour chacun. J’ai depuis longtemps choisi de leur proposer à chacun un bac sensoriel, souvent avec les mêmes choses, parfois avec des couleurs ou des objets de tailles un peu différents, pour éviter les cris et les pleurs de frustration. Chacun le sien. Mais rien ne les empêche de d’organiser des échanges ou de se prêter des objets le temps d’un jeu, ce qui leur arrive très régulièrement.

J’ai réalisé les bacs sensoriels de Noël avec l’aide de Little Smiling Buddha, lors de notre première soirée pyjama en famille.

 

Je tiens à préciser qu’il ne s’agit pas d’objets adapté aux enfants, mais bien de décorations de Noël toute simple, acheté en même temps que celles pour le sapin. Les bacs sensoriels sont donc des bacs que je referme quand nous avons terminé de jouer et que les enfants doivent me demander d’ouvrir quand ils le désirent pour que je surveille leurs jeux.

Nos bacs sensoriels renferment donc chacun:

  • une guirlande
  • des boules colorées
  • des petits objets en feutrine
  • des petits objets décoratifs pour le sapin
  • un bracelet réalisé avec un filin chenille et de petites cloches colorées

Ils ont beaucoup joué le soir même de sa présentation et le lendemain. Little Miss Sunshine y a rapidement ajouté des figurines d’animaux. Little Smiling Buddha s’est longtemps promené dans tout l’appartement avec sa guirlande et ses boules de Noël. Le bracelet à clochettes à fait son effet également. Mais globalement, ils ont moins joué avec ce bac sensoriel, qui est toujours à leur disposition et qui le restera jusqu’à la fin de l’année.

Ce joli bac coloré reste tout de même très pratique pour détourner l’attention du sapin de Noël. Je dois bien dire, que bizarrement, pour l’instant, Little Smiling Buddha n’a pas encore tenté d’y grimper et ne s’intéresse que peu aux décorations qui s’y trouvent.

Et vous, que pensez-vous de cette idée de bac sensoriel? 

[DIY] Sapin en feutrine

J’ai trouvé cette très jolie idée sur le compte Instagram de A dada et au dodo, dont j’aime beaucoup les idées. J’ai d’abord pensé qu’avec un tel sapin, je pourrai facilement détourner l’attention de Little Smiling Buddha, cascadeur dans l’âme, du vrai sapin de Noël. C’est d’ailleurs aussi dans ce but que je lui ai créé un bac sensoriel de Noël dont je vous parle très bientôt. Et puis, je ne sais pas pourquoi, mais j’ai tout de suite su que ça lui plairait. Et je ne me suis pas trompé.

Pour réalisé ce joli sapin en feutrine, il nous a fallu: 

  • Trois plaques de feutrine verte
  • Quelques chutes de feutrine sur de différentes couleurs 
  •   Un pistolet à colle 
  • Un ciseau 
  • Du scratch (mais on peut faire sans si la feutrine est de bonne qualité)

IMG_9213.JPG
J’ai commencé par découper trois grands triangles dans ma feutrine verte. Je les ai superposé et je les ai collé entre eux avec mon pistolet à colle. Puis j’ai créé un tronc en feutrine noire, que j’ai également collé au pistolet à colle. Puis, avec mes restes de feutrine colorée, j’ai créé des boules et des étoiles de Noël. Derrière chacune de mes boules, j’ai collé un petit morceau de scratch au pistolet à colle. Ma feutrine, acheté dans un bazar de Shanghai était vraiment très fine, mais si vous utilisez de la feutrine de meilleur qualité, je pense que ce n’est vraiment pas nécessaire. J’avais l’intention de créer des guirlandes également, mais je n’avais rien sous la main qui fasse l’affaire. Finalement, pour l’usage qu’en fait Little Smiling Buddha, elles n’étaient vraiment pas nécessaires. Je les réaliserai donc l’an prochain, ce qui amènera une jolie nouveauté quand je le ressortirai!

IMG_9256.JPG

Little Smiling Buddha adore ce sapin en feutrine. Il passe ses journées à décrocher les boules et à venir mes les amener pour que je les accroche. Il n’a pas encore le réflexe de les remettre en place tout seul, mais je pense bien que ça viendra. L’essentiel étant qu’il s’amuse et découvre.

Little Miss Sunshine joue moins avec. Bien que je l’ai surprise plus d’une fois à jouer avec son frère. Mais je crois que ce petit sapin qui orne le dos de notre porte d’entrée lui plaît tout de même beaucoup, à la manière qu’elle a d’en parler régulièrement.

Voilà un joli bricolage facile à réaliser et qui fait le bonheur de mon petit garçon!

[DIY] Les calendriers de l’Avent 2016

C’est une tradition dans la famille Kangourou, le calendrier de l’Avent fait partie intégrante de notre cheminement vers Noël. Alors chaque année, je commence à réfléchir à la question assez tôt, mais finalement entre l’achat du matériel, ce que je ne trouve pas et ce que je dois finalement modifié, mes calendriers ne ressemblent jamais à ce que j’avais en tête dans un premier temps. Et c’est peut être tant mieux! 

Et cette année ne fait pas exception, puisque c’est à la dernière minute que j’ai eu l’idée du calendrier de Little Smiling Buddha et à la dernière minute que j’ai changé la partie « branche » du calendrier de Little Miss Sunshine. Par contre, c’est la première année que je n’ai pas fait de calendrier de l’Avent pour Papa Lou. C’est d’un commun accord, parce qu’entre le fait qu’on rentre en Alsace avant Noël et qu’il faut vc que je trouve une solution pour emporter les calendriers des enfants dans l’avion et que c’est la période de l’année où ses déplacements sont les plus nombreux et où il passe le plus de nuits loin de nous, c’était trop compliqué à gérer. Par contre, j’ai eu une idée un peu différente pour compenser que je vous livrerai peut être ici plus tard.

Voici pour commencer le calendrier de l’Avent de Little Miss Sunshine. Plusieurs impératifs à ma création: trouver facilement tout le matériel de création à Shanghai – ce qui ce révèle parfois plus compliqué que prévu – et pouvoir emmener facilement le calendrier ou les derniers jours du calendrier avec nous lorsque nous rentrerons en France pour Noël.

Je ne voulais pas de calendrier de gourmandises – pas moyen d’en donner à Little Smiling Buddha et je ne veux pas que ce moment se transforme en frustration pour lui. Je ne voulais pas de petits cadeaux inutiles – il y a dejà bien assez de petits jouets inutiles qui traînent dans la maison. J’avais fait un calendrier de petits bricolages et activités de Noël qui a eu un réel succès l’an dernier! Je réutiliserai cette idée, c’est sûr. Mais cette année, j’avais envie d’un calendrier qui nous aide a entrer dans l’état d’esprit de Noël. Un calendrier qui permettent de partager, de se dire qu’on s’aime, de s’entraider… Et c’est dans ce but que je l’ai conçu.

J’ai donc commencé par créer 24 petits papiers avec 24 suggestions pour cheminer jusqu’à Noël. On y trouve donc des suggestions comme:

  • dire à quelqu’un que tu n’as plus vu depuis longtemps combien il t’a manqué
  • embrasser quelqu’un que tu aimes
  • donner un jouet à un enfant qui en a besoin
  • chanter des chansons de Noël
  • visiter un marché de Noël
  • tenter d’enseigner quelque chose à quelqu’un
  • aider à préparer le dîner du Réveillon

Cette année, j’étais partie sur l’idée de lui confectionner un arbre aux couleurs de Noël: rouge, blanc et vert. Et c’est ce que j’ai fait. Par contre, je pensais lui confectionner les branches avec des filins chenille cuivré et y ajouter des boules de Noël. Et puis j’ai changé d’avis suite à une de nos promenade-récolte. J’allais utilisé de vraies branches d’arbre.

Pour créer ce calendrier, j’ai eu besoin de:

  • un morceau de carton pour le socle
  • un rouleau de papier toilette pour le tronc
  • quelques serviettes en papier 
  • de la peinture (marron, jaune, rouge, vert et blanc)
  • de la peinture pailletée transparente
  • 24 mini pinces à linge en bois
  • 24 pompons colorés
  • 24 morceaux de papier
  • trois branches 
  • une coquille de noix
  • un marqueur noir
  • un pistolet à colle
  • un ciseau
  • une imprimante
  • deux petits yeux

J’ai commencé par la peinture. Il s’agissait de peindre le socle, le tronc et les mini pinces à linge. Puis j’ai recouvert de peinture pailletée les branches. Ensuite, j’ai créé un petit hérisson pour décorer mon socle – mais j’aurai tout aussi bien pu créer un bonhomme de neige. J’ai rempli le rouleau de papier toilette peint avec de vieilles serviettes en papier et j’y ai enfoncé les branches pailletées afin de créer un arbre.

Puis je me suis servie de mon pistolet à colle pour coller le rouleau de papier toilette sur le socle, le hérisson sur le socle et un pompon sur chaque mini pince à linge.

Enfin j’ai accroché les pinces à linges ainsi décoré à l’arbre. Et j’y ai glissé une des petites étiquettes préalablement imprimées et découpées.

J’aime beaucoup le rendu de ce calendrier. Il est simple et coloré. Il rappelle la nature et n’a demandé presque que des matériaux de récupération. Il est a beaucoup plu à Little Miss Sunshine également quand elle l’a vu.

Pour Little Smiling Buddha, je savais ce que j’allais y mettre, mais pas la forme qu’il allait prendre. Comme l’année passée, j’ai voulu lui faire un calendrier des bisous. Je trouve l’idée douce et câline. Elle avait eu tellement de succès par ici, que nous doublions chaque soir la dose de bisous pour que Little Miss Sunshine aient les mêmes. Certain soir, nous câlinions Little Smiling Buddha à tour de rôle. D’autres soirs, nous le câlinions chacun notre tour. Mais immanquablement, la séance de câlin se terminait par une séance de fou rire. Et quoi de meilleur que de se câliner et de rire pour remplir nos réservoirs affectifs juste avant la nuit!

C’est en vidant une boite de Kiri, que j’ai eu le déclic. Dans une boite, Little Smiling Buddha pourrait aisément attraper une étiquette à bisou sans abîmer le reste du calendrier.

Pour réaliser ce calendrier de l’Avent boite à bisous, j’ai donc eu besoin:

  • d’une boite de fromage Kiri vide 
  • de feutrine de trois couleurs
  • d’un pistolet à colle
  • de ciseau

Il m’a suffit de découper de la feutrine blanche de manière à recouvrir la boite. Puis je l’ai collé au pistolet à colle. Ensuite, j’ai découpé une forme de sapin dans de la feutrine verte et marron et je l’ai collé au pistolet à colle. Enfin, j’y ai glissé mes étiquettes à bisous après les avoir imprimées et découpées.

Rapide, simple, efficace et facilement manipulable par un enfant de 18 mois. Je suis ravie de cette idée!

Et vous, avez-vous préparé des calendriers de l’Avent pour vos enfants?